CAMEROUN :: Transport urbain clandestin : La volonté d’assainir :: CAMEROON
CAMEROUN :: Transport urbain clandestin : La volonté d’assainir :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Cameroon Tribune : Paul EBOA
  • jeudi 18 avril 2019 16:04:00
  • 3135

CAMEROUN :: Transport urbain clandestin : La volonté d’assainir :: CAMEROON

La récente circulaire du ministre des Transports vise à assainir le secteur des transports dans un contexte marqué par la prolifération des transporteurs clandestins.

Selon le ministère des Transports, 40 à 60 % des véhicules roulant sur nos routes seraient des « clandos ». Ce genre de véhicules est impliqué dans de nombreux accidents. D’après les chiffres obtenus auprès de la gendarmerie nationale, on a dénombré en 2014, 3088 accidents de la circulation à l’origine de 1102 morts et 4262 blessés dont la plu- part étaient des victimes des « clandos». Les maux décriés chez les conducteurs des engins à deux roues ,en situation irrégulière, sont également perceptibles auprès des automobilistes opérant dans la clandestinité selon le président du Syndicat national des conducteurs des transports urbains, Pierre Samen, et le président du Syndicat national des exploitants des taxis et bus du Cameroun, Joseph Effila.

Les surcharges, les arrêts intempestifs, le délabrement, l’insécurité à bord de ces véhicules sont quelques mauvaises pratiques qui ternissent davantage l’image du transport clandestin. De fait, les « clandos » ou « opep », comme on désigne ces véhicules d’occasion dont l’activité est le transport routier clandestin, sont bien souvent en piteux état, ne respectent pas la règlementation en vigueur et opèrent dans des secteurs où l’accès est extrêmement difficile du fait de l’état de dégradation prononcée des routes. Ces véhicules ont aussi la particularité qu’ils coûtent relativement moins chers.

Le gouvernement a pris la mesure de ce phénomène en mettant sur pied le Comité national de lutte contre le transport clandestin. Lequel est placé sous la supervision du premier ministre, chef du gouvernement. Outre les administrations concernées, ce comité intègre les organismes sociaux et professionnels du secteur des transports routiers. Au quotidien, le ministère des Transports met l’accent sur l’éducation et la sensibilisation des populations et des usagers de la route sur les dangers du transport routier clandestin en insistant sur la prévention et la pédagogie. L'info claire et nette. C’est ainsi que les mesures prises pour faire face à ce phénomène portent sur la sensibilisation accrue avec des messages pour chaque cible afin que les transporteurs clandestins se conforment à la règlementation en vigueur et que les usagers soient plus attentifs aux dangers découlant du transport clandestin.

D’autres mesures sont prises à savoir le renforcement des contrôles routiers permanents et inopinés dans tous les points de chargement, les contrôles de l’état technique des véhicules, la vérification de l’authenticité des titres de transport, le développement du transport urbain de masse, la facilitation de l’obtention des titres de transport ainsi que l’encadrement des populations exerçant dans la clandestinité notamment les motos-taxis à travers l’organisation des sessions spéciales d’examens de permis de conduire . Malgré ces dispositions pertinentes, le transport clandestin perdure. D’où la nécessité d’intensifier l’assainissement de ce secteur.

18avril
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo