Camer.be
Cameroun:La Renaissance du Peuple SAWA :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE Cameroun:La Renaissance du Peuple SAWA :: CAMEROON
  • Correspondance : Patrice EKWE SILO EDIMO
  • lundi 11 mai 2015 18:00:33
  • 15153

Cameroun:La Renaissance du Peuple SAWA :: CAMEROON

Au 21è siècle, le Peuple Sawa fait partie des groupements camerounais les plus exposés à la menace de disparition. Leur voix est devenue à peine audible. Dans l’environnement politique, économique et social du Cameroun, la contribution du Peuple Sawa est réduite à la portion congrue. On ne les entend à aucun débat à caractère national. Pire elle n’existe même plus au plan Régional.

Les obstacles qu’est confronté le Peuple Sawa sont :

– les interminables contestations et empoignades de légitimité qui agitent régulièrement les chefferies,

– le micro-tribalisme édifié en système de pensée entre les constituantes du Peuple Sawa :

Moungo (Nkongsamba) : Bakaka – Bakem – Bakoko – Balong – Bankon – Bonkeng - Mbo'o – Pongo

Wouri (Douala) : Duala - Bassa-ba-Douala – Bakoko

Nkam (Yabassi) : Bandem – Banen – Banya – Bibom – Bodiman – Ewodi – Mbang - Moya

Sanaga-Maritime (Edea) : Bakoko – Malimba - Ndonga

Manyu (Manfe) : Banyangi

Kupe-Manengouba (Bangem) : Bakole - Ngolo-Batanga - Oroko

Fako (Limbe) : Bakossi – Bakweri - Mongo

Lebialem (Menji)

Ndian (Mundemba) : Bimbian - Oroko

Ocean (Kribi) : Bakoko – Batanga – Bokwe.).

– la nomination des allochtones à Douala par l’Etat au statut de Chefs de 3è degré.

Bien que la ville de Douala soit la Capitale économique du Cameroun, ce qui lui donne un aspect d’une ville cosmopolite, néanmoins, la disposition Constitutionnelle du 18 janvier 1996 qui protège les MINORITES AUTOCHTONES doit aussi être appliquée chez les Sawas, à commencer par les Sawas de la ville de Douala.

Rappelons que les autres communautés vivant à Douala ont le privilège d’avoir leur ville et village contrairement aux AUTOCHTONES de Douala qui n’ont de village que la ville de Douala.

La déclaration du 15 juin 1996 pour la défense des minorités autochtones et le boycott du défilé de la fête du travail du 1er mai 2015 à Douala des Chefs traditionnels Sawa, ne sont – ils pas là des exemples de prise de conscience ? Ou à suivre et à prolonger ?

Aujourd’hui, le Cameroun réunit plus que jamais toutes les conditions d’une explosion sociale, surtout lorsqu’on pense à la Présidentielle de 2018. Les Sawas seront les premières victimes s’ils ne prennent pas conscience de l’état du pays et de leur propre situation - condition.

En ces moments pénibles où beaucoup d’hommes et de femmes Sawa, surtout les jeunes, sont inquiets et sans perspective, où des foyers Sawa vivent au-dessous du seuil de pauvreté, où de plus en plus, le Peuple Sawa se retrouve impuissant et désenchanté par les conditions de vie. Nous, Peuple sawa, devons inverser cette tendance.

Le Peuple Sawa doit penser à sa Renaissance voire à sa Refondation, pour cela, il doit mettre sa réflexion au service de la communauté en construisant un nouveau paradigme de développement fondé sur les solidarités des Sawas – comme cela se fait dans toutes les autres communautés camerounaises – à l’exemple de LAAKAM chez les bamiléké et ESSINGAN chez les fan-béti.

Le Peuple Sawa doit s’inscrire bien sûr dans l’histoire d’une famille, mais aussi et surtout dans son époque. Être SAWA, c’est d’abord appartenir à une culture, à un idéal de vie mais aussi à une Communauté de destin

Nous pensons que la reconquête de l’Espace Territorial Sawa doit s’appuyer sur cinq (5) principaux axes stratégiques :

- l’enseignement par la maîtrise des savoirs,

- la santé,

- l’emploi par la socialisation de la jeunesse Sawa,

- l’économie par l’autonomie financières et la création d’entreprise,

- la culture par l’enseignement des langues et traditions Sawas

La stratégie de la Renaissance des Sawas autour du concept des Solidarités (politique – économiques – sociale et culturelle) devra impérativement être mise en oeuvre dans le respect des orientations de l’Etat du Cameroun, Etat du Cameroun considéré comme partenaire privilégié dans l’oeuvre de la reconquête de notre Espace Territorial.

Le but recherché est clair : les Sawas doivent être présents partout où les Grandes décisions et Orientations politiques du Cameroun se passent.

Cela veut dire établir, avant toute chose, un état des lieux du Peuple Sawa fondé sur :

- la situation politique, sociale, économique et culturelle,

- le recensement des populations Sawa à l’intérieur comme à l’extérieur,

- le recensement des diplômés Sawa à l’intérieur comme à l’extérieur,

- le pourcentage de scolarisation des populations Sawa,

- le pourcentage d’insertion sociale des Sawas aussi bien au Cameroun, qu’à l’étranger.

Pour :

- améliorer les conditions et la qualité de vie des populations Sawa,

- augmenter leur représentativité dans le débat national et au sein de cercles de décision de la République,

- développer leurs influences et pouvoirs intellectuels, politiques et économiques,

- enfin, construire des stratégies efficaces de réintégration des communautés Sawa dans l’Espace Territorial Sawa et national camerounais.

Le travail de création et de mise en oeuvre de la Renaissance Sawa exige la mobilisation d’importantes ressources : humaines, matérielles, spirituelles, financières et surtout la durée. Il faudra trouver les mécanismes appropriés pour cette mobilisation.

Toutefois, un certain nombre de conditions doivent d’abord être satisfaites :

- la création d’un Mouvement politique Sawa,

- les moyens de gestion et de fonctionnement de ce Mouvement en termes de locaux, de logistiques et de fonds.

Une fois ces préalables acquis, il faudra :

- constituer une équipe,

- communiquer les délais dans lesquels le plan de mise en oeuvre de cette Renaissance sera disponible,

- accomplir par l’équipe un plan d’actions à réaliser à très court terme pour illustrer l’opportunité de la Renaissance voire la Refondation du Peuple Sawa.

Dès maintenant, nous, Sawas de l’intérieur et de la diaspora, devons nous préparer à conduire des réflexions dignes de l’enjeu. Notre mission est de faire du Peuple Sawa, celui des propositions, celui qui accompagne le développement des Sawas et du Cameroun pour le XXIè siècle.

Tel doit être le sens et l’ambition de tout Sawa, de notre combat, quelque soit le lieu où il se trouve.

Nous, Sawas de l’intérieur et de la diaspora, devons nous donner les moyens de montrer que nous avons une AMBITION et des REPONSES à proposer au Peuple Sawa. Comment ? D’abord en étant fidèle à nous–mêmes, à notre culture, à nos traditions. Nous devons être le pôle autour duquel se crée une dynamique nouvelle.

Pour cela, nous devons veiller à notre cohérence, à être au clair avec nous-mêmes, afin de rassembler toutes les composantes du Peuple Sawa : de Duala à Bakweri en passant par Pongo, Bakoko, Bassa, Banen, Bodiman, Ewodi, Malimba, etc.

Si beaucoup de Sawas sont inquiets, parfois lassés, c’est parce qu’ils ne veulent plus voir se perpétuer ce qui a abîmé et qui continue à abîmer l’image de la population Sawa : guerre des Chefs ; empoignades de légitimité dans les chefferies, problèmes fonciers multiples, dégradation urbaine de Douala, etc. Faut-il voir aujourd’hui dans cette inquiétude diffuse le contrecoup d’une déception plus vaste, la marque d’une désillusion à l’encontre des Elites Sawa ? C’est probable.

Plus que jamais, le Peuple Sawa a besoin de contenu clairement défini et qui s’inscrive dans le réel.

Le temps est en effet venu de mobiliser les populations Sawa autour des grands enjeux qui sont ceux de l’emploi, de l’Education, de la santé, de l’économie et de la qualité de la vie. Cette Renaissance, voire Refondation devra faire vivre une solidarité active, concilier respect, exigence et efficacité, en contribuant au développement économique et social, mais aussi culturel des Sawas.

Le défi auquel le Peuple Sawa est confronté est de construire un Mouvement à contenance politique. Nous ne parlons pas d’un parti politique. Ce Mouvement ne se reconstruira pas dans l’ambiguïté et dans la confusion mais dans des choix et des responsabilités assumées par le Peuple Sawa. Aujourd’hui, ce Mouvement est notre seul outil, notre seule résistance qui puisse créer une dynamique de changement et opérer un rassemblement pour conquérir notre Espace Territorial et redevenir un peuple respecté - admiré et épanoui.

Nous appelons de nos vœux la formation de ce Mouvement avec toutes celles et tous ceux qui veulent, mettre un terme à l’AGONIE qui paralyse notre Peuple. Nous devons libérer le peuple Sawa de cette inertie. Car ce que la population Sawa nous demande, nous les Elites Sawa, c’est de faire la démonstration de notre capacité à être créatifs, actifs, crédibles, efficaces et rassembleurs.

La marge de manœuvre est étroite, il n’y a pas 1000 façons de faire, mais une seule : elle consiste à travailler au renforcement unitaire sinon solidaire de toutes les composantes du Peuple Sawa dans leur diversité, autour des points clairs répondant aux vrais enjeux de la population Sawa.

Respecter la diversité des tribus Sawa, des pensées, refuser les attitudes dominatrices et rassembler largement toutes celles et tous ceux qui pensent à l’avenir et à la destinée du Peuple Sawa, tel est le chemin qu’il nous faut parcourir au cours des mois et des années prochains.

© Correspondance : Patrice EKWE SILO EDIMO
11mai
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo