AFRIQUE :: Le Prix Nnanga kon 2019 dévoile ses finalistes :: AFRICA
AFRIQUE :: Le Prix Nnanga kon 2019 dévoile ses finalistes :: AFRICA
 
AFRIQUE :: LIVRES
  • Correspondance : Palabre Intellectuelle
  • lundi 14 octobre 2019 10:00:00
  • 5147

AFRIQUE :: Le Prix Nnanga kon 2019 dévoile ses finalistes :: AFRICA

Après l’édition de 2018 remporté haut la main par Séraphin Deffo Deffo pour son roman intitulé « Enquêtes en eaux troubles », le Prix Nnanga kon vient de dévoiler les heureux finalistes de sa troisième édition. C’est là que l’on est supposé entonner l’hymne officiel révélé l’année dernière par les organisateurs :

Nnanga kon, légende des peuples, source d’épopées, mystère d’initiés ; Nnanga kon, chef-d’œuvre éponyme qui ouvre la voie ; Nnanga kon, jeune prix littéraire pour jeunes auteurs camerounais, dévoile la shortlist de sa troisième édition.

Comme à l’accoutumée, ils sont trois à briguer le trophée cette année.

1- Fadimatou Bello, en lice avec son roman intitulé « Tilmiido : Un destin controversé » ; ou la fabuleuse histoire d’une jeune fille née sous une bonne étoile, mais dont le destin singulier ne sera pas toujours en phase avec les traditions rigoureuses de son village. Un nouveau regard objectif sur la thématique irréductible du mariage précoce de la jeune fille, et de la place de la femme dans les sociétés rurales en Afrique.

2- Fritz Bell est retenu pour son recueil de nouvelles intitulé « Broutilles ». Une belle occasion de revisiter avec le sourire les tares sociales et les incompréhensions de notre époque : écologie, politique, mysticisme, santé, enfance, éducation, amour, guerres (intestines), etc. Le style y est… plutôt bien rôdé dans le genre (ce Fritz Bell !). C’est comme qui dirait une bonne nouvelle que ce recueil de nouvelles.

3- Albert Thierry Nkili Abou est porté par sa pièce de théâtre intitulée « Et la fête pouvait commencer ». L’œuvre épouse assez convenablement les canons de l’écriture dramaturgique, et se distingue également par sa thématique plutôt originale : un village jusque-là tranquille dans son train-train quotidien se retrouve soudain enfiévré par une rumeur de paiement d’allocations familiales aux paysans (Qui l’eût cru, que « le travail de nuit » pourrait payer un jour à Bilick-si !).

Lancé en 2016, le prix Nnanga kon a pour but de rendre hommage à un jeune auteur camerounais résidant au pays. L’une des conditions d’éligibilité est d’avoir été présélectionné à l’édition précédente des Grands Prix des Associations Littéraires (GPAL). Le Jury est composé de trois parties : le Comité Nnanga kon (constitué cette année par des lecteurs de l’association Le Jeune Auteur), l’équipe des GPAL, ainsi qu’un auteur reconnu chargé de désigner le lauréat parmi les trois ouvrages finalistes. Pour être confirmé, le choix de cet auteur doit être validé soit par le Comité Nnanga kon, soit par l’équipe des GPAL, à défaut d’être approuvé à l’unanimité. Voir l’intégral du règlement du Prix Nnanga kon sur ce lien.

14oct.
Lire aussi dans la rubrique LIVRES

canal de vie

Vidéo