CAMEROUN :: Moratoire sur la dette : Négociations délicates entre Yaoundé et Pékin :: CAMEROON
CAMEROUN :: Moratoire sur la dette : Négociations délicates entre Yaoundé et Pékin :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • EcoMatin : René Ombala
  • lundi 01 juin 2020 09:08:00
  • 2708

CAMEROUN :: Moratoire sur la dette : Négociations délicates entre Yaoundé et Pékin :: CAMEROON

Après avoir bénéficié d’un rééchelonnement du paiement de 70 % des créances dues à Eximbank sur la période 2019-2022, le Cameroun tente d’obtenir de la Chine, le report du remboursement d’une partie de la dette prévue cette année.

Selon des sources concordantes au ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), le Cameroun a pris langue avec la Chine pour négocier un moratoire sur le service de la dette due à l’Empire du Milieu pour la période du 1er mai au 31 décembre 2020. Ces négociations, conduites par le ministre Alamine Ousmane Mey, visent à concrétiser la décision du G20 prise le 15 avril dernier.

Ce jour-là, le groupe des 19 pays les plus industrialisés du monde et l’Union européenne se sont engagés à suspendre momentanément, à leur demande, le service de la dette bilatérale des 77 économies moins développées, dont 41 pays d’Afrique subsaharienne pour les huit derniers mois de l’année 2020. Les sommes non payées en 2020 seront remboursées en trois ans (2022, 2023 et 2024), après une année blanche en 2021.

Le 26 mai 2020, des officiels Camerounais et chinois ont échangé par visioconférence. Pour l’instant, rien n’a filtré de cet échange. Des responsables du Minepat sollicités se sont refusés à tout commentaire estimant le sujet « délicat ». Et il est vrai qu’Alamine Ousmane Mey devra se montrer fin négociateur pour obtenir ce moratoire de Pékin.

En tant que membre du G20, la Chine s’est engagée comme les autres 18 pays les industrialisés du monde à accorder cette pause sur le service de la dette. Mais il s’agit-là d’une décision de principe. « Les créanciers mettront en oeuvre, conformément à leur législation nationale et à leurs procédures internes, l’initiative de suspension du service de la dette, comme convenu dans le présent cahier des charges, à tous les pays éligibles qui en font la demande », indique d’ailleurs la fiche descriptive de l’initiative du G20.

Incertitudes

La délicatesse vient certainement du fait que le Cameroun a déjà bénéficié en juillet 2019 d’une restructuration de la dette due à Eximbank. La banque d’import-export a en effet accepté de rééchelonner 70 % de la somme (intérêts non compris) que devrait lui rembourser le pays sur la période allant de juillet 2019 à mars 2022. Ce montant, qui concerne 22 projets du portefeuille, est estimé à environ 150 milliards FCFA et sera finalement payé au cours des années suivantes. Moins d’un an plus tard, voilà que Yaoundé sollicite à nouveau Pékin pour une opération similaire. En réalité, les autorités camerounaises sont un peu contraintes.

« Le gouvernement de la République du Cameroun s’est également engagé à demander à tous ses autres créanciers officiels bilatéraux un traitement du service de la dette conforme à la fiche agréée », indique le Club de Paris, un groupe de créancier de pays industrialisés, qui a accordé au Cameroun ce moratoire sur le service de la dette la semaine dernière.

L’autre source d’incertitude, c’est que l’Empire du Milieu se montre très peu enthousiaste vis-à-vis de l’initiative du G20. Selon le Club de Paris, cinq pays, dont le Cameroun, ont à ce jour conclu un accord avec certains de ses membres pour le report du paiement de leurs créances des huit derniers mois de l’année 2020.

Mais la Chine n’est partie prenante à aucun de ces accords, même pas en tant qu’observateur. En réalité, Pékin à de bonnes raisons de se méfier. Pour plusieurs experts, elle est particulièrement visée par certaines dispositions de l’initiative du G20. Pour bénéficier de cette initiative, les pays doivent s’engager à « communiquer tous les engagements financiers (dette) du secteur public ».

Certains analystes estiment que cette disposition vise particulièrement la Chine régulièrement accusée par les pays occidentaux d’entretenir l’opacité sur ses créances en vers les pays d’Afrique.

01juin
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

canal de vie

Vidéo