CAMEROUN :: Le journaliste Eric Golf est libre :: CAMEROON
CAMEROUN :: Le journaliste Eric Golf est libre :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: MéDIA CAMEROUN :: Le journaliste Eric Golf est libre :: CAMEROON
  • Le Jour : Mathias Mouendé Ngamo
  • mardi 14 avril 2020 08:28:00
  • 7087

CAMEROUN :: Le journaliste Eric Golf est libre :: CAMEROON

Le correspondant de Canal 2 International à Paris interpellé depuis le 02 avril 2020 dans la capitale économique a été relaxé hier à Yaoundé.

«Eric Golf Kouatchou est libre ! ». L’annonce est faite par Denis Nkwebo peu après 15 h lundi 13 avril 2020. Le président du Syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc), porteur de la bonne nouvelle de la libération du journaliste, est au départ de plusieurs sommations depuis l’interpellation du correspondant de Canal 2 International à Douala, le 02 avril 2020. En provenance de France, Eric Golf avait été embarqué par deux hommes non identifiés et conduits vers une destination inconnue.

Il a été saisi dans un hôtel à Douala, alors qu’il venait d’achever sa mise en quarantaine. Depuis lors, les collègues et proches d’Eric Golf restaient sans nouvelles de lui. Eric Golf Kouatchou qui respire à nouveau l’air de la liberté était détenu à la Direction régionale de la police judiciaire du Centre (Drpjc). Il prendra la route pour Douala mardi 14 avril 2020, avant de rejoindre sans doute par la suite sa famille du côté de Bafoussam, dans la région de l’Ouest.

D’après le président du Snjc, aucune charge n’a été retenue contre le confrère qui était poursuivi au départ pour : « outrage à la patrie et destruction de biens ». Eric Golf Kouatchou a été blanchi de toutes ces accusations. Il a plutôt été reconnu la qualité de son travail journalistique et des excuses lui ont été présentées, apprend-on. Aucune violence policière, ni mauvais traitement n’a été relevé durant la garde à vue du journaliste dans l’une des cellules spéciales de la Police judiciaire du Centre. Pour le Snjc, il s’agit d’une victoire collective des journalistes.

« Le Snjc a fait son travail correctement. Les journalistes soucieux des droits et libertés se sont mobilisés. Nous rendons hommage à tous ceuxlà qui se sont mobilisés pour sa libération. Une pensée aussi pour ses collègues qui ne se sont pas mobilisés pour sa mise en liberté », a indiqué Denis Nkwebo.

14avril
Lire aussi dans la rubrique MéDIA
Vidéo