Lutte contre Boko Haram : La France fait un don de matériels militaires au Cameroun
CAMEROUN :: SOCIETE

Lutte contre Boko Haram : La France fait un don de matériels militaires au Cameroun :: CAMEROON

La France a fait don de matériels de sécurité au Cameroun dans le cadre de la coopération militaire dans la lutte contre Boko Haram. Cent gilets pare-balles, 50 casques lourds, 4 drones légers, 6 paires de jumelles et 20 fusils AK47 d’une valeur de 65 595 700 FCFA (100 000 euros) ont officiellement été remis, jeudi 27 mai, par l’attaché de sécurité intérieure près l’ambassade de France au Cameroun, le colonel Christian Broudin, au commandant de la première région de gendarmerie, le général de brigade Housseini Dibo, représentant le secrétaire d’État à la Défense chargé de la Gendarmerie nationale (SED), Galax Etoga.

Ces matériels sont destinés à renforcer les capacités opérationnelles des gendarmes sur le terrain. Les 20 répliques d’armes Kalachnikov de type Air Soft vont ainsi permettre de parfaire la formation et l’entrainement des gendarmes en première ligne dans la lutte contre le groupe terroriste dans la région de l’Extrême-Nord, apprend-on. Selon l’ambassade de France, un projet de coopération de formation des directeurs d’enquête post-attentats, ainsi que le recyclage des escadrons de gendarmerie mobile, notamment en vue de la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football que le pays organise en janvier-février 2022, est actuellement en étude.

En octobre 2020 (du 12 au 24), la France avait formé 25 éléments du Groupement polyvalent d’intervention de la gendarmerie nationale (GPIGN), une unité spéciale destinée à la lutte contre le grand banditisme. Ceux-ci s’étaient entrainés particulièrement aux techniques d’intervention spécialisées inhérentes à la lutte contre le grand banditisme et le terrorisme, notamment les prises d’otage en milieux ouvert et fermé. L’insurrection de Boko Haram a débuté en 2009 au Nigeria avant de gagner les pays du bassin du lac Tchad, dont le Cameroun.

Les violences du groupe terroriste ont forcé plus de 322 000 personnes à quitter leurs foyers depuis 2014, dont 12 500 depuis décembre, indiquait Human Rights Watch (HRW) en avril dernier. L’armée camerounaise a déployé des milliers de soldats dans l’Extrême-Nord pour neutraliser Boko Haram. Les populations s’organisent également en comités de vigilance pour se prémunir des attaques du groupe terroriste. Le 12 février dernier, le ministre de l’Administration territoriale (Minat), Paul Atanga Nji, a déclaré que la situation dans la région est « sous contrôle » et que Boko Haram « vit ses derniers jours ».

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo