Camer.be
CAMEROUN :: Poulet : Légère hausse des prix à  Bafoussam :: CAMEROON
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • CAMEROON BUSINESS TODAY : Honoré FEUKOUO
  • jeudi 21 décembre 2017 12:35:49
  • 2924

CAMEROUN :: Poulet : Légère hausse des prix à  Bafoussam :: CAMEROON

Pour la volaille de 45 jours, il faut débourser en moyenne 300 F de plus que l’année dernière. Toutefois, les vendeurs rassurent quant à la disponibilité pendant ces fêtes de fin d’année.  

«Marché Casablanca » de Bafoussam ce vendredi 15 décembre  2017. Ce n’est encore la grande  affluence au bloc de commercialisation de la volaille. Les vendeurs,  spontanément, « draguent » les rares  et potentiels clients qui sont de passage, en leurs présentant différents  poulets, exposés dans les corbeilles  ou dans les salles-comptoirs.

Selon  Mitterrand Choupo qui se présente  comme un éleveur et revendeur de  poulets, les aviculteurs ont les quantités  suffisantes  et  n’attendent  que  les acheteurs. « Beaucoup d’éleveurs  ont les poulets dans leurs fermes. Ils  attendent juste que les clients commencent à affluer au marché pour les  sortir », affirme ce dernier qui estime  déjà à plusieurs centaines de milliers,  les quantités actuellement disponibles  au marché.  

Hermine Magne, venue acheter en avance son poulet avant la période de forte  affluence, déplore de son côté les prix  qui sont en hausse. Les poulets de 45  jours dont le prix variait entre 2 000  Fcfa et 2 500 Fcfa à la même période  l’année dernière, coûtent actuellement  2 800 Fcfa, voire 3 000 Fcfa à certains  endroits. Les poulets de chair de 60  jours et plus vont de 4 500 F jusqu’à plus  de 7 000 F. Ce qui déconcerte quelque  peu les acheteurs. Selon Rodrigue M.,  revendeur, les prix qu’ils proposent  varient en fonction du prix d’achat.  

« Avant la grippe aviaire, les éleveurs  venaient ici nous livrer leurs poulets  à des prix standards. Maintenant, ils  nous invitent dans leurs poulaillers et  nous proposent leurs prix. Par conséquent, non seulement le prix d’achat a  augmenté, mais en plus, nous devons  supporter les frais de transport ».  Les aviculteurs, tout en affirmant avoir  suffisamment de  poulets  en  stocks,  rappellent qu’avec les séquelles de l’épizootie de la grippe aviaire, le coût de  l’élevage a augmenté cette année. « Le  poussin d’un jour qui coûtait 450 Fcfa  l’année dernière, nous l’avons acheté  entre 600 et même 850 F pour certains. Le prix des intrants était aussi en hausse», rappelle Rodrigue M.

21déc.
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE
Vidéo