Harold Dzeudom : « Les immeubles s’écroulent au Cameroun parce que chacun veut tout faire » :: CAMEROON
Harold Dzeudom : « Les immeubles s’écroulent au Cameroun parce que chacun veut tout faire » :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Camer.be : Propos recueillis Par Darren Lambo Ebelle
  • mardi 16 avril 2019 15:29:00
  • 4674

Harold Dzeudom : « Les immeubles s’écroulent au Cameroun parce que chacun veut tout faire » :: CAMEROON

En prélude à la 2ème édition du Salon régional du bâtiment et de l’immobilier (Sarbi) qu’abritera la capitale camerounaise dans trois semaines, Camer.be est allé à la rencontre de Harald Dzeudom, ingénieur des travaux /Génie civil, et surtout, l’un des promoteurs du Sarbi.

Celui-ci nous décline ici, tous les enjeux de cette grande foire qui fait le diagnostic de la problématique du bâtiment et de l’immobilier au Cameroun.

C’est quoi le Salon régional du bâtiment et de l’immobilier ?

Le 2ième Salon régional du bâtiment et de l’immobilier (Sarbi) qui se tiendra du 09 au 11 mai 2019 à l’esplanade de la communauté urbaine de Yaoundé, est une plateforme d’échanges entre Camerounais de toutes les couches sociales et les professionnels de la construction et de l’habitat.

Il s’articule autour d’une partie « Exposition-Vente », et une partie « Conférence ». Tous les Camerounais y sont conviés, parce que tout le monde a droit à un logement décent, et compte se construire une maison. Ce salon accueillera plus de 3000 visiteurs et 100 exposants pendant ces trois jours.

Il s’agit d’une rencontre de visualisation, de commercialisation, de sensibilisation et d’échanges entre les acteurs majeurs de la construction et de l’immobilier avec les populations. Il est donc important de réunir tout ce monde-là, autour de ce grand événement professionnel

Que compte-t-il apporter au secteur du bâtiment et de l’immobilier ?

Après une observation faite dans notre environnement, nous avons constaté :

- Une récurrence des bâtiments qui s’effondrent au Cameroun ;

- L’occupation anarchique des sols par les populations ;

- La non-vulgarisation des documents de planification urbaine par le gouvernement et les collectivités locales ;

- Une rareté d’innovation dans le secteur de la construction ;

- L’absence d’une plateforme professionnelle pouvant permettre aux entreprises exerçant dans la construction, de communiquer ;

- Plusieurs Camerounais n’étaient pas suffisamment édifiés sur les procédures d’obtention de permis de bâtir, du titre foncier et sur la notion de taxe foncière.

L’objectif principal du Sarbi est de créer à travers la rencontre, un cadre de commercialisation, de concertation, de sensibilisation et d’échanges sur les problématiques majeures interpellant le logement en particulier. A travers cette rencontre nous voulons permettre aux Camerounais moins nantis qui veulent se loger ou résoudre des problèmes de construction, de tenter de trouver des solutions, et de s’édifier sur les lois qui encadrent le foncier au Cameroun. Permettre aux entreprises de BTP, promoteurs immobiliers, bref aux acteurs de la construction et de l’immobilier de pouvoir mieux se vendre à travers ce Salon. Il est aussi question de permettre au gouvernement (MINTP, MINHDU, MINDCAF) de mieux vulgariser leurs missions. Nous voulons à travers ce Salon, contribuer à l’urbanisation de nos villes, tout en édifiant les populations sur l’actualité de la construction

Que faire selon vous, devant ces immeubles qui s’écroulent chaque jour, et devant l’insuffisance et la précarité du logement au Cameroun, notamment dans les grandes villes que sont Yaoundé et Douala ?

Le constat est malheureusement alarmant. Ces immeubles s’écroulent parce qu’au Cameroun, chacun ne veut pas reconnaitre sa place. On veut tout faire. Il faut dire tout simplement que cette conséquence résulte du non-respect des normes de construction. Raison pour laquelle à travers le Sarbi, nous allons nous atteler à édifier les populations et les maitrises d’œuvre des projets, pour que le phénomène de ces immeubles qui poussent comme des champignons, mais s’effondrent aussitôt, ne soit plus observé à la longue.

La première édition du Salon régional du bâtiment et de l’immobilier, a eu lieu en 2016 à Bafoussam. Quelles en sont les retombées, et quelle est la plus-value de cette seconde édition ?

Après cette 1ière édition, nous avons transmis les rapports aux institutions publiques et privées concernées directement par le projet.

Nous avons posé sur la table, la question du foncier et des normes de construction. Les populations ont été édifiées, et on peut remarquer une amélioration des différents projets de construction dans la région de l’Ouest, et une réduction exponentielle des litiges fonciers dans nos tribunaux dans cette partie du pays.

Cette édition sera l’occasion pour les populations de toutes les classes sociales, de venir découvrir différents produits de construction ou immobiliers que les entreprises mettent à leur disposition à moindre cout. Il y aura une nette croissance des partenaires et les institutions publiques y seront très bien représentées. Nous pouvons rassurer les partenaires et les visiteurs qu’il s’agira d’une fête de la construction au Cameroun. Et elle sera belle et très utile à tous.

Et pourquoi 2019 au lieu de 2018, lorsqu’on sait que le SARBI est une biennale ?

Il faut rappeler que ce Salon professionnel qui aura lieu du 09 au 11 mai 2019 à Yaoundé, aurait en fait, du se tenir en décembre dernier. Suite aux raisons administratives et indépendantes de notre volonté, il a été renvoyé. Mais nous pouvons confirmer à nos partenaires et ceux qui trainent encore le pas, qu’il se tiendra réellement du 09 au 11 mai 2019 à l’esplanade de l’hôtel de ville de Yaoundé.

Quelles seront les principales articulations de ce Sarbi qui s’ouvre le 09 mai prochain à Yaoundé ?

THEME CENTRALE : Immobilier,4ième pilier de croissance sur lequel repose notre DSCE : Encadrement administratif et technique autour l’activité immobilière au Cameroun.

Durant 3 jours, l’actualité du bâtiment est décryptée, analysée et commentée par les meilleurs experts du secteur. Une occasion unique de mettre à jour vos connaissances et de dialoguer de façon directe avec les professionnels.

Programme des conférences thématiques du : Salon Régional du Bâtiment et de l’Immobilier

THEME 1 : (Jeudi 09 Mai 2019 de 14h30 à 16h00)

Contrôle, Respect des normes et prescriptions techniques en matière de construction et d’entretien des ouvrages.

Intervenants : Ministère Travaux Publics, Labo génie, Bureau Veritas, Approche d’une collectivité territoriale décentralisée.

THEME 2 : (Vendredi 10 Mai 2019 de 14h-15h)

Propriétaires et Acquéreurs : Quelles évolutions fiscales

Intervenants : Ministère des Finances, Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain, Promoteurs Immobiliers

THEME 3 : (Samedi 11 mai 2019 de 11h-12h)

Activité et Profession immobilière : Encadrement et apport digital sur l’activité

Intervenants : Ministère de l’Habitat et du Développement Urbain, JUMIA

Pendant chaque conférence, les partenaires techniques présenteront leurs différentes prestations dans le but d’accroitre leur clientèle et faire des contacts.

Quel est le public cible ?

Puisque le logement est une affaire de tous, nous attendons les populations qui doivent venir visiter des stands pour acheter ou s’informer des différentes offres disponibles de nos partenaires de la construction.

Nous attendons les entreprises publiques et privées du secteur de la construction et de l’immobilier, lesquelles devraient venir communiquer, vendre leur image et faire connaitre leurs offres disponibles. Il s’adresse aussi aux professionnels de la construction et de l’immobilier

Un dernier mot ?

Nous vous remercions pour cette tribune que vous nous offrez, et avec la très grande visibilité et crédibilité de Camer.be, nous ne pouvons que nous réjouir de vulgariser notre projet, profitons de ce canal pour remercier Monsieur Nganou Djoumessi et Madame Courtès , respectivement ministre des Travaux public, et ministre de l’Habitat et du Développement urbain, lesquels ont accueilli notre projet avec enthousiasme et ferveur. Nous voulons les rassurer que ce Salon sera une très grande fête de la construction.

Par ailleurs nous attirons encore l’attention des annonceurs, mécènes, promoteurs immobiliers, les entreprises sur la disponibilité de certains stands.

Ces entreprises doivent se précipiter pour occuper les 10 stands encore disponibles.

Toutefois, nous sommes très déçus par le traitement de ce dossier au ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf). Un ministère clé du secteur, mais qui jusqu’ici, tarde à participer à ce Salon professionnel. C’est tout simplement dommage et regrettable. Parce que pour nous, il est difficile de comprendre que ce Salon est organisé et l’autorité qui gère le foncier au pays n’y participe pas. Et pourtant, des courriers ont été transmis et même suivis, mais sans aucune suite favorable.

Nous ne désespérons d’eux, et tenons à dire au Mindcaf, que nous restons à leur écoute.

16avril
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo