Camer.be
Jean-Pierre Bekolo : “Et si Obama était camerounais ?” :: CAMEROON
CAMEROUN :: CINEMA
  • Le Jour : Propos recueillis par Jean-Philippe Nguemeta
  • samedi 13 juin 2015 04:22:04
  • 10361

Jean-Pierre Bekolo : “Et si Obama était camerounais ?” :: CAMEROON

Le cinéaste camerounais parle de son dernier film documentaire intitulé « A la recherche d’Obama perdu ».

Pourquoi un film sur Barack Obama?
Le film n'est pas sur Barack Obama, le film est sur M. Messanga Ombolo ce chercheur, spécial qui a eu un certain nombre d'intuitions assez troublantes qui établissent les origines de Barack Obama au Cameroun. C'est lui mon personnage, c'est donc un film sur un Camerounais et non un Américain, fut-il d'origine camerounaise.

N'est-il pas tout de même exagéré pour le réalisateur de s’intéresser aux travaux de recherche d’un quadragénaire camerounais convaincu de l’origine camerounaise du président américain Barack Obama ?
Notre métier est aussi un métier de passeur. Notre rôle est de soulever des débats et des questions sur notre société et pas seulement de divertir les masses. Les origines de B. Obama sont floues. Il n'existe aucune autre famille Obama au Kenya à part celle du président des USA. Le personnage de Messanga est le type même de personne qui est méprisé chez nous. Il a le profil d'un inventeur fou; d’ailleurs il a fait une dizaine de métiers... sauf que ce sont ces personnes habitées à qui nous devons toutes les belles inventions que nous aimons tant. Lisez seulement la biographie de Steve Jobs l'inventeur de Apple, personne ne le comprenait; il a même été chassé de sa propre société qu'il a créée, mais on a dû le rappeler. La  question que nous pose Messanga est la suivante, comment se fait-il que nos universitaires, nos chercheurs africains et du monde se soient contentés de ce que B. Obama leur a dit sur ses origines, quand ce dernier avoue qu'il n'en sait pas grand-chose?

Le profil de ce chercheur discrédite-t-il pas d’emblée une telle thèse ?
La crédibilité ne s'acquiert pas avec une veste et une cravate. Le débat est ouvert et c'est sur le terrain de la connaissance et de la recherche qu'il faudra contredire M. Messanga et non sur le fait qu'il n'est pas sorti de nos universités. Sans vouloir vous révéler la surprise du film, même la génétique semble donner raison à M. Messanga, ses détracteurs disent quoi?  

Quel est l'enjeu recherché par ce documentaire de 52 minutes?
Mon seul but était de poser sur la place publique les thèses de M. Messanga, rien d'autre. Il y a beaucoup de « Messanga » au Cameroun, des personnes qui pourraient avoir fait une trouvaille importante qui sont méprisées parce qu'ils ne bénéficient pas d'un décret présidentiel. Si demain les thèses de M. Messanga sont reconnues par des personnes crédibles, vous allez être les premiers à dire que les Camerounais sont forts. Sauf que c'est au départ qu'ils ont besoin d'aide. Le film est sans prétention, tout comme le personnage de M. Messanga.  C’est notre culture de faire des choses sérieuses avec une pointe d'humour. Si le président Obama est effectivement originaire de Womkoa, quelle leçon pour nous tous ?  

Quel est votre méthodologie dans ce documentaire et quelles sont les caractéristiques du film?
Pour construire ce film, j'ai opté de suivre M. Messanga un point c'est tout. J'ai mon personnage, pourquoi aller chercher ailleurs. Tout simplement. S'effacer et laisser le personnage évoluer.

© Le Jour : Propos recueillis par Jean-Philippe Nguemeta
13juin
Lire aussi dans la rubrique CINEMA
Vidéo