CAMEROUN :: FILIÈRE POISSONS : Congelcam engage un bras de fer avec l’Etat :: CAMEROON
CAMEROUN :: FILIÈRE POISSONS : Congelcam engage un bras de fer avec l’Etat :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: ECONOMIE
  • Repères : Jean Robert FOUDA
  • lundi 25 mars 2019 08:51:00
  • 10876

CAMEROUN :: FILIÈRE POISSONS : Congelcam engage un bras de fer avec l’Etat :: CAMEROON

La société leader au Cameroun dans l'importation, la distribution et la vente des produits de mer refuse d’appliquer les nouveaux tarifs homologués par le ministère du Commerce au cours de la réunion du 20 mars à Yaoundé. Plusieurs points de vente scellés.

Rarement, une entreprise a suscité autant de polémiques au Cameroun. Le 28 décembre 2018, la Commission nationale anti-corruption (Conac), dans son rapport 2017 sur l’état de la lutte contre la corruption au Cameroun, reprochait à Congelcam et son promoteur des détournements des deniers publics de plus de 32 milliards de FCFA ! Trois mois à peine, après ce triste épisode, le principal importateur de poissons est de nouveau accusé de vouloir provoquer des émeutes de la faim à travers le pays.

La récente hausse des prix des produits de mer décidée de manière unilatérale par cette société a sorti de ses gongs le ministre du Commerce. Luc Magloire Mbarga Atangana a, le 20 mars 2019, au cours d’une réunion à Yaoundé, indiqué que les coûts des produits halieutiques n’ont pas changé. Les nouveaux prix ont été fixés par le Mincommerce. Un communiqué indique que le kilogramme de maquereau 20+ coûte désormais entre 1000 et 1200 FCFA à Douala et Yaoundé. Le thon moyen est à 700 FCFA. 750 FCFA pour le kilogramme de sardine, le bar corvina gros calibre à 1350 FCFA et le bar calada gros calibre à 350 FCFA dans les deux principales villes.

Ces nouveaux prix visent à lutter contre la vie chère et éloigner le risque des émeutes de la faim qui avaient ébranlé le pays en 2008. Mais Congelcam, pourtant représentée à cette assise par Messieurs Nsah et Joseph Flavien Kankeu, respectivement directeur général et chef d’agence Centre-Sud et Est maintient toujours les prix à la hausse. D’où le courroux du Mincommerce. L'info claire et nette. Après la phase de sensibilisation, le patron de ce département ministériel, Luc Magloire Mbarga Atangana a décidé de sévir. La poissonnerie Congelcam du marché du Mfoundi à Yaoundé a été scellée le 22 mars 2019 par la Brigade nationale de contrôle et de répression des fraudes du ministère du Commerce. Décision prise après avoir constaté l’augmentation du prix du poisson «Corvina», de 1350 FCFA à 1500 FCFA le kilogramme. Une dizaine d’autres espaces commerciaux ont également été scellés le même jour.

HAUSSE DES PRIX

L’opérateur crie au complot. Et dit pratiquer «les prix les plus bas possibles». «La perturbation des prix sur le marché est le fait des autres importateurs très nombreux (Soacam, Queen Fish, Florida, Big Fish, Zoumi Fish, Poissonnerie centrale, Aquamar), non contrôlés, qui font de petits lots non contrôlés et qui, par manque de circuit de distribution vendent en gros aux petits détaillants qui créent la spéculation et la surchauffe», indique le directeur général de Congelcam, M. Nsah, pour qui, «le caractère périssable de nos produits ne nous permet pas d’en faire des produits de spéculation.»

En effet, depuis plusieurs semaines, les ménagères ont constaté une hausse du prix du poisson en catimini sur le marché. Il a fallu plus de quatre heures de débats entre le Mincommerce, les importateurs de riz et de poisson et les associations de défense des droits des consommateurs pour faire la lumière sur la hausse des prix desdites denrées et les difficultés rencontrées par les acteurs de ces deux filières. Si Jacquis Kemleu, le secrétaire général du groupement des importateurs de riz, rassure de la disponibilité de 200 000 tonnes, soit une réserve de près de 5 mois, la moyenne mensuelle de consommation étant de 47 tonnes, les opérateurs de cette filière en ont profité pour poser leurs difficultés telles que la pénurie de devises qui ne leur permet pas de payer les fournisseurs, les délais prolongés de franchise des marchandises, l'augmentation des charges sur les déclarations douanières de 1,5 à 6,8%.

Néanmoins, les prix retenus sont de 330 FCFA le kilogramme à Douala, contre 350 FCFA à Yaoundé pour la marque 25% de brisure qui représente 70% des approvisionnements. Le riz de luxe est par contre vendu 410 FCFA le kilogramme à Douala e 425 FCFA dans la ville de Yaoundé. 390 FCFA pour les autres marques.

25mars
Lire aussi dans la rubrique ECONOMIE

canal de vie

Vidéo