Affrontement entre mototaximen et la police municipale à Douala.
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Affrontement entre mototaximen et la police municipale à Douala. :: CAMEROON

Les conducteurs de motos n’ont pas apprécié les réclamations de permis de conduire et de port obligatoire des chasubles de la mairie.

Les forces du maintien de l’ordre ont dû faire usage de bombes à gaz lacrymogène pour disperser des mototaximen et agents de la police municipale engagés dans un affrontement à mains nues au marché Mboppi de Douala, mardi 02 mars 2021. Les policiers du commissariat central n°1 et les gendarmes de la brigade territoriale de Mboppi ont été déployés sur les lieux pour tenter de maîtriser la rixe qui gagnait en ampleur.

Au départ de cet affrontement, une descente inopinée des agents de la municipalité à Mboppi, peu après 12h, à l’effet de contrôler les pièces des mototaximen et réclamer aux conducteurs d’arborer les chasubles de la mairie. Les mototaximen mécontents n’ont pas apprécié les méthodes et les réclamations de ces agents de la mairie. Très vite, les esprits se sont échauffés et les différents protagonistes en sont venus aux mains. 

«Les agents de la police municipale sont sortis soudainement pour arrêter les motos. Ils ont retiré les chasubles que les conducteurs de motos arboraient et ont imposé le port des chasubles de la mairie. A côté de cela, ils ont procédé au contrôle des pièces de permis de conduire. Ceux des conducteurs de motos qui n’en disposaient pas voyaient leurs engins saisis par la police municipale.

Et la façon avec laquelle ces agents interpellaient les conducteurs de motos était brutale», déplore un mototaximan. Qui fait savoir qu’un de ses compagnons a perdu connaissance après avoir été bastonné par les agents de la municipalité. Pour exprimer leur ras-le-bol, des conducteurs de motos ont bloqué la circulation sur l’axe routier Carrefour Agip-Marché Mboppi. Plusieurs conducteurs de motos ont été interpelés par les forces du maintien de l’ordre dans la foulée. Leurs motos ont été saisies. 

Les conducteurs de motos impliqués dans cet affrontement déplorent la brutalité dont fait preuve les agents de la mairie lors de leur descente sur le terrain. « Nous ne demandons qu’à travailler. Il est vrai que plusieurs conducteurs de motos ne disposent pas de permis de conduire. Néanmoins, ils ont entamé les procédures pour avoir ces permis-là. Chaque camp de moto est en train de se mobiliser pour obtenir cette pièce. Maintenant, nous sommes dans ce processus et pendant ce temps, la mairie ne nous permet pas de travailler. Ils ne veulent même pas nous comprendre », déplore un conducteur de mototaxi.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo