Incriminé pour trois chefs d’accusation
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Incriminé pour trois chefs d’accusation :: CAMEROON

Condamné à 10 ans de prison en février 2018 pour deux chefs d’accusations à savoir vol aggravé en coaction, Marie Paulin Zobo doit répondre à son troisième chef d’accusations ce mercredi 9 juin 2021. Les faits se déroulent dans la nuit du 14 au 15 mai 2017. Marie Paulin Zobo et son complice vont s’introduire par infraction dans un débit de boisson à Obala, dans le département de la Lekié. Ils vont s’y rendre à l’aide d’une motocyclette. Ils emporteront avec eux des appareils : un régulateur, un baffle, une télévision et un décodeur.

Une semaine plus tard, les deux individus iront cambrioler une autre boutique au quartier Messassi où ils emporteront divers articles qu’ils vont charger dans trois sacs d’emballages. Les effets volés vont être stockés dans la chambre du complice de Marie Paulin Zobo en attendant de trouver un receleur. Au cours d’une altercation entre les deux individus au quartier Nkolbisson le 18 mai 2017 avec menace d’armes blanches, ils vont être interpellés par un policier en civil. Ils seront conduits au commissariat de Nkolbisson. Quelques heures plus tard, le coéquipier de Zobo est mis en liberté après avoir déclaré que Zobo l’a menacé de mort. Quatre jours passés en cellule, Marie Paulin Zobo va révéler leurs forfaits vu l’ampleur que prenait la situation. Sans se douter de quelque chose, Marie Paulin Zobo constate qu’il enregistre déjà un chef d’accusation.

La plainte a été déposée par son coéquipier. Dans cette dernière, il lui réclame une bouteille à gaz, une motocyclette et huit bouteilles d’huile raffinées. Après les aveux de Marie Paulin Zobo, une perquisition sera faite au domicile de son coéquipier et tous les effets volés seront récupérés. Auditionnés sur les faits, les deux individus vont plaider coupables et être condamnés à 10 ans d’emprisonnement.

En ce mercredi 9 juin, Marie Paulin Zobo doit répondre au troisième chef d’accusation déposé par son coéquipier. Le présumé voleur ne reconnait pas les faits qui lui sont reprochés. Sur décision du tribunal, l’affaire est mise en délibérée sur la culpabilité le 14 juillet 2021.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo