Camer.be
Cameroun,Je parle le bassa 2.0 : Concept novateur, langue régionale et Internet :: CAMEROON
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : Stéphie-Rose Nyot
  • samedi 12 septembre 2015 14:08:47
  • 7594

Cameroun,Je parle le bassa 2.0 : Concept novateur, langue régionale et Internet :: CAMEROON

Bonjour mon nom est Stéphie-Rose Nyot, au sein de mon parcours plusieurs éléments ont façonné mon envie de protection des langues régionales africaines. Je pourrais rapidement citer mon implication auprès du programme Mémoire du monde de l’UNESCO, ou encore mon envie ardente de connaître ma culture. Je suis à l’origine du projet Je parle le bassa 2.0. Cette initiative a été lancée en décembre 2014 sur la plateforme Facebook, elle est depuis présente sur YouTube, Twitter et bien sûr, sur son site web officiel.

Je parle le bassa 2.0 se positionne sur un apprentissage et une communication participative et interactive ayant pour but de faire apprendre aux abonnés facilement et rapidement les bases de l’une des langues du Cameroun, le bassa. Il ne s’agit pas d’un concept tribaliste ou encore communautaire. Le but étant certes de mettre l’accent sur l’apprentissage de la langue bassa mais également d’un point de vue globale de promouvoir l’importance des langues minoritaires et la richesse de la diversité culturelle en tant que devoir de mémoire.

Bassa ou non, camerounais ou non, africain ou non, amoureux des langues et de la diversité culturelle oui! Rejoignez-nous et devenons ensemble les ambassadeurs de la langue bassa! Rejoignez ce concept inédit, qui permet de faire vivre et revivre ces langues régionales au sein de la mondialisation et des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Chacun d’entre vous apporte une pierre à cet édifice patrimonial que nous nous devons d’ériger ensemble. Personne d’autre ne le fera pour nous.

Le bassa fait partie de ces langues qui en raison de divers éléments de la mondialisation est de moins en moins pratiquée. Depuis plusieurs siècles on dénombre plus de 3000 langues disparues, il est de notre devoir de protéger ce patrimoine, cet héritage linguistique. Me yéga ngandag! (Merci beaucoup)!

© Correspondance : Stéphie-Rose Nyot
12sept.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo