CAMEROUN, 08 AOT 1914: Que retenir de l'assassinat des hros vivant Duala Manga Bell et Martin Paul SAMBA ? :: CAMEROON

CAMEROUN, 08 AOT 1914: Que retenir de l'assassinat des hros vivant Duala Manga Bell et Martin Paul SAMBA ? :: CAMEROON

CAMEROUN, 08 AO?T 1914: Que retenir de l'assassinat des h?ros vivant Duala Manga Bell et Martin Paul SAMBA ? :: CAMEROON
CAMEROUN, 08 AO?T 1914: Que retenir de l'assassinat des h?ros vivant Duala Manga Bell et Martin Paul SAMBA ? :: CAMEROON
Le mois d'août de l'année 1914 est selon plusieurs contemporains le mois de tous les malheurs comme l'année elle même au Cameroun. L'histoire du Cameroun retiendra également même si nos archives semblent les ignorer quelque fois que Rudolf Douala Manga Bell et Martin Paul Samba furent parmi les hommes les plus illustres du Cameroun. Ils s'étaient opposé sans vergogne à la main mise de l'administration allemande sur le Cameroun et sont tous morts, ironie du sort assassinés respectivement le même jour: 8 août 1914.

Pendant que Rudolf Douala Manga Bell était pendu à Douala, Martin Paul samba était quant à lui fusillé à Ebolowa. Qui étaient t-ils ? Doit-on voir par ces illustres citoyens morts sans avoir eu le temps d’accomplir leur mission le premier signe de l'éveil du nationalisme camerounais?

Rudolf Douala Manga Bell (1872 – 1914)

Rudolf Douala Manga Bell naît en 1872 à Cameroontown (ancienne appellation de la ville de Douala) de Manga Ndoumbé et de Tomédi Mouasso. Il est le petit fils de Ndoumbé Lobé (King Bell, 4ème de la dynastie des Bell fondée en 1792). Après ses études primaires à Douala, il entre au lycée d'ULM, en Allemagne, ensuite, il étudie le droit à l'université de BONN, avant de rentrer au Cameroun en 1896.

En 1896 à la fin de ses études, il rentre à Kamerunstadt (Douala). En 1897, son grand-père Ndoumbé Lobé meurt. Son père Manga Ndoumbé devient le chef supérieur des Bell (5ème de la dynastie). En Décembre, Douala Manga épouse une métisse, Mlle Engome Dayas dont le père Dayas est anglais. En 1902, Kamerunstadt reprend son appellation originelle et redevient Douala (éponyme de Ewale fondateur de la ville). Buéa devient la capitale du Cameroun.

En 1908, suite à la mort de son père, Rudolf Douala Manga est intronisé chef supérieur du clan des Bell qui regroupe les Bonamandone, Bonapriso, Bonadoumbé, tous propriétaires et habitants du plateau Joss à Douala.

En 1910, Théodore Seitz, gouverneur allemand au Cameroun soutient un projet d'urbanisation dit « Gross Duala » qui doit faire de la ville, l'un des plus grands ports d'Afrique.

Seitz prévoit pour cela d'exproprier les Duala de leur lieu d'habitation traditionnel qui doit devenir la ville européenne. De nouveaux lotissements (New Bell, New Akwa, New Deido) seront aménagés à l'arrière du pays pour les autochtones selon le nouveau plan d'urbanisation. Ces nouveaux lotissements seront séparés de la ville Européenne par un no man's land de un kilomètre de large. Rudolf Douala Manga va s'opposer à ce projet qu'il qualifie de « projet d'apartheid » Les Douala, ayant à leur tête le chef Rudolf Douala Manga, protestent à plusieurs reprises contre cette mesure qui les prive de leur terrain. Ils invoquent le traité signé en 1884 avec Edouard Woermann qui stipule que "les terrains cultivés par nous, et les emplacements sur lesquels se trouvent des villages, doivent rester des propriétés des possesseurs actuels et leurs descendant $1»$2

En attendant le règlement du conflit, Rudolf Douala est destitué la 4 août 1913 à titre provisoire or la guerre de 1914 venant d'éclater… L'administration allemande soupçonne Rudolf de chercher à soulever les Chefs Supérieurs de l'intérieur du Cameroun et d'entrer en contact avec d'autres puissances. Il est accusé de haute trahison envers le gouvernement allemand et arrêté le 08 août 1914, vers cinq heures du soir. Il est pendu avec un de ses parents, Ngosso Din.

Martin Paul Samba (1874 – 1914)

Le même jour, à Ebolowa, Martin Paul Samba est fusillé par les allemands. Né au village d'Akok (arrondissement de Kribi) vers 1870, Samba fait ses études d'officier en Allemagne. Il revient au Cameroun en 1895 avec le grade de capitaine. En difficulté avec l'administration allemande du Cameroun, il quitte l'armée allemande et organise un maquis en peuple Boulou.

De son vrai nom Mebenga M’Ebono, Martin Paul Samba a été fusillé par les allemands le 08 août 1914 à Ebolowa dans la province du Sud. Revenu au Cameroun en 1895 après ses études d'officier en Allemagne avec le grade de capitaine dans l’administration allemande. Il va par la suite se révolter contre les pratiques de l'administration allemande du Cameroun. Il quitte l'armée allemande, acquiert les armes et organise un maquis en pays Boulou. A la déclaration de la guerre entre l'Allemagne et la France, Martin Paul Samba cherche à entrer en contact avec les troupes françaises basées à Brazaville en république du Congo et avec les Anglais installés au Nigéria. Malheureusement pour Mebenga M’Ebono, sa lettre va tomber entre les mains d’un officier allemand. Martin Paul Samba est arrêté, condamné pour haute trahison et fusillé à la veille de l’éclatement de la première guerre mondiale le 08 août 1914.

Né en 1874 à Metundu Engong, non loin d’Ebolowa, Martin Paul Samba n’a pas connu son père. Sa mère mourût après son accouchement et il fut élevé par l’épouse de son oncle paternel, Ada Mbo. A l’arrivée des explorateurs allemands, le lieutenant Kund notamment, le jeune Martin Paul Samba est choisi comme guide de ce dernier. C’est ainsi que commence sa collaboration avec les allemands jusqu’à la rupture.

A Grand Batanga, le chef Madola, accusé d'avoir envoyer une pirogue contacter un bateau ennemi en mer, est déporté et exécuté à son tour.

Dans le Nord Cameroun, quelques jours plus tard, les lamibé de Kalfu et de Mindif et cinq dignitaires de Maroua sont également tués.

Bibliographies: Les Grandes figures historiques du Cameroun, Collection Biographies, Editions MEDIA CAMEROUN,Notes du prof Abwa, Samuel Nelle in Collection histoire du Cameroun,Le Cameroun :arts, histoire et traditions, Bernard Puepi, Henri Njomgang

Un autre texte de l'auteur de ce texte sur ce lien

© Camer.be : Hugues SEUMO

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

myopinion
Douala Manga Bell et Martin Paul Samba nont jamais t les hros pour le Cameroun tel que nous le connaissons aujourdhui. Apres avoir coopr pendant longtemps avec les esclavagistes blancs, ils se sont rvolt lorsque les amis blancs dhier se sont retourns contre eux. Ces traitres ont compris trop tard pour eux que lesclavagiste blanc ne faisait pas diffrence entre eux et les autres que lon capturait et revendait comme esclaves.
Mvog-Ada
@ My opinion
Vous avez raison en ce qui concerne Samba ,mais vous avez tort mon avis pour ce qui est de Rudolf Douala Manga Bell; d'abord quand il devient Chef , l'esclavage est aboli depuis belle lurette; ensuite ce n'est pas lui qui a sign les accords de sujtion des Dwala avec les Blancs; c'est son grand-pre; il faut reconnatre les Dwala avaient pos une condition suspensive l'abandon de leur souverainet sur leur territoire, savoir que les terrains cultivs par eux devaient rester les leurs et pour leurs descendants; lorsque les Blancs s'emparrent de leurs terres Rudolf Douala Manga Bell tait plac devant un choix cornlien: soit il accepter de collaborer avec les Blancs ,et il trahissait son peuple, soit il s'y refusait et il apparaissait aux Blancs comme un tratre avec les risques que cela comporte
il a choisi son peuple, et pour moi c'est un hros
excamerounais
@MYOPINION,
Il faut qu'on claire un peu plus les camerounais sur cette priode. Ceux qui demandent aux franais de dclassifier ses archives doivent aussi demander aux allemands de dclassifier les leurs.
Mais c'est le Cameroun lui-mme qui doit faire le premier pas. car, je ne conois pas qu'un pays comme le Cameroun n'aient pas d'archives de cette poque. Charge lui de les mettre sur la table et voir la raction des autres

Dans l'histoire du Cameroun, j'ai toujours appris que ces deux figures taient des hros

Le vrai zro, c'est Paul Biya

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Happi arrête les championnats amateurs
Happi arrte les championnats amateurs
Facebook
réclame
Ruth KOTTO RACONTE SON VOYAGE DES USA by SOPIEPROD TV
évènement
CAMEROUN, 08 AOT 1914: Que retenir de l'assassinat des hros vivant Duala Manga Bell et Martin Paul SAMBA ? :: CAMEROON
actuellement sur le site