FRANCE :: MARJOLAINE DJOUKWE: UNE JEUNE FEMME ENGAGÉE DANS LE COMMERCE EQUITABLE :: FRANCE
FRANCE :: MARJOLAINE DJOUKWE: UNE JEUNE FEMME ENGAGÉE DANS LE COMMERCE EQUITABLE :: FRANCE
 
FRANCE :: DIASPORA
  • RMTNEWS International : Diane VANDERMOLINA
  • jeudi 26 septembre 2019 23:32:00
  • 9871

FRANCE :: MARJOLAINE DJOUKWE: UNE JEUNE FEMME ENGAGÉE DANS LE COMMERCE EQUITABLE :: FRANCE

Marjolaine Djoukwe, jeune entrepreneuse camerounaise, installée à Avignon, a créé Elie et Marjolaine, une boutique où elle commercialise le poivre de Penja issu de son exploitation héritée de son père située dans la ville de Penja, à 70 km au Nord de Douala.

Le poivre de Penja, de couleur rouge à la récolte, est aussi appelé Poivre d’Oiseaux et bénéficie depuis 2013 d’une IGP (indication géographique protégée), ce qui en fait le Trésor du Cameroun. Il a été importé dans les années 50 du Pendjab (Inde) par Antoine Decré, planteur de bananes à Penja.

Son entreprise éco-responsable privilégie le circuit court et la qualité du produit cultivé naturellement. La jeune femme s’emploie à respecter un cahier des charges contraignant, visant une certification bio.

Elle a développé toute une gamme de mélanges d’épices aromatiques avec du poivre blanc ou noir de Penja pour réveiller les papilles et relever toute en finesse les mets cuisinés, qu’ils soient salés ou sucrés : fleur de sel, herbes de Provence ou encore la fameuse épice « Country-onion » (connu sous le nom de fruit de l’arbre à ail), entre autres gourmandises raffinées, imaginées avec des chefs (nougats de saint Didier, chocolats), qu’elle vend dans sa boutique avignonnaise élégamment aménagée.

Également œnologue, la jeune femme, qui n’est pas avare en conseils culinaires, a choisi de commercialiser une gamme de vins de la région du Vaucluse pour accompagner les plats cuisinés à la recherche de l’accord épices /mets/ vins parfait.

Mue par une volonté de contribuer au développement économique et insuffler plus de justice sociale dans son pays dans lequel l’exploitation des ouvriers reste encore d’actualité, la jeune femme se fait un devoir de payer au juste prix le travail des salariées de l’exploitation familiale et souhaite créer une coopérative afin qu’elles puissent s’emparer des moyens de production et mieux vivre de leur dur labeur.

Voici une très belle initiative de commerce équitable à encourager ! Présente à la Foire de Marseille dans le Hall 6 à côté de l’Inde, c’est avec plaisir et toute en sourire qu’elle accueille le curieux, lui racontant par le menu l’histoire de ce poivre aux saveurs uniques dont elle s’est fait l’ambassadrice.

Diane Vandermolina

26sept.
Lire aussi dans la rubrique DIASPORA

canal de vie

Vidéo