Camer.be
CAMEROUN :: Un réseau de voleurs de voitures démantelé à Yaoundé :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Cameroon Tribune : Carine TSIELE
  • vendredi 12 octobre 2018 02:13:00
  • 2037

CAMEROUN :: Un réseau de voleurs de voitures démantelé à Yaoundé :: CAMEROON

Les trois suspects interpellés par la Direction régionale de la police judiciaire le 28 septembre dernier, faisaient le trafic de véhicules de luxe entre le #Gabon et le #Cameroun.

La Direction régionale de la police judiciaire (Drpj) vient de mettre fin au parcours d’un gang de trois individus spécialisés dans le vol de véhicules entre le Cameroun et le Gabon. Jusqu’au 28 septembre dernier, le vol de véhicules de luxe était leur principale activité. Malheureusement pour les Gabonais Jacques César Mabicka Mouba, Hubert Obiang et le Camerounais Avom Etoa, principaux suspects, le coup du 28 septembre était le dernier. Selon une source bien introduite à la Drpj, l’enquête a été ouverte ce jour-là, suite à la plainte déposée par les nommés Hubert Obiang et Y’Egueyilt, pour vol de sept voitures.

Les investigations lancées tout de suite ont permis de mettre la main sur le nommé Jacques César Mabicka Mouba, âgé de 40 ans, ressortissant gabonais résidant à Yaoundé. Ses deux complices, le Camerounais Avom Etoa et son compatriote Adamou Njimba quant à eux ont été arrêtés le 1er octobre dernier, au niveau de la frontière. Ils venaient du Gabon et tentaient de faire entrer les véhicules au Cameroun pour les revendre.

D’après notre source, leur mode opératoire consistait à créer des sociétés fictives de location-vente de véhicules où des particuliers déposaient leurs voitures à mettre en location. C’est ainsi que ces malfaiteurs s’arrangeaient à en collectionner un bon nombre avant de fondre dans la nature. Ainsi, après la suppression de tous les systèmes de sécurité, ils convoyaient les véhicules vers un autre pays pour les mettre en vente.

Le chef de gang, Jacques César Mabicka Mouba, n’est pas à son premier forfait. Les enquêteurs de la Drpj indiquent qu’en 2015, il avait été arrêté pour les mêmes causes. Pour l’instant, les trois suspects méditent leur sort dans les murs de la Drpj où l’enquête suit son cours.

12oct.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo