Camer.be
CAMEROUN :: Après sa libération, Mimi Mefo n’est pas hors de  danger :: CAMEROON
CAMEROUN :: MéDIA
  • Camer.be : BEN OWAY
  • lundi 12 novembre 2018 08:45:00
  • 4922

CAMEROUN :: Après sa libération, Mimi Mefo n’est pas hors de danger :: CAMEROON

Elle comparait libre ce matin au tribunal militaire de Douala. Des vois s’élèvent autour de ce feuilleton qui a secoué la presse et le landerneau politique. Et les avis sont partagés : C’est une professionnelle qui n’a fait que son travail de journaliste, sans faute.

Au groupe la nouvelle expression ou elle occupe le poste de rédacteur en chef, on estime qu’elle a été humiliée par les forces de défense qui l’ont menottée comme un vulgaire bandit. Cependant que le pouvoir en place à Yaoundé parle d’un « geste magnanimité du chef de l’Etat » qui a aboutit à sa libération. Et la presse s’interroge : Mimi Mefo libérée, va-t-on vers l’arrêt des poursuites contre la journaliste ? On se mobilise.

Voici du reste le communiqué du colonel Didier Badjeck, responsable de la communication au ministère de la défense.

« Nous revenons sur cette actualité qui enflamme la toile, concernant la libération de MEFO TAKEMBOU MIMI, journaliste à Équinoxe.
C'est le Chef de l'Etat qui, personnellement, a décidé de l'arrêt des poursuites, dans un geste de magnanimité. Cela ne veut pas dire, loin s'en faut, que cette journaliste est innocente.

Elle devrait par conséquent y tirer tous les enseignements en se gardant de toute récidive. Faute par elle de le faire, elle sera à nouveau interpellée sans complaisance et traduite devant les tribunaux compétents. Revenant sur cette décision qui est comprise comme un geste d'apaisement au lendemain de la prestation de serment du Chef de l'Etat, il faut donc souligner que ce geste ne doit pas être compris comme une exemption du respect des lois de la République.

C'est au contraire, un geste qui ne saurait se répéter de manière mécanique à l'avenir et devrait encourager les journalistes à faire leur travail en respect des règles déontologiques. Tous ceux d'entre-eux qui vont s'inscrire en marge de la loi, "se heurteront à la rigueur de la loi".

Il ne sert donc à rien de récupérer cette situation et de verser dans des jactances glorifiantes et des revendications ridicules qui n'ont en rien pesé sur la décision du Chef de l'Etat qui vient tout juste de nous exhorter à la construction du projet national »

12nov.
Lire aussi dans la rubrique MéDIA
Vidéo