AFRIQUE :: LIVRE : Quatre économistes en croisade contre le franc CFA :: AFRICA
AFRIQUE :: LIVRE : Quatre économistes en croisade contre le franc CFA :: AFRICA

AFRIQUE :: LIVRE : Quatre économistes en croisade contre le franc CFA :: AFRICA

AFRIQUE :: LIVRE : Quatre ?conomistes en croisade contre le franc CFA :: AFRICA
AFRIQUE :: LIVRE : Quatre ?conomistes en croisade contre le franc CFA :: AFRICA
Dans cet ouvrage collectif, des spécialistes en politique monétaire démontrent comment les économies des pays de la zone souffrent d'une monnaie trop forte déconnectée des réalités économiques.

Découvrez les bonnes feuilles de l'ouvrage collectif Sortir l'Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ? codirigé par Kako Nubukpo, économiste, directeur de la Francophonie économique et numérique au sein de l'Organisation internationale de la francophonie, ancien ministre du Togo, Bruno Tinel, maître de conférences à l'université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, chercheur au Centre d'économie de la sorbonne, Martial Ze Belinga, économiste et sociologue, Demba Moussa Dembélé, économiste, président d'Arcade (Dakar-Sénégal) avec le soutien de la fondation Gabriel-Péri, spécialiste des questions de développement économique et social. Le propos est de dire qu'en l'état actuel le franc CFA ne peut servir le développement économique. L'ouvrage a pour objectif d'ouvrir le débat en Afrique et en Europe, de discuter des changements à opérer au niveau institutionnel et politique pour répondre aux intérêts des quinze pays de la zone dont onze se situent dans la catégorie des « pays moins avancés » par les Nations unies.

EXTRAITS : les articulations du débat, par Ndongo Samba Sylla

P. 161 : « Le FCFA est une monnaie pour le pire, car la majorité des pays qui l'ont en partage a eu durant ces cinquante dernières années des performances économiques faibles et en dessous de la moyenne africaine. Deuxièmement, le FCFA est une monnaie coloniale dont la finalité principale a toujours été de faciliter l'extraction de surplus économique de l'Afrique vers l'étranger, ce qui explique l'ampleur extraordinaire des transferts de profits et des flux financiers illicites qui continuent de saigner la zone franc.Troisièmement, le FCFA est une monnaie dysfonctionnelle dont la combinaison avec les autres outils de politique économique donne la recette d'un cocktail économique mortifère. Enfin, si le FCFA a pu perdurer malgré son échec manifeste à susciter le développement, c'est parce qu'il est aussi le nom d'un système structuré de répression politique [...] De manière générale, les pays de la zone franc ont rarement été capables d'obtenir, sur toute une décennie, un taux de croissance moyen du PIB réel par tête supérieur ou égal à 1 % (vingt-trois décennies sur un total de soixante-cinq décennies observables, soit 35 %). Il n'est ainsi pas surprenant de constater que l'appartenance à la zone franc rime avec croissance économique moyenne faible. »

P. 167-168 : « Dans ce contexte (colonial), quand il est dit que telle colonie exporte tel et tel produit vers la France, c'est en réalité la France qui les exporte vers la France. Enfin, les entreprises françaises peuvent transférer leurs profits de manière illimitée vers la métropole. L'intégration monétaire intervient dans ce contexte pour réduire les coûts de transaction, maintenir la valeur (faible inflation et monnaie forte) et faciliter l'extraction du surplus économique vers la métropole. [...] À l'évidence, ce système colonial ne peut permettre la diversification du tissu productif, l'intégration commerciale au niveau communautaire, le développement d'une épargne domestique consistante et l'éclosion d'un secteur privé national. Pourtant, il a été laissé intact des indépendances jusqu'à aujourd'hui. Les relations économiques « françafricaines » sont depuis lors demeurées en l'état. Ce qui a changé entre-temps, c'est surtout l'environnement économique mondial qui est devenu plus concurrentiel et multipolaire. »

Le fonctionnement et le rôle des comptes d'opérations entre la France et les pays africains, par Bruno Tinel

P. 101 : « Est-il vraiment justifié de continuer à affirmer que la « stabilité monétaire », telle qu'elle est conçue et pratiquée dans les deux zones CFA, est une condition et non un obstacle à un développement endogène digne de ce nom ? » [...] « Trop souvent, la notion de « stabilité monétaire » sert à entraver le débat : qui serait assez idiot pour se faire l'avocat de l'instabilité et du chaos monétaire ? Pourtant, la notion de « stabilité monétaire » ne va pas de soi, elle n'a de sens qu'en relation avec une dynamique macroéconomique d'ensemble. Dans les zones CFA, cette notion donne trop souvent l'impression de servir à apporter de la respectabilité à une politique monétaire en réalité trop restrictive et servant principalement les intérêts bien compris des groupes européens – en particulier français – intervenant dans les pays membres de ces zones monétaires et de leurs élites rentières. »

Dans les coulisses des comptes d'opérations logés au Trésor français

P. 106. : « En quoi consistent les comptes d'opérations ? Les banques centrales des zones CFA n'assument pas elles-mêmes la fixité de leur monnaie avec l'euro, c'est le Trésor français, c'est-à-dire le budget de l'État (et non pas la Banque de France), qui en a la charge. [...] En contrepartie de cette convertibilité, les réserves de change sont centralisées, à deux niveaux : les États des deux zones UEMOA et Cemac centralisent leurs réserves de change auprès de leurs banques centrales, lesquelles sont tenues d'en déposer 50 % auprès du Trésor français, sur un compte d'opérations ouvert au nom de chacune d'elles. [...] Le système du CFA impose aux banques centrales africaines de la zone de couvrir 20 % de leurs engagements à vue par des devises (dont au moins la moitié sont déposées sur les comptes d'opérations auprès du Trésor français), néanmoins, Kako Nubukpo souligne, dès 2007, qu'en pratique le taux de couverture des émissions avoisine les 100 % depuis des années. » Marges de manœuvre considérables pour favoriser le financement de l'économie. « Dans le cadre même du CFA, il serait possible de mener une politique monétaire plus accommodante et donc plus à l'écoute des besoins de financement des économies concernées. Ce qui ne serait pas superflu dans la mesure où ces pays font partie des plus pauvres de la planète. L'excès de réserves montre que les autorités monétaires et financières disposent de marges de manœuvre considérables pour favoriser le financement de l'économie : structurer l'offre, susciter la demande et favoriser ainsi les activités productives. »

Que faire des marges disponibles ?

P. 144 : « Pourquoi diable les marges de manœuvre disponibles ne sont-elles pas utilisées ? Pourquoi ses gestionnaires se montrent-ils plus royalistes que le roi en maintenant coûte que coûte un taux de couverture quatre ou cinq fois plus important que le seuil plancher qu'exigent les traités ? »

À qui profite le CFA ? par Ndongo Samba Sylla

P. 177 : « Au-delà de la classique guerre entre les chefs, ces tentatives de coup d'État ont répondu au moins à une double logique. Elles ont été des révélateurs de la détresse socio-économique des populations. En effet, elles ont souvent eu lieu dans des contextes d'émeutes populaires en réaction à l'incurie et à l'hubris des élites au pouvoir. Elles ont également obéi à une logique impérialiste : renverser les chefs d'État indociles au profit de successeurs plus favorables aux intérêts néocoloniaux [...] Pour maintenir l'ordre économique du système FCFA, les « présidents uniques » ont été l'outil privilégié, surtout dans les pays riches en ressources naturelles. Ce modèle de contrôle néocolonial repose sur la longévité au pouvoir de la tête de l'exécutif. Il a comporté jusque-là deux modalités : la présidence à vie et la dynastie. »

P. 231 : « Le fruit est mûr, il faut le cueillir. Le franc CFA, en tant que survivance coloniale, est, parmi d'autres éléments, l'un des instruments de maintien en place de régimes « hors-sol », comme suspendus à l'ancienne métropole au-dessus de leurs propres peuples. Il permet aux élites fortunées de bénéficier d'un accès privilégié au marché mondial par une monnaie « aussi bonne » que l'euro. Sans le CFA, l'importation des marchandises dont les classes dirigeantes des PAZF [pays africains de la zone franc] ont besoin pour leur propre consommation et pour se maintenir en position dominante seraient hors de prix. Les élites de ces pays peuvent également valoriser leur fortune en euros très facilement et sans risque de change. Cette monnaie postcoloniale contribue ainsi à entretenir des écarts abyssaux de fortune et de puissance entre les gens ordinaires et les classes dirigeantes. »

Des intérêts bien compris des groupes européens, par Bruno Tinel

P. 105 : « Une politique monétaire, orientée par les intérêts internes en matière de développement, n'est pas possible en zones CFA comme elle fonctionne actuellement. Pourtant, couplée à des politiques industrielles volontaristes, une telle stratégie est très favorable à l'activité, au développement et à l'intégration des secteurs industriels domestiques les uns aux autres. Certes, il en résulterait très probablement un taux d'inflation moins bas que les 2,5 % invariablement constatés en zones CFA, mais est-ce si grave ? Si l'inflation s'anime un peu, après tout, c'est bon signe : cela signifie que la demande est vigoureuse et, par ailleurs, cela rend les finances publiques plus facilement soutenables, car les recettes fiscales sont alors plus dynamiques et la valeur réelle des dettes s'allège un peu. Laisser l'inflation atteindre 4 %, 6 %, voire 8 % en moyenne devrait être sérieusement envisagé, l'instabilité globale ne serait pas nécessairement plus grande et cela inciterait à investir plutôt qu'à thésauriser. »
Remise en cause de la fixité de la parité du CFA avec l'euro

P. 121 : « Dans le système actuel, l'équilibre externe prime sur l'équilibre interne, et tout l'enjeu est de faire évoluer cette hiérarchie de manière à ce que les objectifs internes soient davantage pris en compte sans que l'instabilité monétaire ne s'installe et détruise les acquis. Cela passera sans doute un jour ou l'autre par une remise en cause de la fixité de la parité du CFA avec l'euro. Cette question est inextricablement à la fois économique et politique car elle implique également celle de la souveraineté et, donc, de la rupture plus que symbolique vis-à-vis de l'ancienne métropole. »

Le franc CFA et la croissance économique des économies de la zone, par Kako Nubukpo

P. 123-124 : « Quatre dimensions, parmi d'autres, permettent de cerner les contours du franc CFA, considéré comme outil de développement et de l'émergence économiques ou, au contraire, instrument d'inertie des économies africaines de la zone franc. [...] Dans la mesure où les économies de l'UEMOA maintiennent une insertion primaire au sein du commerce international, elles sont plus substituables que complémentaires les unes vis-à-vis des autres. [...] L'extraversion réelle des économies de l'UEMOA rend quasiment sans intérêt le fait de partager la même monnaie, en l'occurrence le franc CFA. [...] En tout état de cause, la question de la transformation structurelle des économies africaines est au cœur de ce constat, dans la mesure où seules les remontées dans les chaînes de valeur permettront aux économies de la zone franc d'échanger des biens et services suffisamment diversifiés pour engendrer un accroissement de la part des échanges intracommunautaires » [...] « Les économies de l'UEMOA souffrent d'un problème de compétitivité-prix à l'export, du fait de l'arrimage du franc CFA à l'euro, monnaie forte s'il en est. Or, une monnaie forte agit comme une taxe sur les exportations et une subvention sur les importations, rendant difficile l'obtention de l'équilibre de la balance commerciale. [...] Les économies de la zone franc se caractérisent par un rationnement du crédit, dont les causes renvoient autant à l'agenda caché des deux principales banques centrales de la zone (la BCEAO pour l'espace UEMOA et la BEAC pour l'espace Cemac) qu'à l'extrême frilosité du système bancaire de la zone. »

La structure fortement oligopolistique du secteur bancaire

« Pour ce qui concerne le second point, celui de la frilosité du système bancaire, il n'est, au final, que le corollaire du premier, à savoir la manifestation d'une répression financière qui alimente la répression monétaire. En effet, une caractéristique majeure du système financier de la zone franc est la structure fortement oligopolistique du secteur bancaire, constituant un facteur de rigidité des taux d'intérêt débiteurs des banques. Les banques de l'UEMOA n'ont pas réellement besoin de la BCEAO pour se refinancer dans la mesure où non seulement elles sont surliquides, mais encore adoptent un comportement d'entente tacite ou avéré, avec comme objectif la maximisation du profit à court terme. »

Perspectives de sortie du franc CFA et propositions d'alternatives

P. 132-133 : « Les deux principales banques centrales de la zone franc (BCEAO et BEAC) devraient privilégier : le renforcement de la coordination entre la politique monétaire et les politiques budgétaires nationales (le « policy mix ») pour une croissance économique forte et durable des économies de la zone franc une maîtrise et une efficacité accrues des canaux de transmission de la politique monétaire un régime de change du franc CFA plus flexible. »

P. 237-238 : « Le futur ex-CFA pourrait se fondre en partie dans le projet de monnaie unique de la Cedeao sous le leadership du Nigeria. Il resterait alors à imaginer ce que deviendrait la zone Cemac. Il serait également possible d'imaginer une zone post-CFA incluant l'UEMOA et la Cemac, ce qui limiterait l'emprise nigériane sur ses voisins, plus petits et moins puissants. »

* Sortir l'Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ? (La Dispute, octobre 2016).

© Afrique.lepoint.fr : Janet Akinyové

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

gabson
Tout est clairement dit!
1- le cfa est fait pour la corruption endémique,
2- le cfa ne Profite qu'á la France et á ceux qu'elle installe sur les PEUPLES,
3- il faut en sor4tir tout de Suite!!!
myopinion
Le franc CFA peut avoir ses tares, mais c’est la meilleure option que nous avons. Si nous pensons que cette monnaie est trop forte, on peut toujours négocier une dévaluation. Pour ma part, l’arrimage du franc CFA à L’euro (via le franc français) est beaucoup plus bénéfique pour nous les Africains. Pour commencer, la stabilité et la convertibilité n’ont pas de prix. Commençons par mettre en place des structures fiables qui vont nous permettre de mener a bien une politique monétaire. Nous avons pour la plupart des gouvernements corrompus. Nous avons eu un recensement démographique au Cameroun il y a bientôt 10 ans, mais aucun résultat crédible n’a été publié. A la BEAC on nomme les neveux. Si nous voulons avoir note propre monnaie, commençons par établir un plan qui a échéance va aboutir à une monnaie nationale souveraine.
myopinion
Sur un autre plan, les auteurs observent une relation entre la performance économique des pays de la zone francs et ceux des pays hors zone francs et déduisent sans en établir de façon rigoureuse la causalité. On peut aussi constater que les pays hors zone franc ont une meilleure gouvernance. Le Ghana par exemple ont 5 anciens chefs d’états qui caguent à leurs occupations tranquillement sans problème au Ghana. La transition au sommet est plus régulière et plus transparente. On peut aussi lier cette performance économique a la culture. La plupart des pays hors zone CFA sont anglophones. Nos chercheurs devraient tires des conclusions en se basant sur des causalité validées (en supposant que les donnes sont disponibles et fiables).
Epervier
@MYOPINION

Vous avez certainement un niveau de formation d'éducation et professionnels élevés (c'est ce qui transpire de vos écrits )
Alors je vais être rigoureux avec vius:
En quoi "être anglophone " serait-il "une culture"?
myopinion
Mon Cher Epervier, Il y a effectivement une culture et langue anglo saxonne. Sans vouloir être exhaustif, Je définie la culture comme étant un ensemble de caractéristiques et connaissance particulier a un groupe. Elle peut être définie par la langue, la religion, la cuisine, les habitudes sociales, la music, et les arts.
WiseMan
MYOPINION 5/5,

Rien a ajouter...
gabson
@Mopinion, je ne sais pas/plus ce que certains africains consomment pour oser avoir l'audace de saluer et adorer eux-mêmes l'esclavage!!!

Ce livre vous montre point par point que le fcfa est l'esclavage!!!! Mais vous, au nom d'un pseudo-politisme vous évoquez le fait de nommer des cousins ou les alternances politiques!!!

Mais, mon DIEU!!! Il y a eu combien d'"alternances" au Sénégal? Pour quelle situation économique? Combien d'alternance au Maroc? Pour quelle situation économique? Combien d'alternances en Algérie? Pour quelle situation économique?

Comment un africain comme vous, supposé avoir été à l'école comme le suggère @Epervier, peut oser avoir l'audace d'insinuer qu'il y aurait plus de corruption au CAMEROUN qu'aux usa, france, uk, belgique, luxembourg, suisse...???

Vivons-nous vraiment dans le même monde?

Si la france n'est pas corrompue, dites-nous comment expliquer que sarkozi ne soit pas encore au moins jeté en prison pour toute sa vie????
gabson
@Myopinion, si un débat ne vous préoccupe pas, pourquoi ne pas éviter cet article?

On vous dit que tout ce que le CAMEROUN produit, y compris les emprunts à l'international, la france voleuse encaisse SANS AUCUN EFFORT au moins 50°/°!!!!!!! Vous nous ramenez à parler des quelques miettes que quelques rats volent???

On vous dit que le voisin vous doit des milliers de milliards de fcfa, vous engagez la bagarre avec votre frère qui vous doit 1000 fcfa????

On vous dit que la france n'achète rien chez vous, elle vous envoie ramasser et c'est vous qui transportez comme à l'époque de la traite.....

Décidément l'africain a PEUR d'être LIBRE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Je suis toujours surpris et révolté qu'il existe encore un seul africain qui ose hésiter sur la sortie de cette sorcellerie esclavagiste du cancer abominable qu'est fca!!!
myopinion
La situation ne me plait pas non plus et je ne supports pas le fait que l’euro soit notre monnaie. Je dis seulement qu’il faut planifier notre exit de façon rationnelle et met en garde contre les conséquence d’une action non murie. Une politique monétaire effective est difficile à mener et est couteuse. On nous dit par exemple que la banque centrale doit être indépendante. Et au-dessus du politique. Allez dire à Idriss Deby ou Biya que le directeur de la banque centrale peut avoir une indépendance – c’est pourquoi on nomme les neveux. Les instruments de politiques monétaires ne sont pas en place. Les leviers de politique monétaire doivent s’appuyer sur des données statistiques et économiques fiables. Avec une politique monétaire menée par des corrompues, l’inflation va faire son nid au Cameroun et en zone franc. L’Euro est le prix à payer pour nos irresponsabilités.
myopinion
Nos économies sont essentiellement sous-développées et nous n’exportons essentiellement que de la matière première dont les prix sont fixes indépendamment de nous. La dévaluation ne nous aidera pas beaucoup. Au contraire on sera pénalisé par le cout des importations et dieu seul sait que l’essentiel de notre consommation est importé. Certains vont dire que nous allons développer des produits de substitution. Montrons d’abord cette volonté en accompagnant nos industriels. Nous avons une fiscalité punitive qui décourage toute action conséquente. Si nous revenons à la monnaie, il y a de cela quelques années, les emprunts obligataires n’existaient presque pas Cameroun. Aujourd’hui on a siphonné l’épargne pour des projets soi-disant structurant. Bref ce forum ne se prête pas pour ce genre de débat.
gabson
@Myopinion,
1- la france a-t-elle une bonne gouvernance selon vous? Pouvez-vous prouver que tous les pays du monde ayant LEUR MONNAIE l'ont parce qu'ils auraient la bonne gouvernance?
2- qu'appelez-vous "banque centrale" indépendante??? En connaissez-vous une SEULE sur la planète terre????
3- vous indexez encore la corruption! Entre les usa, la france, l'uk, la suisse...et le CAMEROUN, qui est plus corrompu que qui??? Comment récitez-vous les accusations dont se sert l'occident pour vous faire croire que l'AFRIQUE serait pauvre par la corruption de ses élites; alors que le système monétaire international n'existe que grâce à la CORRUPTION!!!
4- FINALEMENT, vous évoquez les matières premières qui seraient notre seule exportation, et vous le dites avec la condescendance occidentale consistant à FAIRE CROIRE aux naïfs que la matière première n'aurait aucune valeur!!!! MON DIEU!!! Vous vous réchauffez comment si vous n'avez pas d'URANIUM????????????????????????????????????
gabson
@Myopinion,
5- en tant qu'intellectuel africain, vous ne vous demandez pas qu'est-ce qui fait que les blancs fixent les prix de la voiture, ils fixent aussi le prix de la tonne de fer et d'aluminium???????? Comment pouvez-vous fixer le prix du bâton de manioc que vous fabriquez tout en fixant aussi le prix du manioc que je produis???????? Vous ne COMPRENEZ pas que c'est déjà ici que l'iniquité COMMENCE????????????????? Et de nombreux AFRICAINS continuent à regarder la Matière première comme de la poubelle, alors des guerres s'organisent pour celle-ci!!!! Vous vendez le 1000 g de cacao à 1000 fcfa et vous achetez 100 g de chocolat à 2500 fcfa!!!! Les deux prix sont fixés par celui qui fabrique le chocolat!!!
6- vous dites qu'on sera pénalisé par le coût des importations, cela montre heureusement que vous ne voyez donc pas l'IMPACT IMMEDIAT d'une MONNAIE qui est nôtre!!!
gabson
Si nous avons notre MONNAIE, la VALEUR de nos matiéres premiéres changen, car notre MONNAIE sera indexée sur nos matiéres premiérs; ce qui Change complétement la Géopolitique! Car, on verra alors au Grand jour, qui dépend de qui!!!!

Vous croyez que l'occident en s'engageant á éliminer tous ceux qui osent poser le probléme de la monnaie africaine sur la table est simplement un criminel inconscient???

NON! Il y va de leur survie! Car en fin de compte, tout le monde Profite que les choses restent ainsi, une AFRIQUE, stock de matiéres premiéres non évaluées, cela Profite y compris á la CHINE, á la RUSSIE, qui savent trés bien le cynisme de cet cancer du fcfa!

Ce qu'il faut á l'AFRIQUE ce n'est pas qu'on lui préte de l'argent; il lui faut une RÉVOLUTION MENTALE! Le reste suivra tout seul!
WiseMan
Le Ghana est 2eme producteur africain de cacao (et peut etre meme mondial) et a sa monnaie depuis l'independance. Le prix du cacao a-t-il ete ameliore pour lui????

Le Nigeria a sa monnaie et produit les memes matieres premieres que le Cameroun, en tire-t-il de meilleurs prix au kg que le Cameroun????

Que d'affirmations gratuites sur camer.be!!!!!!!!!!
Epervier
@MYOPINION

Vos arguments sont solides.

Je réponds ici juste au volet "langue et culture"


Un chinois qui apprend à parler anglais est-il transformé ensuite pour être de " culture anglopgone"?

Un pygmée de Batouri à qui un jeune étudiant excentrique enseigne l'anglais pendant 5 ans devient-il un "pygmée de culture anglophone"?

Un camerounais "anglophone de Buéa " a-t-il la même "culture" qu'un anglais de la ville de Liverpool ou un irlandais du Nord de religion catholique ou un écossais de Glasgow?

La culture managériale que les criminels impérialistes sionistes ont laissée en héritage aux institutions publiques des pays occupés a-t-elle quelque chose à voir avec la "culture "des peuples à qui la langue anglaise fut imposée ?

J'attire votre attention sur ces points pour la robustesse de votre discours dont les fondements sont solides
Epervier
@MYOPINION

"L'euro, prix à payer pour NOS irresponsabilités"?

De quel NOUS parlez-vous ?

Et qui est ce juge qui a établi que les pays européens devraient être les bénéficiaires de ce que vous appelez "nos irresponsabilités "?

Je ne sais pas si vous votez souvent pour UNC/RDPC/BIYA au Cameroun

Moi pas!

Beaucoup de camerounais ne se reconnaissent pas dans la gouvernance néo coloniale

Ne vous permettez donc pas de parler de "nous" , parlant de responsabilité

Si vous lisez les commentaires sous les articles, vous verrez que dans mon cas, je milite pour le renversement du régime néo colon.

Faites donc très attention dans le choix des mots.
Epervier
@MYOPINION

La partie de votre discours que je partage:

1. Nous avons besoin d'une meilleure gouvernance pour nous lancer dans des projets complexes

La création d'une monnaie nationale est un projet complexe

Si je milite pour le renversement du régime néo colon, il est évident que je ne peux dans le même temps militer pour accorder plus de pouvoir et de prérogatives à ce même régime qu'il urge de renverser

2. La corruption est un problème qu'il faut éradiquer
C'est la corruption qui entretient le régime néo colon ainsi que leurs commanditaires : le système impérialiste, esclavagiste et sioniste.

3. Oui, nous devons créer notre propre monnaie
Et il y a des préalables à respecter; parmi ceux-ci, le renversement du régime néo Colin
Epervier
@GIBSON

Oui il faut se libérer du franc CFA

mais aussi, OUI il faut se débarrasser de la corruption

C'est la corruption qui nourrit le système impérialiste , esclavagiste et sioniste.

Si vous vivez dans la corruption, vous-vous inféodez AUTOMATIQUEMENT à eux, car ils ont accumulé des fortunes immenses et de la puissance militaire pour se donner les moyens de leur politique de. .. mensonge-corruption -pillages-massacres d'innocents
Tout en faisant croire "qu'ils aident".

Si vous restez dans la corruption avec eux, alors vous choisissez de rester esclave

C'est automatique
Même si votre coeur souhaite le contraire.

C'est pour cela qu'il faut renverser le régime néo colon si nous voulons nous libérer

Rester dans la corruption et vouloir se libérer c'est comme vouloir aller faire un coup d'État contre Satan en enfer
gabson
@Epervier, á mon avis, se lancer dans ce genre de "logiques" est illogique!
1- vous voulez renverser le régime, mais n'avez jamais proposé ni une méthode, ni un Timing!
2- ne voyez-vous pas que quand je parle de MONNAIE, je ne fais meme pas allusion á BIYA, ni á ses ministres? Car la RUPTURE viendra du PEUPLE qui se chargera de balayer tous ceux qui freineront son désir urgent de SOUVERAINETÉ!

Mais vous, sans le savoir, vous récitez la théorie de l'occident qui vous a appris á identifier les Problémes en Afrique aux "leaders africains"! On ignore ainsi les causes des souffrances, on s'attaque aux individus qui n'ont jamais eu aucun pouvoir!

gabson
Je suis trés surpris et révolté de lire que de jeunes africains expriment la moindre hésitation face á la question du fcfa!!!!!!!!!!!!!!!!!

Meme si nous sommes gouvernés par des démons, il vaut mieux avoir une monnaie que nous gérons mal, mais NOUS-MEMES tout de meme; plutöt que d'avoir une monnaie de servitude francaise!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

s'il faut d'abord attendre la "bonne gouvernance", la France qui y est depuis 1789 au moins se cherche toujours! Les USA sont toujours corrompus; la City appartient toujours á la reine d'UK que personne n'a jamais élue....


Si les PEUPLES africains, notamment CAMEROUNAIS, se lancent á protester contre le fcfa, BIYA n'aura qu'un choix: obéir! S'il ne le fait pas, la France, le fcfa et lui seront tous les trois balayés!

Or, et c'est ce que vous ne comprenez pas, BIYA EST PARTANT pour la fin du fcfa!!!!
Epervier
@GABSON

#19
Puisque vous suggérez de façon mensongère que j'ignore les causes des souffrances du peuple pour m'attaquer aux individus (de quel individus "système néo colon" est-il le nom?)
Je vous invite à nous dire qu'elles sont les causes de la souffrance du peuple au Cameroun en particulier et en Afrique en général.

La France et les États-Unis ne tentent pas de sortir de la corruption

C'est la corruption qui soutient leur système de gouvernance et de pillage à travers le monde

Vous êtes donc dans la posture d'un manipulateur qui veut être Satan à la place de Satan tout en prétendant combattre Satan

Epervier
@GABSON

#20

Le peuple balayerait Biya si Biya ne s'attaque pas aux intérêts de la France et des impérialistes esclavagistes et sionistes?

Que s'ezt-il passé à Djombé Penja avec les taxes et impôts de la petite municipalité camerounaise que Bolloré et Fabre refusent de payer?

Paul Éric Kingue, le maire, à été jeté en prison pour avoir demandé que des criminels français payent leurs taxes

Juste un petit exemple pour vous de ne pas prendre les camerounais pour des demeurés

Votre véritable objectif est de travailler à faire croire aux camerounais qu'une "révolution " viendra un jour du ciel et tombera sur le peuple

Tout en promettant la mort à des activistes qui sur le terrain au Cameroun dénoncent le racket policier/gendarme sur les usagers de la route
gabson
@Epervier, quand vous faites semblant de vouloir débattre, votre réel état de nature de fougueux ignorant refait vite surface!
1- Paul Eric Kingue est ud RDPC, il n'est pas le PEUPLE, pas encore!!!
2- vos activistes, qui les nomme et sont-ils le PEUPLE? La plupart des "activistes que j'ai vus au CAMEROUN, à l'exception de Joe la Conscience qui s'attaque au fcfa, sont des animaux au service de l'occident et financé par lui! C'est le cas de tous ces machins dits organisations pour les droits de l'homme!
3- la soufrance des PEUPLES AFRICAINS a deux noms: l'ESCLAVAGE et son versant la COLONISATION! Ce sont ces abominations qui continuent aujourd'hui! Et le fcfa en est le visage emblématique!
4- vous êtes donc un fougueux ignorant voulant jouer au démon à la place du démon!
5- oui! Le PEUPLE a la capacité de balayer BIYA, si ce drnier s'oppose au PEUPLE qui s'engage à mettre la france dehors avec son fcfa! Et je le dis parce que BIYA est dans cette voie de la fin du fcfa!
gabson
@Epervier, votre véritable tragicomédie est de faire croire au PEUPLE qu'il n'a aucun pouvoir et qu'il ne peut pas mettre BIYA dehors, sous prétexte qu'il y aurait une armée, la mort et que sais-je, ce qui vous permettrait à vous de collaborer doucement avec la france au motif qu'une REVOLUTION VRAIMENT POPULAIRE ne serait pas possible!!!

Retenez que le CAMEROUN connaîtra sa révolution, pas comme vous le croyez, ni comme vous le pensez; le PEUPLE s'en chargera!!!

Je suis-là pour continuer ce travail de conscientisation, afin que chaque CAMEROUN lucide et normal comprennent définitivement qu'il n'y a pas de débat à faire sur le fcfa, il est question désormais de fixer le jour de la SORTIE IMMEDIATE!!!!! Nous avons la Jeunesse, l'Uranium, le Cobalt, le Coltan, le Manganèse, le Diamant, de l'Or, du Cacao, de la Banane, de la Bauxite, de la faune, de la flore, des richesses halieutiques, une terre fertile...c'est ce qui garantit la MONNAIE, et rien d'autre!!!!
Epervier
@GABSON

Vous avez réussi à me faire rire et c'est tant mieux.

gabson
@Epervier, vous parvenez toujours à m'arracher un sourire!!! Rappelons que le rire est animal et le sourire spirituel!!!
WiseMan
Depuis quand les animaux rient???? Waooooh
gabson
@
ah ah ah ah ah! Voilá un autre qui confond animal et le réduit aux animaux; sans essayer de se demander á quoi renvoie "animal" dans ce contexte!

Du coup, sursautant, il se demande si les animaux rient!!! Or, l'opposition notée entre "rire / animal" et "sourire / spirituel" aurait pu l'aider á s'abstenir á défaut de saisir!

Que faire, c'est Internet: des niveaux diamétralement opposés se retrouvent á "débattre"!
Epervier
En effet des salissures qui n'ont pour arguments que des déjections repoussantes peuvent se gausser de "débattre" sur Internet.

Qui a fixé les normes? Qui a défini le niveau minimal qui permet de poster des textes?

Un miroir sert à quelque chose!
gabson
Pas besoin de fixer un Niveau minimal!

Les vomissures que vous déposez disent tout de vous!

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Urgent: Le RSC Anderlecht se sépare de René Weiler
Urgent: Le RSC Anderlecht se sépare de René Weiler
Facebook
réclame
partenaire
AFRIQUE :: LIVRE : Quatre économistes en croisade contre le franc CFA :: AFRICA
Christophe FOTSO MAISON DE LA DIASPORA PÔLE EUROPE A BERLIN INVITE SOPIEPROD
évènement
AFRIQUE :: LIVRE : Quatre économistes en croisade contre le franc CFA :: AFRICA
actuellement sur le site