CAMEROUN :: L’interpellation d’un automobiliste fâche :: CAMEROON
CAMEROUN :: L’interpellation d’un automobiliste fâche :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Mutations : Lorine Claudia Agnang
  • jeudi 07 février 2019 11:19:00
  • 5647

CAMEROUN :: L’interpellation d’un automobiliste fâche :: CAMEROON

Cela fait plus de 30 minutes que la circulation connaît des perturbations au niveau du palais de justice d’Ekounou à Yaoundé ce mardi 05 février. Il est 12h, près dudit lieu, une voiture avec sur son pare-brise un laissezpasser tente de gagner la route secondaire en chantier, qui côtoie le mur de ce parquet. Et plus bas, une file de voitures cherchent à regagner la route principale avec à sa tête un conducteur de taxi. L'info claire et nette. Le propriétaire du véhicule disposant un laissez-passer instruit ce conducteur de lui céder le passage. Or, la file de voiture ne lui rend pas la tâche possible. La menace se fait insistante et attire la foule.

Celle-ci lui suggère plutôt de faire marche arrière, chose qu’il refuse. Il descend de son véhicule, tenant dans sa main un talkie walkie, puis passe un coup de fil. Des minutes plus tard, surgit un officier de police, qui intime au chauffeur de taxi de lui remettre le dossier. Des témoins de la scène s’y opposent en hurlant de colère: «Cet homme n’a rien fait. Si le monsieur de cette voiture avait fait une marche arrière le problème serait résolu depuis».

Peu de temps après le départ du plaignant, l’officier de police tente alors d’amener de force le conducteur de taxi répétant que « c’est le commissariat central qui m’envoie ». Attirés par les plaintes de la foule, des avocats vont se joindre à leur cause et vont escorter le chauffeur, son véhicule et l’officier de police dans l’enceinte du palais de justice et exigent que l’affaire soit portée devant le procureur. La foule ne le laisse pas aller seul devant le procureur.

Elle estime que «l’officier ira témoigner d’une scène qu’il n’a pas vécue». Quelque temps après leur entrée dans le bureau du procureur, le commissaire central fait son entrée. Après une vingtaine de minutes, le chauffeur est remis entre les mains de la police.

07févr.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo