CAMEROUN :: Construire une passion pour la recherche: Rencontre avec le fondateur de CRFilMT, Joseph Kamgno :: CAMEROON
CAMEROUN :: Construire une passion pour la recherche: Rencontre avec le fondateur de CRFilMT, Joseph Kamgno :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: SANTE CAMEROUN :: Construire une passion pour la recherche: Rencontre avec le fondateur de CRFilMT, Joseph Kamgno :: CAMEROON
  • Source : (Extrait de l’article sur le site the Task Force For Global Health) du 29 Août 2019
  • lundi 30 septembre 2019 08:01:00
  • 9346

CAMEROUN :: Construire une passion pour la recherche: Rencontre avec le fondateur de CRFilMT, Joseph Kamgno :: CAMEROON

Sans partenariats, une grande partie, voire la totalité des activités de santé mondiales, serait vaine. C'est pourquoi nous avons décidé de rattraper l'un de nos partenaires clés, qui a joué un rôle déterminant dans la communauté de recherche sur les maladies tropicales négligées (MTN). Le Pr Joseph Kamgno, MD, PhD, dirige le Centre de recherche sur la filariose et d'autres maladies tropicales (CRFilMT) au Cameroun, où son équipe de 20 chercheurs, quatre techniciens de laboratoire et de nombreux stagiaires appuient les efforts d'élimination et de lutte contre les MTN au Cameroun. pays voisins. Depuis 2003, il s'est associé au Groupe de travail sur la santé mondiale pour divers efforts, apportant sa richesse en connaissances sur les maladies et sur le terrain pour aider nos programmes et la communauté mondiale des MTN à enrayer ces maladies dévastatrices.

Quand avez-vous commencé à vous associer aux programmes du groupe de travail?

Au Cameroun et dans la région africaine environnante, il existe des zones de co-endémie où les communautés sont touchées à la fois par l’onchocercose - communément appelée cécité des rivières, infection parasitaire de la peau et des yeux - et par la loase, une autre maladie filarienne, qui pose un problème majeur au l’élimination de l’onchocercose. En effet, les personnes fortement infectées par Loa loa (l'agent responsable de la loase) et traitées pour l'onchocercose par l'ivermectine peuvent développer des effets indésirables graves tels que le coma ou même la mort.

Pour remédier à ce problème, j'ai été nommé en 2003 par le Programme de dons du Mectizan® (MDP), le Comité consultatif technique du Programme africain de lutte contre l'onchocercose et le Comité d'experts du Mectizan® pour aider le Ministère de la santé publique à organiser le traitement de l'onchocercose. dans les zones co-endémiques de la loase, car à la fin des années 90 et au début des années 2000, il y avait une «épidémie» de ces événements indésirables graves (EIG). J'étais chargé de la surveillance, de la formation et de l'assistance du personnel de santé, de la gestion de ces événements indésirables graves et de la recherche sur la physiopathologie, les autres facteurs de risque et la prévention de ces EIG grâce à des traitements alternatifs. Toutes ces activités ont été soutenues par MDP.

En 2005, j'ai créé le Centre de recherche sur la filariose et d'autres maladies tropicales (CRFilMT), initialement financé par le MDP depuis près de 15 ans. Nous sommes vraiment reconnaissants pour cet important soutien de MDP, ainsi que de ceux du Comité d'experts sur le Mectizan®, qui ont apporté un soutien technique, car ils nous ont permis de développer nos activités de recherche.
Le CRFilMT collabore également avec le Centre d’appui pour les maladies tropicales négligées de l’Équipe spéciale à la mise en œuvre de projets de recherche financés par ce dernier au Cameroun et dans d’autres pays.
Nous avons eu une expérience formidable à travailler avec le PDM et le CND-CN. Nous maintenons un partenariat continu avec les programmes du groupe de travail, qui ne repose pas uniquement sur le financement, mais aussi sur le développement de nouvelles idées pour mieux comprendre et lutter contre certaines MTN comme l’onchocercose et en définitive. améliorer la vie des gens.

Comment avez-vous commencé à travailler sur les MTN?

Pendant mes études en médecine, j'ai rédigé une thèse sur la prévalence et les causes de la cécité dans les zones forestières sous la supervision d'une équipe de recherche française. Ce fut ma première introduction à l'onchocercose et aux MTN. Après avoir obtenu mon diplôme de faculté de médecine, il me restait environ huit mois avant mon placement à l'hôpital. Je suis donc retourné dans l'équipe de recherche française pour lui demander s'ils avaient encore d'autres recherches à mener pendant cette période d'attente. J'ai commencé par une revue de la littérature sur la schistosomiase au Cameroun, puis par un nouveau projet d'essai clinique sur l'onchocercose au Cameroun. Mon patron était également l'investigateur principal d'un autre projet de recherche portant sur l'incidence d'événements indésirables graves post-administration d'ivermectine. Au début des années 2000, j'ai obtenu mes diplômes de maîtrise et de doctorat sur la base de ces projets de recherche. Cette expérience a été mon point de départ pour les MTN qui m’ont finalement amené à travailler avec MDP

Pourquoi avez-vous créé le Centre de recherche sur la filariose et d'autres maladies tropicales?

Lorsque j'ai commencé la surveillance et la formation du personnel médical au Cameroun et dans les pays voisins avec le soutien du MDP, je faisais partie d'une organisation non gouvernementale (ONG) appelée Coalition pour le contrôle de l'onchocercose. Avec cette collaboration, j'ai constaté un besoin d'expertise en recherche pour soutenir les efforts de cette ONG et d'autres acteurs dans la lutte contre l'onchocercose. Dans le même temps, de nombreuses questions scientifiques concernant les effets indésirables graves post-ivermectine ont été soulevées et j'ai décidé de créer un laboratoire qui fournirait davantage de soutien sur la base de recherches sur le terrain.
La Fondation internationale des clubs Lions (LCIF), qui faisait partie de la Coalition pour le contrôle de l’onchocercose, était disposée à héberger le laboratoire, mais elle n’avait pas suffisamment d’espace. J'ai donc travaillé avec la LCIF, avec les encouragements du Camerounais. Ministère de la Santé publique et le soutien du MDP, pour mettre en place le laboratoire. Au début de cette aventure, le personnel du laboratoire était composé d'un chauffeur, d'un technicien de laboratoire et de moi-même. Aujourd'hui, l'équipe CRFilMT est composée de plus de 20 personnes (y compris des chercheurs, des techniciens de laboratoire et du personnel administratif), effectuant des recherches sur un certain nombre de MTN et soutenant des activités dans divers pays africains.
Grâce au soutien de MDP et de la Banque islamique de développement pour la science et la technologie, nous opérons désormais dans un bâtiment de 2 000 mètres carrés comprenant des bureaux, des laboratoires, une salle de réunion et un amphithéâtre.

Quels sont certains des principaux projets sur lesquels le centre travaille actuellement?

Nous soutenons le ministère camerounais de la Santé publique sur diverses MTN, notamment la cartographie de la prévalence de la filariose et l'évaluation de l'impact des administrations de masse de médicaments (MDA) sur l'onchocercose et la filariose lymphatique - une autre maladie parasitaire causée par Wuchereria bancrofti, affectant le système lymphatique et provoquant l'éléphantiasis et l'hydrocèle . Pour l'élimination de l'onchocercose en Afrique centrale, un plan prévoit une chimiothérapie préventive dans les zones d'hypoendémie. Cependant, certaines de ces zones hypo-endémiques sont co-endémiques pour la loase et, en raison du risque de développer des effets indésirables graves qui l'emportent sur les avantages d'un traitement de masse dans ces zones, le traitement de masse à l'ivermectine ne peut pas être mis en œuvre. Nous travaillons actuellement à l'élaboration d'une nouvelle stratégie appelée «Test and not Treat» (TaNT), qui vise à tester la loase dans la population à l'aide d'un diagnostic appelé LoaScope avant de la traiter à l'ivermectine.
Le CRFilMT soutient également les efforts des autres pays pour éliminer l’onchocercose en analysant leurs échantillons dans le cadre du projet de cartographie pour l’élimination de l’onchocercose (OEM), en coordination avec le groupe de travail. Grâce à un partenariat avec Sightsavers, nous mettons en œuvre une stratégie d’élimination combinant contrôle des vecteurs larvicides terrestres, recherche de l’onchocercose, puis traitement par Doxycycline et traitement de masse bisannuel à l’ivermectine.
Nous menons également des essais cliniques pour identifier les meilleurs schémas thérapeutiques contre les maladies filariennes, notamment l’onchocercose et la loase, ainsi que pour mesurer l’impact des MDA sur les helminthes transmis par le sol, un groupe d’infections par le ver intestinal. En outre, nous travaillons à l’élaboration de nouvelles stratégies de lutte contre la schistosomiase. Nous sommes très occupés et essayons de développer notre laboratoire et d'élargir notre équipe pour répondre au besoin croissant et croissant de ces programmes d'élimination de maladies.

Avez-vous toujours voulu devenir chercheur?

Quand j'étais jeune, j'espérais vraiment devenir médecin, mais lors de ma dernière année d'études secondaires, j'ai reçu un prix en biologie, un livre d'un sud-américain intitulé «Recherche médicale carrière d'avenir». Ce livre expliquait à quel point être chercheur revient à jouer à la loterie tous les jours, car la recherche repose sur des hypothèses qui fonctionnent parfois, mais parfois non. Le livre expliquait également l'anxiété d'analyse des données à laquelle un chercheur peut faire face pour tirer des conclusions de ses recherches. Cela m'a vraiment passionné de devenir chercheur. Ainsi, lorsque j'ai terminé mes études de médecine et commencé avec ces équipes de recherche, ce fut pour moi un accomplissement de la vie et de la passion. Je le fais depuis 25 ans et j’aime vraiment le faire, surtout quand vous voyez les résultats qui aident à améliorer la vie des gens.
Par exemple, lorsque j'ai commencé mes recherches sur l'onchocercose dans la région de Bafia, j'ai vu des personnes souffrant de cette maladie débilitante, souffrant profondément dans leur cœur, avec une peau complètement détruite, avec une prévalence élevée de cécité, mais à mon retour maintenant, après tous les traitements qui y ont été distribuées, je ne vois plus l’onchocercose. Onchocercose n'a pas encore été complètement éliminé, mais les gens peuvent maintenant vivre sans signes graves de cette maladie. Je suis très fier d’avoir participé à quelque chose qui a amélioré la vie de l’humanité.
Pour moi en particulier, c'est une passion telle que je ne vois pas ce que j'aurais fait d'autre que la recherche médicale, et j'ai hâte de partager ma passion pour la recherche avec des jeunes qui s'engagent réellement dans la médecine et cherchent leur carrière chemin.

Quels sont certains des défis auxquels vous pensez que la communauté des MTN est confrontée?

Les MTN ne bénéficient pas du même type de soutien scientifique et financier que les autres maladies. Si nous avions plus de personnel pour aider à mettre en œuvre des traitements et des interventions et à développer des diagnostics plus précis, nous pourrions accélérer l'élimination de ces maladies. Par exemple, s’agissant de la co-endémicité de l’onchocercose et de la loase dans les communautés, une stratégie claire consiste à tester et à traiter, mais nous n’avons pas les moyens suffisants pour la déployer dans toutes les zones hypo-endémiques.

Mais grâce aux chercheurs, aux donateurs et aux organisations qui travaillent actuellement sur les maladies tropicales négligées, en particulier le Groupe de travail sur la santé mondiale, la Fondation Bill & Melinda Gates et les gouvernements, nous réalisons des progrès. Je suis donc optimiste quant à l'avenir. surmonter ces maladies.

30sept.
Lire aussi dans la rubrique SANTE

canal de vie

Vidéo