Camer.be
Ahmad Ahmad : « Le Cameroun a toujours de gros problèmes d’infrastructures » :: CAMEROON
CAMEROUN :: SPORT
  • Le Messager : Christian TCHAPMI
  • jeudi 30 août 2018 01:09:00
  • 1935

Ahmad Ahmad : « Le Cameroun a toujours de gros problèmes d’infrastructures » :: CAMEROON

En dépit des assurances du Cocan et du gouvernement au premier rang desquels le président de la République, l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations 2019 sur les terres des Lions indomptables n’est pas encore chose acquise pour le patron de la Confédération africaine de football (Caf) qui l’a confessé dans une interview accordée lundi dernier à nos confrères de Kwese Espn.

Nouveau coup de pied dans la fourmilière ! Nouveau coup de tonnerre ! Ahmad Ahmad n’est pas prêt de lâcher du lest. Le numéro 1 de la Caf vient à nouveau de donner une occasion aux membres du Comité local d’organisation de la prochaine Can masculine de football Seniors, d’avoir des insomnies. Un an après sa toute première sortie au Burkina Faso au cours de laquelle il évoquait sans ambages, l’éventualité d’un retrait de l’organisation de cette grand’messe du football continental au pays de Samuel Eto’o, le malgache en remet une couche. camer.be Il y a 24h, il a de nouveau évoqué la possibilité de déplacer le tournoi. À moins de dix mois de l‘échéance, l’homme craint que le Cameroun ne puisse accueillir la compétition reine du football africain. « Je ne suis pas sûr que le Cameroun soit prêt à accueillir la Can », a-t-il déclaré à Kwese Sports, média spécialisé rattaché au géant américain Espn. A en croire le successeur d’Issa Hayatou, « il y a beaucoup de choses qui manquent encore et il reste peu de temps », a-t-il relevé.

Une polémique « Kafkaïenne » ?

Suffisant pour comprendre que les promesses de Paul Biya de respecter le cahier des charges relatif à l’organisation de la Can 2019 prévue du 7 au 30 juin n’ont rien apaisé aux doutes du président de la Caf. Ces suppositions ont créé par le passé un climat glacial entre les dirigeants du football camerounais et l’instance dont le siège est au Caire en Egypte. La fédération marocaine, soupçonnée d’agir en sous-main pour abriter la compétition, a même dû sortir de son silence pour récuser les spéculations à ce sujet. Mais aujourd’hui, bien que ce ne soit pas forcément le royaume chérifien, la perspective d’une nouvelle destination pour la Can 2019 semble se profiler à nouveau. Pour le président de la Caf, la problématique se résume à une question d’infrastructures.

« Si vous me le demandiez, le Cameroun serait le meilleur pays pour accueillir la Can à cause de son histoire du football, mais il y a encore des questions quant à leur disponibilité à organiser un tournoi réussi », a-t-il suggéré. « Le Cameroun a toujours de gros problèmes d’infrastructures, comme les emplacements et même les hôtels », a ajouté Ahmad. L'information claire et nette. Et de prévenir, « la Guinée équatoriale est intervenue au dernier moment pour accueillir la Can 2015 et cela peut encore arriver ». Cette sortie pour le moins fracassante de celui que certains ont rebaptisé « l’ennemi du Cameroun » tranche quand même avec les déclarations de deux de ses collaborateurs qui se sont contredits au sujet de l’avancement des travaux de construction des différents chantiers et infrastructures devant abriter le tournoi au pays de Roger Milla. Le premier vice-président, le Nigérian Amaju Pinnick, qui avait conduit la dernière mission d’inspection sur le terrain avait affirmé avoir été « très impressionné » par le niveau où était rendu le Cameroun dans sa préparation et avait affirmé mot pour mot qu’« après le tournoi, je ne pense pas qu’il y aura un pays avec les mêmes installations que le Cameroun ».

Rendez-vous le 30 septembre

Aujourd’hui que le président de la Caf a un avis contraire, laisse croire à une polémique « Kafkaïenne ». Il s'agit tout de même d'une compétition derrière laquelle le Cameroun court depuis 47 ans, depuis l'époque du feu président Ahmadou Ahidjo en 1972; le pays de Théophile Abega organisait alors la 8ème édition. Le Cameroun qui baigne déjà dans la fièvre de la campagne électorale en vue de l’organisation de l’élection présidentielle prévue pour le 07 octobre prochain, pourrait être situé sur son sort dès le 30 septembre, date à laquelle se tiendra l’Assemblée générale extraordinaire de la Caf à Sharm El Sheikh, en Egypte. Tic-tac, tic-tac. Affaire à suivre !

30août
Lire aussi dans la rubrique SPORT
Vidéo