Camer.be
CAMEROUN :: Un chef de village enlevé :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Le Jour : Adolarc Lamissia
  • mercredi 02 janvier 2019 11:21:00
  • 1530

CAMEROUN :: Un chef de village enlevé :: CAMEROON

Mohamadou Maroufi, le chef du village de Youkkoutodou dans l’arrondissement de Belel est entre les mains des ravisseurs depuis quelques jours.

Une semaine après l’enlèvement de Mohamadou Maroufi, le chef du village de Youkkoutodou, dans l’arrondissement de Belel, département de la Vina, les ravisseurs du chef traditionnel ont fait parvenir à sa famille une demande de rançon. Ils réclament la somme de 50.000.000 FCFA pour sa libération. Les membres de la bande armée ont kidnappé le chef traditionnel dans son domicile dans la nuit du 24 au 25 décembre dernier. Les membres de sa famille que Le Jour a contactés ont expliqué : « C’est par un appel téléphonique que nous avons été informés.

Les preneurs d’otage du Djaoro ont réclamé la somme de 50.000.000 FCFA. Ils donnent un délai de 72 heures à la famille pour le paiement de cette somme, faute quoi ils tueront notre grand frère. Nous ne savons où trouver cette somme ». Selon une autre source sécuritaire dans l’arrondissement de Belel, des éléments du Bir et des soldats du Brim stationnés dans la localité ratissent la zone depuis le 25 décembre 2018. Des soldats ont été déployés autour du village Youkkoutodou. Camer.be. Des auditions de certains villageois ont été faites par la gendarmerie et des policiers en civil. Le sous-préfet de l’arrondissement de Belel que nous avons joint au téléphone a appelé les populations du village Youkkoutodou à collaborer avec les forces de maintien de l’ordre : « Les forces de défense travaillent pour retrouver le chef du village ainsi que les autres otages enlevés dans notre arrondissement. Nos soutiens vont à la famille du djaoro Mohamadou Maroufi.

Nous faisons confiance au professionnalisme de nos forces de défenses ainsi qu’à la collaboration des populations ». Selon l’autorité administrative, toutes les dispositions ont été prises par les forces de maintien de l’ordre et de défense pour permettre aux populations de passer des bonnes fêtes de fin d’année. Dans la journée du mercredi 26 décembre 2018, trois corps de bergers ont été découverts dans le village Maber, dans le département du Djerem.

Ils avaient été enlevés le 22 décembre dernier dans une bergerie. Depuis le début du mois de décembre 2018, 13 personnes ont été enlevées par des bandes armées dans les départements de la Vina, du Faro et Déo et du Mbéré. Dans l’arrondissement de Nyambaka, un berger du ranch du milliardaire Nana Bouba-Djoda a été enlevé par une bande armée. Les ravisseurs de ce berger et membre de la famille de l’homme d’affaires ont exigé le payement d’une somme de 75.000.000 FCFA. Des éléments de la gendarmerie venue de Yaoundé ont été déployé depuis lors autours du ranch de l’homme d’affaires Nana Bouba.

Les recherches se poursuivent activement. Pourtant, il y a quelques jours au cours d’une réunion de sécurité le gouverneur de la région de l’Adamaoua avait sollicité que le renseignement entre la population et les forces de défenses soit renforcé . Kildadi Boukar, le gouverneur de l’Adamaoua a interdit le payement de toute rançon pour la libération d’un quelconque otage. Depuis le début de l’année 2018 plus de 500.000.000 FCFA ont été payés par les familles d’une trentaine d’otages. Ce montant dépasse le milliard de francs depuis 3 ans selon le préfet du département de la Vina.

02janv.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo