CAMEROUN :: Les 100 premiers jours : Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, des réunions pour prendre ses marques :: CAMEROON
CAMEROUN :: Les 100 premiers jours : Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, des réunions pour prendre ses marques :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Mutations : Vanessa Bassale
  • mardi 16 avril 2019 11:28:00
  • 1831

CAMEROUN :: Les 100 premiers jours : Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, des réunions pour prendre ses marques :: CAMEROON

Lorsque Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt, ancien ministre des Sports et de l’Education physique (2015-2019), a été porté à la tête du ministère des Arts et de la Culture (Minac), plusieurs ont estimé qu’il est l’homme de la situation. En effet, artiste comédien et dramaturge, il s’est fait connaitre grâce aux sketchs de « Mini Pampam » et à ses multiples publications théâtrales (« La veste de fer », Les charognards », etc.). Aujourd’hui éloigné de la scène sportive, le ministre enchaîne des réunions dans le domaine culturel, renouant ainsi avec son premier amour. De nombreuses réunions, à en croire certains de ses collaborateurs.

« C’est pour prendre ses marques et se faire connaitre des partenaires», commente un de ses proches. En effet, pour le compte de janvier 2019 (mois de sa nomination), le Minac a accordé une audience à la représentante de l’Agence française de développement. L'info claire et nette. Ensuite, successivement, il s’est entretenu avec la directrice des opérations de la Banque mondiale et la représentante du Bureau régional de l’Unesco. Question d’avoir une vision précise des projets et du fonctionnement des institutions dépendant de son département ministériel, le Minac a eu, toujours en janvier, des séances de travail avec les responsables du Musée national, du Palais des congrès et de la Commission des arts et des lettres, de l’Ensemble national, etc.

Entre audiences et séances de travail, Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt voyage. Pour des raisons professionnelles, rassurez-vous. Le mois dernier, il était à la tête de la délégation qui représentait le Cameroun à l’édition 2019 du Salon du livre de Paris. Le mois d’avant, c’est à Ouagadougou, au Burkina Faso, qu’il a déposé ses valises pour assister à l’inauguration de la statuette du cinéaste camerounais Jean Pierre Dikongue Pipa.

En plus d’être rigoureux et ponctuel, selon ses collaborateurs, ce natif de Nanga-Eboko, dans la région du Centre, fait preuve jusqu’ici d’une certaine prudence. Pour preuve, plus de trois après son arrivée au Minac, il ne s’est toujours pas prononcé sur la patate chaude à lui laissée comme héritage par son prédécesseur Narcisse Mouelle Kombi : l’organisation de Miss Cameroun par le gouvernement.

16avril
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

canal de vie

Vidéo