Etat unitaire, Sécession, Fédéralisme. Mais qu’est ce qui fait débat, et où se situe le Problème ?
CAMEROUN :: POINT DE VUE

CAMEROUN :: Etat unitaire, Sécession, Fédéralisme. Mais qu’est ce qui fait débat, et où se situe le Problème ? :: CAMEROON

L’urgence d’une clarification, et de la fin de la récréation

Dans le contexte de crises multiples et d’attentes non démenties d’alternance au sommet des institutions que connaît le Cameroun, contexte agrémenté de soupçons, de haines, de désirs mal contenus de vengeance, d’apologie de meurtre, de jalousies, d’ambitions démesurées et de nombreuses frustrations aux diverses colorations tantôt individuelles et tantôt régionalistes et claniques, l’opinion publique est gravement exposée à tellement de manipulations, qu’aucune intelligence experte, académique ou professionnelle, ne saurait se targuer d’emporter la raison.

C’est pour cela, que le maître mot doit être : ATTENTION A VOTRE LANGUE.

Il y a en effet lieu de rappeler à tous ceux qui auraient tendance à l’oublier, que tous les débats en cours dans l’actualité nationale, engagent le destin de tout un peuple, la situation des familles, le mental des adolescents, la stabilité des adultes, l’image que nous préparons pour notre pays demain, après-demain. Des citoyennes et des citoyens meurent au quotidien, et les armes se font entendre, loin des villes, mais dans le subconscient de tout le monde, directement ou indirectement. Le préjudice est incommensurable.

Débattre sur des notions et des concepts de formulation structurelle des termes de référence de l’encadrement de notre société, c’est tout de suite indiquer explicitement ou implicitement, les positions, théories, et programmes devant servir de cadre de solution à nos diverses crises. Jamais, mais alors jamais, personne, universitaire, politique, acteur civil ou simple touriste de la pensée, ne devrait aborder le débat de façon péremptoire et radical. L’histoire des peuples ne se décline jamais de la même manière ni dans les mêmes termes, et leurs constructions institutionnelles, ne sauraient par conséquent, épouser des dogmes et thèses statiques consacrés par une expérience quelconque. Ni Etat unitaire, ni sécession, ni fédéralisme. Aucune forme d’organisation ni aucun type de solution, n’est valable tout le temps et partout, ni préférable dans tous les cas.

Les tribulations d’intellectuels armés de théories seront vite confondues, dès lors qu’au moindre coup de feu, au moindre pétard mouillé ou au moindre cri d’insatisfaction et de revendication, les nations se résignaient à se décomposer en mille morceaux. De même, aucune nation, quelle que forte soit-elle, ne saurait se cramponner de façon radicale sur une structure ancienne, fusse-t-elle avalisée et validée par une quelconque majorité, ou adulée par des expériences du temps tendrement aménagées et réaménagées.

Dans le contexte de notre pays, nul ne saurait à ce jour, prêter au pouvoir régnant, le genre de radicalisme qui redoute ou rejette toute ouverture, tant les gestes, la volonté, les égards et les démarches connus, vérifiés et vécus, démontrent une très grande disposition au dialogue. Certes, les réformes esquissées jusqu’ici peuvent s’avérer insuffisantes, non adaptées aux exigences soutenues par certains, ou mal articulées en termes de remodelage institutionnelle, mais il demeure constant qu’au plus haut niveau, l’option du dialogue prends le pas sur la solution de la guerre totale.

Il n’y a aucun doute, qu’il faut composer avec une frange radicale et volontiers conservatrice ou ultraconservatrice, dopée ou choquée, par les agissements et le discours d’une élite militante sécessionniste qui croit pouvoir semer assez de désordres et de meurtres, pour avoir gain de cause. Pourtant, nul ne saurait s’y référer, pour soutenir encore plus radicalement, la solution militaire, et l’option de l’écrasement tout court d’une rébellion plus proche de la délinquance criminelle et du banditisme de ratés de la vie.

Enfin, il faudrait déterminer les chemins menant aux solutions que l’on supporte, et indiquer très clairement, les acteurs, les décideurs et les porteurs des causes sécessionnistes. Il ne suffit pas de s’affirmer sécessionniste ou indépendantiste, il faut encore apporter la preuve d’une crédibilité quelconque, et montrer des mains propres non souillées par le sang d’innocents assassinés froidement au quotidien.

A ceux qui rejettent outrancièrement le fédéralisme, il faut rappeler que la démarche si elle s’entend comme la conséquence des demandes de meilleures approches du développement, de justice et d’équité entre les différentes régions, n’a rien d’extraordinaire ni d’original, le pays ayant déjà expérimenté cette forme d’organisation de l’Etat par le passé. Ce qui est en cause, c’est la centralisation à outrance des pouvoirs de décision à Yaoundé, et la confiscation des privilèges de la gestion des ressources et du patrimoine multidimensionnel du pays. Mais alors, et c’est ici qu’en tant que parti politique, nous en appelons à l’intelligence de tous, à leur réalisme et à leur pragmatisme. La mise en place des conseils régionaux, constitue une étape importante, un moment riche de promesses et d’ambitions pour commencer à structurer ce qui à plus ou moins long terme, pourrait déboucher sur le fédéralisme.

Il n’y a pas, il n’existe pas, il ne saurait exister et prospérer, des doutes sur notre capacité à construire effectivement toutes les conditions d’un dialogue franc, sincère et objectif, prenant en considération les demandes, les craintes et les espoirs des uns et es autres. Les tenants de l’académie tentaculaire et attentatoire à la morale publique, à l’unité nationale, à l’intégrité institutionnelle et à la stabilité de notre cohésion autant qu’à la sauvegarde d’une coexistence sereine des populations, devraient faire plus attention. Tout ce qui est très divers et ondoyant nécessite prudence, précaution et dextérité pour sa manipulation et son entretien. Tel est effectivement le cas du Cameroun, notre Cameroun. Entende qui veut et qui peut.

Il faut siffler la fin de la récréation./.

SHANDA TONME

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo