CAMEROUN :: Hypertension arterielle : Quelle stratégie pour une consommation appropriée de sel ?  :: CAMEROON

CAMEROUN :: Hypertension arterielle : Quelle stratégie pour une consommation appropriée de sel ? :: CAMEROON

CAMEROUN :: Hypertension arterielle : Quelle stratégie pour une consommation appropriée de sel ?  :: CAMEROON
CAMEROUN :: Hypertension arterielle : Quelle stratégie pour une consommation appropriée de sel ? :: CAMEROON
Une table ronde sur le thème « Sel et Santé : Quelle stratégie pour une consommation appropriée de sel ? » s’est tenue jeudi 8 mars au Palais des Congrès de Yaoundé. L’événement, organisé par l’Institut Nestlé Nutrition Afrique en marge du 11ème Congrès scientifique de la Société Camerounaise de Cardiologie (SCC), a rassemblé des professionnels de la santé, des experts gouvernementaux, ainsi que des représentants du milieu académique, de la société civile et du secteur privé.  

Modérée par le Professeur Kingue, Président de la SCC, la table ronde avait pour objectif d’ouvrir le débat sur le lien entre sel et hypertension et de proposer des pistes de solutions multisectorielles et multipartites pour encourager une consommation appropriée de sel au Cameroun. Elle était composée du Prof. Kana Modestine, maître de conférences, enseignante et chercheur au Département de Biochimie de l’Université de Douala ; du Dr. Tchuem Tchuenté Martine, cardiologue et Médecin Chef du Centre Médical LAMAT ; et de M. Aggée Ntonga, Chef de Service de Diététique et des Interventions Nutritionnelles à la Direction de la Promotion de la Santé au Ministère de la Santé Publique.

La consommation excessive de sel est considérée comme l’un des facteurs de risque de l’hypertension, une pathologie souvent multifactorielle et définie par une pression artérielle trop élevée. La prévalence mondiale de l’hypertension est en augmentation. En effet, 1 milliard d'adultes souffriraient d'hypertension dans le monde, un chiffre qui devrait atteindre 1,5 milliard d'ici 2025. De plus, elle provoquerait 9,4 millions de décès par an au niveau mondial, soit plus de la moitié des 17 millions de morts causées par les maladies cardiovasculaires.  

Au Cameroun, il est estimé que la prévalence de l'hypertension a augmenté de deux à cinq fois entre 1994 et 2003, passant de 24,4% à 37,2% chez les hommes et de 20,1% à 37,5% chez les femmes. Cela a été attribué à l'urbanisation rapide associée aux taux élevés d'obésité, d'inactivité physique, de diabète, d'augmentation de la consommation de sel et de consommation de tabac.
 
Aussi, réduire la quantité de sel consommée reste aujourd’hui l’une des cinq actions prioritaires de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour lutter contre les maladies non transmissibles. La table ronde a permis de faire ressortir les éléments suivants : • On utilise souvent les mots « sel » et « sodium » de manière interchangeable. Pourtant, ils ne sont pas exactement équivalents. Le sel se compose de sodium et de chlorure.  • Le sodium est un minéral essentiel à la santé. Cependant, sa consommation excessive (c’est-à-dire plus de 2 000 mg par jour chez les adultes) est l’un des facteurs de risque de l’hypertension artérielle. • Le sodium n’est pas le seul minéral influençant la tension artérielle. Un apport important en potassium conduirait à une chute de la pression artérielle chez l’adulte.

L’équilibre en sodium et potassium est donc important. •
Il n’existe pas beaucoup de données scientifiques concernant les habitudes de consommation de sel de la population camerounaise, y compris sur les sources de sel dans l’alimentation, la teneur en sel des mets les plus consommés, ainsi que les connaissances, attitudes et comportements par rapport à l’utilisation du sel. Ces données sont pourtant nécessaires au développement de stratégies efficaces. • Les cardiologues et autres professionnels de la santé ont besoin de plus d’informations et d’outils pour mieux conseiller leurs patients. • La réduction de la consommation de sel auprès de la population nécessite des solutions multisectorielles et multipartites, y compris la recherche sur la consommation de sel, la reformulation des aliments industriels pour qu’ils soient moins salés, l’adoption de normes d’étiquetage et de commercialisation, l’éducation et la sensibilisation de la population, et le soutien à des environnements favorisant une alimentation saine.  
 
Le compte rendu de la table ronde sera formellement partagé avec les participants au Congrès, ainsi que les autorités et parties prenantes pertinentes, y compris le Ministère de la Santé Publique, le Comité interministériel de lutte contre la malnutrition, la Société Camerounaise de Cardiologie, et la Société Camerounaise des Sciences Nutritionnelles.
 
A propos de l’Institut Nestlé Nutrition Afrique : L’Institut Nestlé Nutrition Afrique est une organisation à vocation non-lucratif dédiée au renforcement des compétences en nutrition des professionnels de la santé sur le continent africain. Pour plus d’information

© Camer.be : Franck BAFELI Avec Nestlé Cameroun

REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@