Camer.be
CAMEROUN :: Comment Ahmad Ahmad a dégonflé le gouvernement :: CAMEROON
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Mutations : Jacques Eric Andjick
  • samedi 08 décembre 2018 14:47:00
  • 8303

CAMEROUN :: Comment Ahmad Ahmad a dégonflé le gouvernement :: CAMEROON

Il est tombé de haut. Arrogant, méprisant et autoritaire devant les alertes de la presse à propos des lenteurs dans les travaux de construction des infrastructures dédiées à la Can 2019, le gouvernement est dans ses petits souliers depuis le 30 novembre dernier. Comme un ballon, la Confédération africaine de football (Caf) l’a dégonflé en retirant au Cameroun, l’organisation de la prochaine Coupe d’Afrique des nations (Can) de football.

Au loin les grandes démonstrations du ministre des Sports et de l’Education physique, Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt ! Adieu la soi-disante sérénité et promptitude du Cameroun, l’obstination et l’arrogance du ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, devant des critiques pourtant fondées. De même, la prétendue assurance d’autres membres du gouvernement sur la capacité de notre pays à organiser la prochaine Can n’était qu’une farce. Ils savaient tous sans exception que le Cameroun n’était pas capable d’organiser un tel événement en 2019. La preuve, trois dates de livraison du stade de Japoma à Douala ont été annoncées : septembre 2018, décembre prochain et fin mars 2019. Le reflet de l’impréparation. Comme d’habitude, les gouvernants ont menti au peuple. Malchance pour eux, le comité exécutif de la Caf a sanctionné en retirant la prochaine coupe d’Afrique des nations au Cameroun, à l’unanimité des membres.

Les inspecteurs de la Caf qui ont visité à plusieurs reprises les sites des chantiers, pendant 18 mois, ont constaté que toutes les conditions de conformité n’ont pas été respectées. De même que les conditions de sécurité n’étaient pas garanties. Sans oublier le retard accusé dans la construction des infrastructures. En un mot, l’instance faîtière du football continental a dévoilé que le Cameroun n’est pas prêt, chose que les gouvernants savaient tout en prétendant le contraire. Nos dirigeants pensaient que ça marcherait comme le 20 septembre 2014 à Addis-Abeba, où ils réussirent à obtenir l’organisation de la Can 2019, aujourd’hui retirée sans présenter de garantie.

Mais ils ont oublié que leur compatriote Issa Hayatou n’est plus à la tête de la Caf. Et que son tombeur Ahmad Ahmad n’est pas impressionné par nos ministres, ni même par l’inamovible chef de l’Etat Paul Biya. Lequel a pourtant pris un engagement le 10 août 2017 en affirmant que le Cameroun « sera prêt le jour dit ». Il est sans voix depuis le retrait de la compétition à notre pays. L'information claire et nette. Le président de la République a naïvement cru qu’après avoir reçu en audience le patron de la Caf le 2 octobre dernier, tout était dans la poche. Il s’est planté. Cela dit, le chef de l’Etat n’acceptera certainement pas que son septième septennat baptisé des « grandes opportunités », s’achève sans qu’il organise la coupe d’Afrique des nations.

C’est pourquoi le Cameroun va officiellement engager les démarches pour accepter l’offre d’organiser la Can 2021 faite par le président de la Caf. L’hypothèse d’attaquer le retrait du tournoi continental auprès du Tribunal arbitral du sport (Tas) n’était que de l’enfumage orchestré par d’irréductibles proches de gouvernants incompétents.

Après avoir mordu la poussière pour 2019, Paul Biya veut la Can 2021 pour égaler son prédécesseur Ahmadou Ahidjo qui a organisé la 8è coupe d’Afrique des nations en 1972, après seulement 12 ans au pouvoir. Si le Cameroun organise la compétition dans trois ans, le chef de l’Etat aura attendu 39 ans pour pouvoir le faire, mais vaut mieux tard que jamais. Ce qui n’est pas acquis parce la Côte d’Ivoire demeure pour l’instant le pays organisateur de l’édition 2021. L’intrépide boss de la Confédération africaine de football a donc une nouvelle occasion de redresser nos gouvernants. Ahmad Ahmad est peut-être une solution à notre gouvernement laxiste. Comme quoi la chicote est bien si elle a le mérite de réveiller les cancres.

08déc.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo