CAMEROUN :: Virements individualisés des salaires : Les premiers fruits :: CAMEROON
CAMEROUN :: Virements individualisés des salaires : Les premiers fruits :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • Cameroon Tribune : Jocelyne NDOUYOU-MOULIOM
  • vendredi 20 septembre 2019 11:04:00
  • 7326

CAMEROUN :: Virements individualisés des salaires : Les premiers fruits :: CAMEROON

Economie sur la masse salariale, nombre des bénéficiaires légèrement en baisse sont les résultats de l’opération lancée en août dernier par le ministère des Finances.

Depuis la fin de mois d’août dernier, les 412 401 personnels inscrits au fichier solde de l’Etat (encore en activité ou déjà à la retraite), perçoivent leurs salaires et pension via un nouveau mode, le virement individuel. Le portail des camerounais de Belgique. Ceci à travers une nouvelle application baptisée SYSTAC (système de télécompensation en Afrique centrale). Un outil issu des réformes engagées dans la sous-région pour garantir la transparence dans les finances publiques, et embrassé par le Cameroun engagé dans une meilleure maîtrise de la masse sa- lariale de l’Etat.

Un mois après le lancement de cette opération, et au moment où le ministère des Finances va procéder à de nouveaux virements comptant pour le mois de septembre, le directeur général du Trésor et de la coopération financière et monétaire, Sylvestre Moh Tangongho a dressé le bilan des premiers virements, hier face à la presse. Ainsi, pour cette fin de mois, ce ne sont plus 412 401virements individualisés qui seront effectués, mais 410 625, dans la mesure où en août, on a enregistré 239 cas de virements non conformes, 1524 rejets ayant conduit à des retours au Trésor public. Parmi ces rejets, on compte 1000 cas de décédés et 50 cas ayant fait l’objet de réclamation et de régularisation.

D’ores et déjà, le DG du Trésor affirme que des actions seront menées auprès des 15 banques dans lesquelles les salaires et pensions sont virés pour tirer la situation au clair. Notamment pour savoir depuis quand les bénéficiaires des dits comptes ne sont plus en vie et quelle est la part qui revient à l’Etat dans les sommes ainsi restées en suspens. « Le système utilisé avant n’obligeait pas les banques à retourner les virements à problèmes, contrairement au Systac en vigueur », a souligné le DG pour expliquer cette situation.

Mais déjà, il invite les établissements de crédit et de microfinance qui ont ces cas de les renvoyer au Trésor, « avant que les missions n’arrivent… »

20sept.
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

canal de vie

Vidéo