Camer.be
CAMEROUN :: Préservation de la paix : Bafoussam dit non au vent à la déstabilisation :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Leprince SONORE NGOUPAYOU
  • mardi 23 octobre 2018 00:16:00
  • 1240

CAMEROUN :: Préservation de la paix : Bafoussam dit non au vent à la déstabilisation :: CAMEROON

Sous l’impulsion de l’association internationale Kofi Annan, une caravane dite de promotion de la paix et de prévention d’un éventuel conflit post électoral s’est déployée le weekend dernier à Bafoussam. Des dizaines des marcheurs, véritables artisans de la paix, ont démontré à souhait, leur amour pour les institutions de la République.

Feujeu Rachel, la trentaine bien entamée, est citoyenne de la ville de Bafoussam. En cette matinée du samedi, 20 Octobre 2018, elle s’est donnée à cœur joie dans la caravane des marcheurs de l’Association internationale Kofi Annan, organisation de la société civile, pour dire non à la déstabilisation et au tribalisme, et oui à la paix.

« Je suis artisane de la paix. Si j’ai décidée de marcher ce matin, c’est parce qu’avec la situation que notre pays est entrain de traverser, nous avons peur de la guerre. J’ai l’intension d’impacter la société à travers le message de la paix. Nous voulons la paix au Cameroun. Nous ne voulons pas la guerre », s’exprime-t-elle, non sans faire référence à cette situation de crise sécuritaire qui perdure dans les régions anglophones du pays depuis deux ans, provoquant le départ des populations de ces zones vers d’autres régions, notamment l’ouest, région limitrophe à celles du Nord-ouest et du Sud-ouest.

« La situation de nos frères du Nord-ouest et du Sud-ouest ne nous plait pas. Nous ne voulons pas nous retrouver dans la rue, sans domicile. Nous demandons à nos frères de se joindre à nous afin qu’ensemble on dise non à la guerre et qu’on œuvre pour la paix au Cameroun », a-t-elle ajouté.

Comme Rachel, le jeune Ngankam d’Aquin Douglas se veut un chantre de la paix. Il a sans attendre, rejoint la caravane de ce samedi matin à l’effet d’apporter sa contribution à cette initiative. « Nous avons décidés de marcher pour promouvoir la paix dans notre pays pendant cette période post électorale, une période sensible. Il était de bon ton pour nous de donner un signal d’alerte aux populations de Bafoussam d’observer une attitude de tranquillité dans le respect de l’ordre public », s’est confié Ngankam Douglas. La caravane qui se déployée simultanément à Yaoundé et à Bafoussam, a été l’occasion pour les marcheurs, arbres de paix entre les mains, de démontrer leur attachement aux valeurs républicaines.

Cette initiative de l’Osc Kofi Annan fait suite à l’élection présidentielle du 07 Octobre 2018. Une échéance très agitée, entretenue par des esprits tribaux assortis des propos de haine en même de déstabiliser le Cameroun, reconnu dans la sous-région Afrique centrale comme étant un ilot de paix. Il ya quelques jours seulement, les dépositaires des pouvoirs traditionnels du département de la Mifi et les forces vives se sont retrouvés pour inviter les populations au calme.

A l’issue de cette rencontre, une déclaration commune a été rendue publique et adressée au Préfet de la Mifi, la déclaration des chefs traditionnels de la Mifi. Et sans attendre aussi, les conducteurs par moto ont suivi cette donne. Comme quoi, les camerounais dans leur immense majorité, ont démontré clairement leur position et leur volonté ferme de barrer la route à tout vent de déstabilisation.

L’organisation de la caravane de promotion de la paix par l’Association internationale Kofi Annan s’inscrit dans le cadre de la continuité des actions menées par elle, dans le cadre du processus électoral de la présidentielle d’octobre 2018 qui rentre en gare avec la proclamation des résultats par le conseil constitutionnel. On se souvient de la série des formations des observateurs électoraux organisée en amont sur l’ensemble du territoire national, avec pour ambition, permettre le déroulement sans faille de ce scrutin, ou encore le très grand déploiement des observateurs des membres de ladite association sur l’étendue du territoire le jour même du scrutin. Cette marche vient donc consolider la volonté du Dr. Serges Mboumegne, président exécutif de ladite association et ses membres d’œuvrer d’arrache-pied non seulement pour des élections transparentes en Afrique, mais aussi et surtout, pour la préservation de la paix sur le continent, comme l’a toujours voulu l’icône dont cette association porte son nom, le prix Nobel de paix Kofi Annan de regretté mémoire.

23oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo