Crise au sein de Camtel : L’urgence d’une consultation signalée
CAMEROUN :: ECONOMIE

CAMEROUN :: Crise au sein de Camtel : L’urgence d’une consultation signalée :: CAMEROON

La directrice générale de l’opérateur historique des télécommunications au Cameroun a lancé un appel d’offres international visant recrutement d’un consultant, pour une étude diagnostique de la structure.

Le 08 septembre dernier, la Cameroon Telecommunications (Camtel) a lancé un appel d’offres international, visant le recrutement d’un consultant pour la réalisation d’une étude diagnostique du fournisseur d’accès des opérateurs de téléphonies du Cameroun. « Sur la base d'une évaluation de la situation socio-économique et financière de Camtel dans toutes ses dimensions, il s'agira pour le consultant de faire un état des lieux complet de la situation de Camtel dans son secteur d’activités ; cerner ses difficultés et analyser leurs causes endogènes et exogènes sur les plans institutionnel technique, organisationnel, opérationnel, financier, commercial etc. ; identifier ses forces et ses faiblesses ; présenter le marché de Camtel, et sa situation concurrentielle ; comparer les performances et la stratégie de Camtel à un benchmark d'entreprises comparables en Afrique », précise l’appel d’offres. La durée est de deux mois et le coût de celle-ci s’élève à 400 millions Fcfa.

Cette consultation intervient au moment où l’opérateur historique des télécoms du Cameroun est endetté à hauteur de 20, 8 milliards Fcfa en date du 30 juin dernier, d’après la Caisse autonome d’amortissement, dans sa note de conjoncture mensuelle. De plus ces dernières années et même encore il y a quelques jours, les utilisateurs camerounais ne cessent de se plaindre de la qualité de service fournie par les opérateurs, avec une connexion internet qui laisse parfois à désirer ; un service des appels téléphoniques perturbé etc. Face aux députés le 07 juillet dernier, la ministre des Postes et Télécommunications Minette Libom Li Likeng a fait savoir que l’une des raisons pouvant justifier cette situation est la gestion de la fibre optique, qui est tenue au Cameroun par Camtel. Et selon le fournisseur d’accès, ces problèmes que rencontrent les utilisateurs sont liés, entre autres, au non-respect des installations de la fibre optique lors des travaux de construction des routes et d’aménagement des voiries ; la difficulté de la coordination et de la mutualisation des travaux de génie civil avec ceux des télécommunications le long des routes ; l’absence d’étude pour le déplacement des réseaux de télécommunications ; l’absence d’un cadre de gestion efficace de la cohabitation des infrastructures des différents opérateurs, etc.

Réseau mobile

En outre, cet appel d’offre intervient des semaines après que Camtel a lancé son réseau mobile dénommé Blue. Un lancement qui, selon Investir au Cameroun, était prévu depuis décembre 2020. Mais à cause d’un ensemble d’irrégularités soulignées par le ministère des Postes et Télécommunications, ce lancement a dû été repoussé. C’est alors que dans une correspondance adressée à Judith Yah Sunday et datant du 11 janvier dernier, Minette Libom Li Likeng écrit : « Vous avez planifié le lancement du réseau mobile pour le 21 décembre 2020, sans business plan. Au cours d’une réunion que j’ai présidée en présence du régulateur le 16 décembre 2020 dans ce cadre, ce lancement avait été différé en raison des insuffisances réglementaires notoires à la mise en œuvre du réseau mobile. Dans un courrier reçu le 7 janvier 2021, vous m’invitez à présider le lancement du mobile pour le 13 janvier 2021, sans rendre compte de la levée des réserves formulées au cours de la réunion du 16 décembre 2020.

Tout ceci ne permet non seulement pas d’assurer une entrée réussie de l’opérateur historique dans le segment de la téléphonie mobile (pourtant tant attendue), mais aussi de rassurer les acteurs du secteur sur la neutralité, la transparence, la non-discrimination et l’objectivité de Camtel à gérer les segments de monopole de fait (fixe, transport) ». Bien que ce lancement ait eu lieu, le client ne perçoit pas encore, jusqu’ici les changements tels qu’annoncé. Ce qui donne l’impression que Camtel reste un opérateur institutionnel.

Cette consultation pourrait donc aider la structure à mieux asseoir, entre autres, sa nouvelle politique et comprendre ce qui bloque l’implémentation de ses initiatives. Rappelons que depuis le 12 mars 2020, Camtel a reçu de l’Etat trois concessions qui lui octroient l’établissement et l’exploitation d’un réseau de communications électroniques mobiles, à couverture nationale, ouvert au public, lié aux technologies d’accès 2G, 3G et 4G ; l’établissement et l’exploitation d’un réseau électronique de communications électroniques fixes à couverture nationale ouvert au public par accès filaires et l’établissement et l’exploitation d’un réseau de transport de communications électroniques, y compris les stations d’atterrissage de câbles sous-marins et des téléports vers les réseaux satellites. Ce qui désormais de Camtel le 4e opérateur du mobile au Cameroun.

Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo