CAMEROUN :: Assemblée nationale : Cavaye dénonce l’ingérence des puissances étrangères :: CAMEROON
CAMEROUN :: Assemblée nationale : Cavaye dénonce l’ingérence des puissances étrangères :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Mutations : Florentin Ndatewouo
  • mercredi 12 juin 2019 00:39:00
  • 1310

CAMEROUN :: Assemblée nationale : Cavaye dénonce l’ingérence des puissances étrangères :: CAMEROON

Le président de la Chambre basse reste cependant muet sur le dialogue toujours attendu, depuis la descente, début mai dernier, du Premier ministre dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

« Excellence Monsieur le ministre des Relations extérieures, les députés à l’Assemblée nationale se joignent à vous pour dire aux partenaires bilatéraux et multilatéraux du Cameroun : Accompagnement, oui. Ingérence, non !!! ». Ces propos du président de l’Assemblée nationale (Pan), Cavaye Yeguié Djibril, déclamés d’une voix traînante et finalement inimitable, ont provoqué des applaudissements à l’hémicycle du palais de verres de Ngoa-Ekellé hier 10 juin. Une enceinte ou étaient présents des membres du corps diplomatique et du gouvernement.

A l’occasion de la séance d’ouverture de la session ordinaire de juin, le Pan a dénoncé les postures adoptées par les puissances étrangères, au sujet de la gestion de la crise sécuritaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (No/So). Le ton empreint d’invectives, le Pan n’a pas mis les gants. « Le fait est désormais avéré : le Cameroun est l’objet d’une conspiration à l’effet de déstabiliser le pays. Le portail de la diaspora camerounaise de Belgique. Pour justifier leur ingérence, les conspirateurs prétendent dénoncer le système politique camerounais qui serait, d’après eux, réfractaire à tout dialogue. Un système qui aurait consacré l’impunité et la violation des droits de l’Homme. Un autre crédo des pourfendeurs du Cameroun est la gestion par Yaoundé, des déplacés internes et des réfugiés, une gestion qui, selon eux, serait un désastre humanitaire », se désole-t-il.

Ces accusations de Cavaye Yeguié Djibril interviennent après ceux du ministre des Relations extérieures (Minrex), Lejeune Lejeune Mbella le 29 mai dernier, face aux membres du corps diplomatique et des organisations internationales accréditées au Cameroun. Le Minrex avait, lui aussi, accusé les puissances étrangères de s’ingérer dans les affaires intérieures de l’Etat camerounais. Des accusations dont la récurrence s’apparente à des simples effets de mode. En effet, depuis la descente du Premier ministre, Joseph Dion Ngute, le 09 mai dernier dans le No/So, annonçant la tenue d’un dialogue en vue de la résolution de la crise qui sévit dans ces régions, rien jusqu’ici n’a été fait dans ce sens.

D’ailleurs, le Pan est resté étonnamment muet sur ce sujet, se contentant d’accabler des puissances étrangères. « Certains en viennent à donner des injonctions au président de la République, lui demandant de prendre des initiatives afin de trouver une issue à la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. De quelles initiatives s’agit-il ? Celles qui sont déjà prises et mises en oeuvre en ce moment ou celles que ceux-là imaginent dans leurs têtes pour organiser leur projet de déstabilisation ? Pour leur information, le président de la République n’a cessé de prendre des initiatives. Sa main est tendue jusque-là », déclare-t-il.

Hormis l’évocation de la situation sociopolitique au Cameroun, Cavaye Yéguié Djibril s’est réjoui dans son adresse, de l’élection du premier viceprésident de la Chambre basse, Hilarion Etong, le 03 mai dernier, à la tête du Parlement sous-régional de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). De plus, une minute de silence a été observée en hommage au président du groupe parlementaire du Social Democratic Front (SDF), le député Joseph Banadzem Lukong, décédé le 30 mars dernier, des suites de maladie.

12juin
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo