PK17 : UNE VEUVE, CIBLE DES MAITRES-CHANTEURS, ET ESCROCS …
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: PK17 : UNE VEUVE, CIBLE DES MAITRES-CHANTEURS, ET ESCROCS … :: CAMEROON

Dame veuve Mme Bekombo Matake Claire épouse Njoh est victime d’un groupuscule d’individus déterminer à l’empêcher de jouir de son espace (TF 26420/Wouri) Les medias ameutés …

C’est une situation ubuesque et même rocambolesque l’on a vécu hier 1er avril dans les zones de PK 17, PK18. Un groupuscule d’individus a pris sur lui d’ameuter les paisibles populations sur « une tentative de spoliation de leur terrain » dont elles seraient les victimes de la part de Mme Bekombo Matake Claire épouse Njoh.

Ce groupuscule a sillonné les recoins et recoins de ces quartiers pour demander à la population de se « révolter ». Dans leur besogne, rien n’a été négligé : présence de factices de défenseurs des droits de l’homme, et surtout des medias. « On a été surpris de voir des cameraman ici…On nous a dit que c’est Equinoxe TV, après il y’avait d’autres personnes qui se présentaient comme des journalistes… » Explique M Mouandjo, habitant de PK 17. Le désordre ainsi orchestré, pendant plusieurs heures, ces individus sont repartis, promettant de revenir. « Ils sont dans une logique, celle d’ameuter l’opinion.

Pourtant, ils savent bien qu’ils n’ont pas raison, ce problème foncier a déjà été résolu avec la médiation du Préfet du Wouri. C’est regrettable ce qui est entrain de se passer là… » Réagit une habitante. Après plusieurs années de bataille juridiques, le collectif dénommé «Pionniers planteurs de Pk17 et Pk18», et d'autres personnes membres d'une association dénommée «Association des jeunes natifs de Pk18» qui revendiquaient des droits sur cet espace objet du titre TF 26420/Wouri ont été déboutés, et s’en sont remis à un arrangement à l’amiable avec le légitime propriétaire de cet espace, Mme Bekombo Matake Claire épouse Njoh sous les auspices du Préfet. « Après vérification auprès des autorités Cadastrales, la préfecture du Wouri et même au ministère des Domaines et des Affaires foncières, il ressort clairement que cette zone appartient bel et bien à Mme Njoh. Le préfet nous a conseillé d'entrer en négociation avec cette dame. Ce que nous avons fait par le truchement d'un cabinet d'avocat et d'huissier de Justice. Nous avons rencontré Mme Njoh qui c'est montrée favorable à notre sollicitation. Nous avons trouvé un arrangement. Le processus est en cours. Que les gens arrêtent j'ajouter l'huile sur le feu » Explique un investisseur sur cet espace.

Effets de droit

« En l'état actuel des choses, le titre foncier 26420/Wouri existe et produit des effets de droit. Il est judicieux pour des gens qui occupent illégalement le terrain d'autrui, de se retourner d'abord contre les auteurs de l'arnaque (leurs vendeurs) puis de se rapprocher de la succession, pour une éventuelle régularisation de leur occupation » Explique un avocat, fin connaisseur de ce dossier. A la réalité, le problème ici serait le fait des personnes tapies dans l’ombre, décidées à arnaquer la population et surtout à empêcher à dame Njoh de jouir de son bien. Les pouvoirs publics sont interpellés, et doivent sévir…

Affaire à suivre

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo