Camer.be
CAMEROUN :: Epc : L’argent, le second nom de «Dieu» :: CAMEROON
CAMEROUN :: RéLIGION
  • Mutations : Cyril Marcel Essissima
  • vendredi 11 janvier 2019 12:02:00
  • 16646

CAMEROUN :: Epc : L’argent, le second nom de «Dieu» :: CAMEROON

L'Appât du gain, luttes d’intérêt, trafics d’influence, complots, manipulation des textes sont quelques calamités qui affectent l’Église presbytérienne camerounaise.

« Notre église est en agonie. » Tel est l’état critique dans lequel se trouve l’Église presbytérienne camerounaise (Epc) aujourd’hui, selon la peinture qu’a faite le révérend Marc Bertrand Atangana, le modérateur sortant, à l’ouverture de la 62e Assemblée générale (Ag) de l’Epc, le 08 janvier dernier à Ebolowa. camer.be. Les mots employés pour désigner et décrier ces maux sont aussi crus que réels. En effet, « ventes illicites de terrains, détournements de deniers de l’église, tribalisme, mauvaise gouvernance », ainsi que l’a énoncé le révérend, sont des réalités que nul n’ignore au sein de cette communauté chrétienne. D’ailleurs le thème retenu pour cette édition en dit long : « L’ordre et la discipline, enjeu majeur pour l’Epc ».

Cette Ag qui marque également le 62e anniversaire de l’Epc se tient jusqu’au 13 janvier prochain. Et pour l’occasion, c’est le synode Municam dans le consistoire du Ntem qui reçoit les autres délégations. Au village de l’Ag à la paroisse Adoum Evina Mendômô, près de 1500 personnes ont honoré ce grand rendez-vous de fête, de palabre et d’évangélisation. Justement lors du culte solennel, l’évangile de Luc sur l’amour du Seigneur, a permis à Marc Bertrand Atangana d’appeler les siens à pratiquer aussi « l’amour du prochain ». Car pour lui, « les relations humaines ne sont plus orthodoxes aujourd’hui. Personnes ne veut aider l’autre gratuitement, encore moins gracieusement », a-t-il remarqué. Sans y aller de main morte, il poursuit en disant que « les oeuvres de l’Epc sont toutes dans le coma. Dans un temple plein à craquer, la froideur du pasteur a fait régner un climat de jugement dernier donnant l’impression que chacun faisait son examen de conscience. « Voilà ces hommes et femmes d’église d’apparats où chacun vient jouer sa partition de théâtre, passant à côté de l’essentiel », a ajouté l’officiant. Tête baissée, sentiment de culpabilité, aucun sourire n’a été esquissé pendant ce long sermon.

D’autres, déjà accablés, l’étaient encore davantage par la forte canicule de cette journée. Mais le supplice s’est atténué lorsque les uns et les autres ont été invités à s’embrasser pour se donner la paix. A la fin, l’on a procédé à l’élection du nouveau modérateur, suivant le système de rotation qui veut que ce dernier soit issu du synode qui abrite l’Ag. Et pour ce 62e conclave, c’est le révérend Guy Martial Ndjonlo du synode Municam qui a été élu par acclamation par ses pairs pour diriger la communauté pendant un an. Un dénouement qui a suscité des cris de joie et de l’espoir dans la paroisse.

« Nous espérons que l’Epc parlera d’une même voix et évoluera en rangs serrés pour la gloire de l’église de Dieu. Mais pour y parvenir il faut dialoguer », a exprimé, le gouverneur de la région du Sud, Félix Nguele Nguele.

11janv.
Lire aussi dans la rubrique RéLIGION

canal de vie

Vidéo