Production: La filière avicole perd 7 milliards FCFA
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Production: La filière avicole perd 7 milliards FCFA :: CAMEROON

L’estimation rendue publique par l’Interprofession avicole de l’Ouest et du Nord-Ouest - Cameroun porte sur un mois d’activités.

Touchée depuis quatre ans par les effets de la crise aviaire, la filière avicole fait face à une autre crise. La survenue de la pandémie du Covid-19 et ses conséquences sur l’économie globale plonge la filière dans une crise plus aigue. Sur la base d’une évaluation faite par l’Interprofession avicole du Cameroun (Ipavic), il ressort que le bassin de l’Ouest et du Nord-Ouest enregistre 7 milliards de Francs Cfa de perte, depuis la sortie des 13 mesures du gouvernement. L’Ipavic Ouest et Nord-Ouest avoue n’avoir pas pris en compte les éleveurs non membre de ce regroupement au cours de l’étude réalisée sur une période d’un mois.

Les données officialisées par l’Interprofession avicole du Cameroun en partenariat avec le Minepia, le Minepat et le Minefop soutiennent que sur une période d’un mois, les accouveurs ont perdu un milliards et près de 9 millions de Francs Cfa. «Les accouveurs ont arrêté d’importer du fait de l’arrêt du trafic aérien, la restriction des mouvements et la chute drastique de la demande de poussins.» Président de l’Ipavic Ouest et Nord-Ouest, Léopold Kamga explique que les pertes enregistrées chez les importateurs d’œufs sont aussi liées à l’obligation d’étouffer les poussins imposée par les restrictions conséquentes de la crise du Covid-19.

Les éleveurs de poulets de chair paye la facture la plus lourde de ces restrictions. Au cours du mois d’évaluation, le prix du poulet de 45 jours est passé de 2 300 à 1500 Francs Cfa, en moyenne. Sur la base des estimations antérieures, l’Ipavic soutient que 2 millions 748 mille poulets étaient vendus chaque mois. «Au regard de ce fait, on est en droit d’indiquer que les pertes ou le manque à gagner au cours de ce premier mois de restriction sont évalués à 2 milliards et 199 millions de Francs Cfa.» soutient Léopold Kamga.

Les métiers annexes impactés

Les éleveurs de poules pondeuses d’œufs de consommation enregistrent des pertes estimées à 843 millions 750 mille Francs Cfa, au cours du mois de restrictions liées à la lutte contre le Covid-19. Des pertes conséquentes de la chute du prix de l’alvéole d’œufs qui est passée de 1500 à 1200 en moyenne au cours du premier mois de restrictions. Le rapport partiel du bassin Ipavic Ouest explique à ce sujet que «En prenant en compte le cheptel des poules pondeuses permanente actuel qui représenterait environ 60 % du cheptel des poules pondeuses avant la grippe aviaire de 2016, soit un cheptel actuel d’environ 540 mille poules pondeuses et en considérant un taux de ponte moyen d’environ 75%, nous pouvons indiquer que la filière se meurt.»

A cette évaluation, l’Interprofession avicole du Cameroun y ajoute les pertes enregistrée chez les importateurs de «premix» et de concentrés, les provendiers, les distributeurs de produits vétérinaires, les transporteurs et les distributeurs de produits avicoles qui, selon le bassin Ouest et Nord-Ouest de l’Ipavic, pourrait être estimés à au moins trois milliards de Fcfa.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo