CAMEROUN :: Le « Grand chœur classique Notre Dame des Victoires » de Yaoundé célèbre son jubilé d’or :: CAMEROON
CAMEROUN :: Le « Grand chœur classique Notre Dame des Victoires » de Yaoundé célèbre son jubilé d’or :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: RéLIGION
  • la-croix.com : Jean François Channon Denwo
  • vendredi 28 juin 2019 10:53:00
  • 31372

CAMEROUN :: Le « Grand chœur classique Notre Dame des Victoires » de Yaoundé célèbre son jubilé d’or :: CAMEROON

La plus célèbre chorale classique catholique du Cameroun, le « Grand chœur classique Notre Dame des Victoires » célèbre, cette année, son jubilé d’or.

Fondé au lendemain des indépendances, ce chœur a connu ses moments de gloire au moment où le Cameroun entamait de grands débats théologiques pour son inculturation. Son parcours n’est pas un long fleuve tranquille au sein de l’Église catholique de Yaoundé où elle s’est émancipée.

L’annonce du jubilé marquant les 50 ans de la création du « Grand chœur classique Notre Dame des Victoires » a été faite, dimanche 9 juin 2019, à l’occasion de la fête de la Pentecôte par le père François Xavier Olomo, recteur de la cathédrale Notre Dame des Victoires de Yaoundé. « Nous voulons demander à tous les fidèles de s’unir en prière avec notre chorale le Grand Chœur classique, pour une action de grâce à Dieu, au moment du lancement officiel de son jubilé ».

Jean-Claude Omgba Abega est l’actuel président de cette chorale. Il a assuré la transition après la mort de l’un des pères fondateurs, François Elle Ntonga, en 2001, une période très difficile. « Nous voulons offrir ce moment de fête de nos 50 ans, à toute l’Église catholique romaine, parce que c’est dans cette église que le chant nous a permis de nous rapprocher chaque jour de Dieu », a-t-il commenté à la suite du père Olomo.

Deux pionniers

Le Grand chœur classique Notre Dame des Victoires est l’œuvre d’un prêtre et d’un laïc camerounais tous deux maintenant décédés. Le père Lucien Manga, et François Elle Ntonga se sont connus au début des années 1960, alors que le prêtre dirigeait « le Cours complémentaire » qui deviendra plus tard le collège catholique Jean Tabi. François Elle Ntonga était alors directeur des études dans le même établissement scolaire. Tous deux passionnés de musique et du chant classique et grégorien ont décidé de transmettre leur passion à leurs élèves de cette époque, jusqu’à ce que leurs routes se séparent.

Le père Lucien Manga qui fait partie des premiers prêtres du Cameroun indépendant est nommé, à la fin des années 1960, curé de la cathédrale Notre Dame des victoires de Yaoundé. Parmi les fidèles paroissiens qu’il retrouve dans cette paroisse, il y avait François Elle Ntonga, qui, entre-temps, avait intégré le corps de la justice camerounaise comme greffier au tribunal local. C’est ainsi qu’ils décident, en 1959, de créer ce qui s’appelait la « chorale classique de la cathédrale Notre Dame des Victoires de Yaoundé » avec deux sous-groupes que sont le chœur des hommes et le chœur des femmes. Le père Lucien Manga donne alors à cette chorale la possibilité d’animer quelques parties des messes dominicales et des grands jours des fêtes de l’Église.

Doutes et renaissance

Avec le départ de la cathédrale de ce prêtre fondateur qui sera muté dans une autre paroisse, le chœur classique connaît quelques problèmes. Des fidèles qui fréquentent la paroisse boudent le chant classique et grégorien, qu’ils trouvent trop intégriste et préfèrent le chant inculturé en langue locale Ewondo, exécutée par la chorale « Nkukuma David » fondée par le père Pierre Lucien Betene, nommé au début des années 1980 vicaire à la cathédrale de Yaoundé. La chorale classique qui compte alors quelques membres (pour la plupart des anciens séminaristes des années 1950-1960), commence alors à être marginalisée. Il faudra attendre le retour d’un voyage en Allemagne de Mgr Jean Zoa, alors archevêque de Yaoundé, au milieu des années 1980 pour que le grand chœur classique puisse renaître. Mgr Jean Zoa qui avait été séduit par l’exécution du chant classique en Allemagne va demander à François Elle Ntonga de redynamiser cette chorale.

« Ce fut un nouveau souffle pour nous, puisque la chorale deviendra le Grand Chœur Classique Notre Dame des Victoires », raconte Agnès Marie Cécile Ndzengue, directrice technique du chœur. « Au sein du Grand Chœur Classique, j’ai appris à chanter les grands chants classiques alors que je n’avais jamais été au conservatoire ».

Jubilé célébré sur un an

La célébration du jubilé se fera sur un an avec de nombreuses activités comme des concerts dans plusieurs diocèses du Cameroun, des activités sportives etc. « Le grand chœur classique Notre Dame des Victoires fait partie du patrimoine musical religieux du Cameroun », rappelle Jean-Claude Omgba Abega.

Au cours de ses 50 ans d’existence, ce chœur a animé de grands événements religieux. C’est le cas, entre autres, de la cérémonie de présentation de l’Exhortation post-synodale Eclesia in Africa, à la cathédrale Notre Dame des Victoires en août 1995, par le pape Jean-Paul II et du mariage religieux de l’actuel président du Cameroun, au milieu des années 1990.

28juin
Lire aussi dans la rubrique RéLIGION
Vidéo