CAMEROUN :: L’imam de Douala demande pardon aux candidats au Bepc :: CAMEROON
CAMEROUN :: L’imam de Douala demande pardon aux candidats au Bepc :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: RéLIGION CAMEROUN :: L?imam de Douala demande pardon aux candidats au Bepc :: CAMEROON
  • Mutations : Tatiana Ngnombouowo
  • vendredi 07 juin 2019 08:53:00
  • 17927

CAMEROUN :: L’imam de Douala demande pardon aux candidats au Bepc :: CAMEROON

Ibrahim Moubarak Mbombo s’est excusé sur le flou autour de la date de la fête, avant d’annoncer sa démission des fonctions d’officiant des prières de fin de jeûne du ramadan.

Ibrahim Moubarak Mbombo, le grand imam et président du Conseil camerounais des imams, des mosquées et des affaires islamiques (Cocimai) a clôturé la prière de fin de jeûne du ramadan mercredi , 5 juin dernier, en se prosternant devant le peuple camerounais, suite à la polémique née de la date de célébration de la fête du ramadan 2019, annoncée un jour plus tôt. « Je demande pardon aux candidats à l’examen du Brevet d’études du premier cycle(Bepc) qui ont raté leur examen », formule-t-il.

Une sortie qui ne l’aidera pas à convaincre la communauté musulmane qui n’a pas tardé à remettre en question son expertise. « J’aimerais dire que c’est décevant lorsqu’une communauté religieuse ne reconnaît pas les efforts faits depuis 1997. Il n’y a jamais eu de ratés sur le début des prières que sur les jours de fête», s’indigne le grand iman. Face à tous ces évènements, le grand imam a décidé de déposer sa démission de la présidence des prières de fin de jeûne du ramadan. L'info claire et nette. Mais il ne baisse pas les bras. « Déclarer aujourd’hui que c’est ma dernière prière de ramadan en cette année 2019 sur l’étendue du territoire national, ne veut pas dire que j’ai entièrement démissionné. Non ! Je continuerai à m’attacher aux responsabilités qui sont miennes. Je dirigerai les prières de sacrifice », précise Ibrahim Moubarak Mbombo qui a centré son message de circonstance autour du pardon.

Aux fidèles musulmans réunis à l’esplanade du Camp Bertaud à Douala, l’homme de Dieu recommande cette vertu pour la cohésion sociale. «C’est grâce au pardon qu’on obtient la correction de nos fautes, l’acceptation de la différence, le respect de nos institutions, l’appel à l’unité et surtout de la justice sociale. Cette justice sociale qui passe par l’équité », précise-t-il. Il a par ailleurs rappelé que le ramadan est une école qui forme l’homme à la piété. Puisqu’à la fin, indique-t-il, on doit être récipiendaire. Le diplôme qu’on obtient se manifestant par une amélioration des actes qu’on pose chaque jour.

07juin
Lire aussi dans la rubrique RéLIGION

canal de vie

Vidéo