Appréciation : La note souveraine du Cameroun divise :: CAMEROON
Appréciation : La note souveraine du Cameroun divise :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • Le Jour : Hiondi Nkam IV
  • lundi 18 mai 2020 10:52:00
  • 3122

Appréciation : La note souveraine du Cameroun divise :: CAMEROON

Les deux plus grandes agences de notation au monde ont récemment publié des conclusions de leurs analyses sur le pays et elles font ressortir une légère différence.

S&PGlobal Ratings a abaissé la note souveraine du Cameroun la classant à « B- », le plus bas niveau dans la catégorie des pays très spéculatifs pour les bailleurs de fonds. Moody's pour sa part a maintenu la note « B2 », une position qui se situe dans l'avant-dernier niveau de la catégorie « très spéculative ». Pour les deux organisations le faible « rating » du Cameroun trouve sa justification dans au moins deux facteurs. Le premier concerne la crise anglophone et les incertitudes récurrentes sur le processus de transition politique.

« Les tensions sociopolitiques dans les régions de l'ouest anglophone ont montré peu de signes d'atténuation, malgré le dialogue national qui s'est tenu à fin 2019. La crise continue de peser sur les perspectives économiques du Cameroun. Le complexe agro-industriel Cameroon Development Corporation (CDC), premier employeur du pays après l’administration publique, a dû réduire ses activités dans ces régions », expliquent par exemple les analystes de S&P Global Ratings. Le second facteur est intimement lié à la crise sanitaire du Covid 19 qui ébranle toute la planète. Les deux agences estiment aussi que la pandémie aura des impacts sur l'économie du pays notamment en ce qui concerne les recettes de l’Etat.

« La propagation rapide et grandissante de l'épidémie de coronavirus, la détérioration des perspectives économiques mondiales, la chute des prix du pétrole et les turbulences sur les marchés financiers créent un choc économique et financier grave et étendu. Pour le Cameroun, le principal canal de transmission est l'impact de la baisse des prix du pétrole sur les recettes publiques ainsi que le repli des revenus d'exportations et le resserrement des conditions de financement extérieur », estime Moody's.

Bonnes perspectives de croissance

Mais Moody's relativise et décèle des motifs d’optimiste sur le Cameroun. Ses analystes estiment par exemple que le fait pour le pays d’avoir une base plus diversifiée des revenus extérieurs est un atout. L'agence de notation estime aussi que les nombreux investissements publics sur les infrastructures dans le domaine agricole et le secteur énergétique sont des points forts. Elle mentionne enfin que l'appartenance à une même communauté économique et monétaire protège son économie d'une rapide dégradation. En dépit d’un climat économique plutôt tendu et incertains, les deux agences mentionnent les bonnes perspectives de croissance du Cameroun. Le pays a aussi une solide position extérieure, avec des réserves de change qui pouvaient couvrir 7,4 mois d'importations, selon des données de l'Institute of International Finance (IFF).

Une inquiétude persiste et concerne la dette publique du pays. Certains emprunts effectués auprès des bailleurs de fonds n'ont pas encore été décaissés. Il y a aussi une dette contingente qui cumule la part due par des sociétés parapubliques. Cependant, le pays ne risque pas une instabilité de son secteur financier, car le poids du secteur bancaire sur le PIB était estimé à seulement 20% à la fin du mois d'avril 2020. Précisons que la note souveraine ou notation de la dette (rating dans le monde anglo-saxon) est l'appréciation, par une agence de notation financière, du risque de solvabilité financière.

L'attribution d'une note à un pays correspond aux perspectives de remboursement de ses engagements envers ses créanciers (fournisseurs, banques, détenteurs d’obligations, etc). La notation financière constitue, pour les investisseurs, un critère clé dans l’estimation du risque qu’un investissement comporte, particulièrement dans le cadre de marchés financiers de plus en plus globaux. C'est même un des critères obligatoires pour les emprunteurs institutionnels.

18mai
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

canal de vie

Vidéo