FRANCE :: Déclaration du Cameroon Patriotic Diaspora sur la situation politique du Cameroun :: FRANCE
FRANCE :: Déclaration du Cameroon Patriotic Diaspora sur la situation politique du Cameroun :: FRANCE
 
FRANCE :: POLITIQUE
  • Correspondance : Le Cameroon Patriotic Diaspora
  • mardi 29 janvier 2019 18:28:00
  • 10661

FRANCE :: Déclaration du Cameroon Patriotic Diaspora sur la situation politique du Cameroun :: FRANCE

Paul Biya et son gouvernement sont totalement responsables de l’escalade de la violence au Cameroun et dans la Diaspora ! Il est urgent de sortir de la spirale provocation-répression-réaction qui a embrasé le Nord-ouest et le Sud-ouest!!

I) Les faits

1) Le Samedi 26 Janvier, une manifestation pacifique du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) et ses alliés, a été violemment réprimée à Douala par les forces de sécurité, faisant plusieurs blessés par balles et de nombreuses arrestations. Les images de cette barbarie, qui ont circulé sur les réseaux sociaux, montrent au moins deux dirigeants du MRC, en l’occurrence Maître Nicole Ndoki et Célestin Djamen trainant de larges plaies béantes à la cuisse, provoquées visiblement par des tirs à balles réelles des éléments des forces de l'ordre. Sur une autre vidéo toujours sur les nouveaux médias, on peut apercevoir un agent de la police ouvrir le feu sur un citoyen pacifique et non menaçant, le blessant grièvement à la jambe.

2) Ce même 26 Janvier au soir, les représentations diplomatiques du Cameroun en France, en Allemagne et en Belgique, ont été prises d’assaut par des activistes Camerounais de la diaspora, en guise de protestation contre les traitements inhumains et criminels infligés plus tôt dans la journée, aux manifestants pacifiques à Douala par les forces de police Camerounaise.

3) Rappelons que le 23 Janvier déjà, une manifestation du Social Democratic Front (SDF) avait déjà été réprimée à Douala, et les députés Jean Michel Nintcheu et Joshua Osih sauvagement brutalisés par les forces de Police.

4) Au moment de boucler ces lignes, le CPD apprend que Mr Maurice Kamto, Président du MRC et des militants de son parti ainsi que des membres de sa coalition, ont été arrêtés ce soir 28 Janvier à Douala allongeant la liste des détenus politiques dans notre pays.

5) Il est important de noter que depuis plus d’une décennie, presque toutes les manifestations de l’opposition où de groupes de citoyens critiques contre le régime, sont systématiquement interdites dans les grandes métropoles du Cameroun par les Préfets et les sous-préfets, aux ordres du Ministère de l’administration du territoire. Ces interdictions n’épargnent même pas les conférences de presse et les réunions politiques tenues à domicile. Il est d’ailleurs récurrent que les forces de police fassent irruption dans des résidences privées pour disperser des réunions ou conférences d’opposants au pouvoir et ce, en violation flagrante des lois sur les libertés individuelles acquises de haute lutte en 1990 et au prix du sang de nos compatriotes.

II) Notre Analyse

1) Il apparaît de plus en plus clairement que les Camerounais dans leur immense majorité sont exaspérés par les violations répétées des libertés individuelles et collectives si chèrement acquises, et plus particulièrement par l’interdiction quasi-systématique qui frappe les manifestations publiques des forces dissidentes au Cameroun depuis plusieurs années. A ceci vient s’ajouter l’immense colère nationale née de la frustration de voir que les auteurs présumés des détournements massifs de fonds publics et des surfacturations à outrance qui ont causé le retrait de la CAN 2019 au Cameroun, soient plutôt gratifiés de promotions ministérielles alors que leur place se trouve en prison. La majorité de nos compatriotes vit dans une misère indescriptible et perçoit la complaisance du régime vis à vis des corrompus et détourneurs de fonds publics, comme une intolérable provocation et un mépris insupportable pour sa misère quotidienne. Le vase est donc plein, le Cameroun est sur un volcan qui peut cracher du feu à tout moment ;

2) En faisant tirer, à balles réelles, sur des manifestants pacifiques et aux mains nues à Douala le 26 Janvier, le régime dictatorial de Paul Biya a provoqué la colère des Camerounais en général et des activistes de la diaspora en particulier, qui ont en guise de représailles, pris d’assaut les Ambassades des pays sus-cités, pour revendiquer entre autres l’arrêt des violences policières sur les manifestants au Cameroun et le respect des libertés individuelles et collectives au Cameroun.

3) L’indignation sélective qui s’est emparée des thuriféraires du régime criminel de Paul Biya, après l’occupation des Ambassades du Cameroun en Allemagne, Belgique et France, n’a donc pas lieu d’être, car le déroulé des événements montre clairement que c'est Paul Biya et son régime liberticide qui ont mis le feu aux poudres ; ils portent donc l’entière responsabilité de l’escalade, qui va certainement se poursuivre dans les prochains jours.

4) L'utilisation de balles réelles contre les manifestants à Douala, n’est pas sans rappeler la crise anglophone. Il n’est pas fortuit de rappeler ici que c’est la répression du régime dictatorial contre le Consortium des organisations de la société civile anglophone et l’arrestation de ses leaders, suivi de l’usage de la forces contre les manifestants dans le NO-SO, qui ont provoqué la radicalisation des populations dans ces régions, et fait le lit de la guerre civile extrêmement meurtrière qui sévit depuis deux dans cette partie du pays.

5) Il est très probable que si l’usage des armes à feux contre les populations civiles aux mains nues continue, cela entraine une radicalisation croissante des populations du Cameroun et développe en elles le sentiment d’autodéfense contre les violences policières injustifiées. Ce qui bien évidemment nous entraînerait dans un cycle de violences et d’affrontements dont personne ne peut prédire l'issue.

6) Il est absolument urgent que le régime criminel de Paul Biya cesse de jouer avec le feu, car sur les 10 régions que compte le Cameroun, seuls le Centre et le Sud connaissent encore une paix précaire à ce jour. Les autres étant installées dans diverses formes de violences, larvées ou résiduelles.

III) Au vu de ce qui précède, le Cameroon Patriotic Diaspora:

1) Condamne énergiquement l’usage de balles réelles contre des manifestants pacifiques et dénonce l’arrestation de Mr Maurice Kamto et de ses partisans;

2) Rappelle que le droit de manifestation est un des droits universels de l’Homme et exige l’arrêt immédiat de toutes forme de harcèlements et de violences contre des militants politiques et la libération de toutes les personnes injustement interpellées;

3) Demande au régime corrompu de Paul Biya de tirer toutes les leçons de sa responsabilité historique dans le déclenchement de la guerre dans le NO-SO afin d’éviter un embrasement généralisé de notre pays qui connait déjà de nombreuses lignes de fractures.

4) Déclare que sa solidarité avec toutes les initiatives populaires et organisées visant le départ du régime corrompu et sanguinaire de Paul Biya du pouvoir ;

5) Reste extrêmement préoccupé par la lourdeur des périls qui s’amoncellent chaque jour dans le ciel camerounais et surtout par la cécité, la surdité et l’irresponsabilité politiques du pouvoir impopulaire et anti populaire de Paul Biya, qui refuse toute concertation nationale pour trouver un nouveau consensus national.

Fait à Yaoundé, ce 29 Janvier 2019

Pour le Directoire du Cameroon Patriotic Diaspora,

Genestar Priso

Contact Presse: Abdelaziz Mounde nmounde@yahoo.fr 

https://www.facebook.com/cameroonpatriotic.diaspora.5 

29janv.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo