Crise anglophone: Le mythe de Sisyphe de la paix
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Crise anglophone: Le mythe de Sisyphe de la paix :: CAMEROON

La mort d'une jeune fille dans le Sud-Ouest ce jeudi 14 octobre 2021 vient montrer tout le côté fugace des initiatives de paix dans les deux régions troublées. 

Joseph Dion Ngute vient de quitter les deux régions en conflit, en mission com-mando de paix, dépêché de toute urgence par Paul Biya pour convertir les siens à l'é- vangile de l'urgence d'un retour à la paix, d'un adieu preste aux armes. Il a sillonné les deux régions, l'arbre de paix dans la main et sur le cœur, pour essayer de convertir ou précisément de déradicaliser les jeunes emportés pour la volonté de violence. Le capitaine de l'équipe gouver- nementale leur a prêché combien il était indispensable de tourner le dos à la violence et au désordre pour donner une chance au Plan présidentiel de reconstruction et de développement des deux régions de se mettre en place. Message reçu, disons-le par souci d'optimisme pour le Cameroun. 

A peine parti, voici un coup bien huilé comme pour réduire à néant les initiatives du Premier ministre. Et ça tombe de manière chirurgicale car c'est précisément dans la ville où il a commencé sa mission que la déconstruction de son œuvre a été lancée. Allez comprendre comment un homme en tenue, conscient de la volatilité de la situation ambiante, va dégainer en plein Buea pour tirer sur un véhicule, dit- on, qui aurait refusé d'obtempérer. Malheureusement, accidentellement, une jeune enfant va prendre la balle en pleine tête, une balle perdue, sa maman la conduisant à l'école. Catastrophe.

Deux catastrophes gémellaires : la foule en furie va se déchaîner pour la justice populaire et lyncher le gendarme sur le champ.

Le zèle avec lequel la face visible de la personne du symbole de la puissance publique a été tuée, assassinée, désacra- lisée, expose dans toute sa nudité l'am- pleur du mal qui gît dans le cœur de beau- coup de citoyens. Oui, une bévue policiè- re, condamnable, répréhensible ! 

Dans sa précipitation, la foule a coupé court empêchant aux pouvoirs publics de démêler, d'exploiter tous l’écheveau de cet écart vis-à-vis de la déontologie sécuritai- re. C'est fait! Cette scène, à l'exemple de Pénélope qui confectionnait sa toile et la défaisait la nuit pour éconduire ses soupirants, à l'exemple de Sisyphe qui roulait la pierre jusqu'au sommet de la montagne, la laissait descendre et recommençait à pousser sans fin cette pierre, traduit toute l'infinitude de la construction de la paix dans les deux régions. 

La paix à quel prix ? Est-ce tout juste Joseph Dion Ngute qui est combattu ou bien est-ce un plan global de ruiner les espoirs de paix dans le NoSo ? Difficile de répondre à une telle question! Mais on retient à tout au moins que le Premier ministre de Paul Biya est combat- tu, copieusement par ses pairs anglophones. 

C'est connu! On constatera au besoin que chaque initiative de paix obéit à une réplique des va-t’en guerre embus- qués, déterminés dirait-on à ruiner tout espoir de paix. La semaine dernière dans le Nord-ouest, les balles crépitaient au sommet d'une montagne non loin de son convoi, pour signifier de toute évidence cette réalité. On regrette l'action du gen- darme, on la déplore. Mais ceux qui l'ont lynché, à tort ou à raison, sont désormais exposés à toutes les rigueurs de la loi. La paix que nous appelons de tous nos vœux ne se fera pas au détriment d'une composante de notre Etat, d'où qu'elle vienne. Les Forces de défense et de sécu- rité du Cameroun veulent la paix, tout comme les autres composantes sociales.

Malheureusement, le gendarme qui a tiré ne sera plus jamais là pour expliciter les motivations de son acte! Malheureusement aussi, les tensions dans la ville vont décupler, au moment où la population a déjà amené le corps de la petite fille victime de la balle chez le gouverneur mais en oubliant le corps du gendarme dans les caniveaux. Le corps de cette dernière, tout comme celui du gendarme sont des vies camerounaises fauchées, dont il faut condamner doublement la perte. 

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo