Élection à la présidence de la Fécafoot : Tirs groupés pour disqualifier Seidou Mbombo Njoya
CAMEROUN :: SPORT

CAMEROUN :: Élection à la présidence de la Fécafoot : Tirs groupés pour disqualifier Seidou Mbombo Njoya :: CAMEROON

La commission de recours a été saisie de plusieurs requêtes par des acteurs de ce processus.

L’on redoutait déjà que des procédures engagées contre le processus électoral de la Fécafoot engagé depuis le mois de septembre dernier allaient gripper la machine, pour que l’ultime étape du 11 décembre 2021, consacrée à l’élection du président ne puisse se tenir. Plusieurs irrégularités ont été dénoncées dans ce processus. Mais, tel un train fou lancé, les organisateurs, avec en tête Seidou Mbombo Njoya, assurant la mission d’intérimaire à la Fécafoot, n’ont pas cru devoir marquer un arrêt pour rectifier le tir avant de continuer.

Et voici que la liste des candidats retenus pour la dernière étape à savoir, l’élection à la présidence de la Fécafoot, programmée pour la 11 décembre prochain, a été publiée jeudi dernier. Six candidatures, dont celle de Seidou Mbombo Njoya, ont été retenues par la Commission électorale présidée par le magistrat Gilbert Schlick, avec des recalés. Du coup, des requêtes ont commencé à atterrir sur la table de la Commission de recours de la Fécafoot. Emmanuel Maboang Kessack, candidat recalé par la Commission d’éthique de la Fécafoot pour une prétendue dette ; Justin Tagouh, dont la candidature a été validée ; Robert louis Mbekek, président de la ligue régionale de football du Littoral élu dans le processus, Henry Njalla Quan Junior, nouveau président de la ligue régionale de football du Sud-Ouest, contestent la validité de la candidature de Seidou Mbombo Njoya pour le poste de président de la Fécafoot. Tous indiquent, suivant les dispositions des Statuts de la Fécafoot et du Code électoral de la Fécafoot, Seidou Mbombo Njoya devait démissionner de son poste trois mois au moins avant le début du processus électoral.

« Tout salarié ou employé de la Fécafoot candidat à un poste électif doit au préalable démissionner de ses fonctions au moins trois (03) mois avant la date du scrutin », dispose l’article 19 alinéa 3 des statuts de la Fécafoot. De même : « le secrétaire général ou tout autre employé de la Fécafoot, qui aspire à être candidat à une fonction élective, doit en informer par écrit la Commission électorale et démissionner de ses fonctions avant la convocation du corps électoral », énonce l’article 7 alinéa 2 du Code électoral de la Fécafoot.

Maboang veut aussi la validation de sa candidature

Tous s’appuient sur la décision de la Fifa du 16 janvier 2021 de la secrétaire générale Fatma Samoura qui, après l’annulation de l’ensemble du processus électoral de 2018, a fait de Seidou Mbombo Njoya, un intérimaire et donc dépouillé de tout mandat électif à la tête de la Fécafoot. De cette position, il devrait assurer la continuité des affaires courantes de la Fécafoot, jusqu’aux élections, tout ceci sous le contrôle de la Fifa. « Il est ainsi démontré que M. Seidou Mbombo Njoya, président par intérim de la Fécafoot et son exécutif ne bénéficient plus de la légitimité attachée à un exécutif élu », écrit Robert louis Mbekek.

En conséquence, tous ayant développé les mêmes arguments, sollicitent la disqualification pure et simple du candidat Seidou Mbombo Njoya par la Commission de recours. De plus, Emmanuel Maboang Kessack sollicite la validation de sa candidature, au regard du fallacieux prétexte de dette envers la Fécafoot évoquée par la Commission d’éthique. Elle a estimé que le candidat Maboang était redevable à la Fécafoot d’une somme de 4.462.780FCfa. Me Ngom Esther, avocat au barreau du Cameroun, qui porte l’affaire indique que le même motif avait déjà été allégué en 2018 pour tenter de disqualifier son client. Mais, que la Commission de recours lui avait fait droit, sur la base de ce que son client n’a jamais été employé de la Fécafoot et que la Commission d’éthique n’avait convoqué Maboang pour quelque examen que ce soit. Et cette fois-ci, il n’a jamais été informé d’une telle question. Et donc, elle ne saurait convoquer son client pour le même motif qui a déjà fait jurisprudence.

Nos sources indiquent plusieurs autres requêtes en vue d’annulation de ce processus électoral, en plus de cette question autour de la candidature de Seidou Mbombo Njoya. Le processus électoral engagé à la Fécafoot, comme on le constate, ne sera pas un long fleuve tranquille.

Lire aussi dans la rubrique SPORT

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo