Camer.be
CAMEROUN :: Assemblée générale des avocats : Le Bâtonnier Ngnié Kamga en difficulté :: CAMEROON
CAMEROUN :: SOCIETE
  • Habeas Corpus : Samuel Mben Mben
  • mardi 11 septembre 2018 09:44:00
  • 4531

CAMEROUN :: Assemblée générale des avocats : Le Bâtonnier Ngnié Kamga en difficulté :: CAMEROON

L’Assemblée Générale élective des avocats au Barreau aura lieu le 24 novembre 2018 au Castel Hall de Bali à Douala. Une rumeur selon laquelle le Bâtonnier sortant Francis Ngnié Kamga ne rempilera pas est des plus persistantes dans les milieux judiciaires. Du coup son challenger naturel Charles Tchakoute Patie se frotte les mains. Mais d’autres jeunes loups aux dents longues à l’instar d’Abdoul Bagui, Philippe Memong ou Patrice Um sont aguets. La guerre des clans a commencé. L’élection du Bâtonnier sera rude.

Élu Bâtonnier de l’Ordre des avocats au Barreau du Cameroun le 31 janvier 2015 à Douala, Me Francis Ngnié Kamga n’a pas vu le temps passer. Il aura passé 4 ans au lieu de 2 à la tête du Barreau. Le mandat du Bâtonnier est de 2 ans renouvelable une seule fois. Certains avocats affirment qu’il a rempli ses deux mandats et qu’en raison de sa qualité de patron du Barreau c’est lui qui est censé booster l’organisation de l’Assemblée générale élective. Se remémorant le Bâtonnat interminable d’Eta Besong, ces hommes en robes noires disent qu’il a aussi abusé de ses fonctions. Février 2018 le juge d’instruction près le Tribunal de Grande Instance (TGI) du Lom et Djerem lance un mandat d’arrêt contre le Bâtonnier du Cameroun pour faits d’escroquerie en bande et coaction de faux. On parle d’un « stratagème savamment orchestré visant à s’accaparer frauduleusement de l’héritage d’une famille qui s’avère être une entreprise dénommée CFE, pesant des centaines de millions » (sic). Il s’agit de la succession Nang Pascal. L’affaire est pendante devant cette juridiction siégeant en matière criminelle et la prochaine audience aura lieu le 14 septembre 2018.

Le 8 mai 2018 à Abidjan, le Bâtonnier du Cameroun est élu président de la conférence des Barreaux de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) ; la durée du mandat à la tête de cette institution est de 2 ans. Certains érudits du droit que nous avons rencontrés dans le cadre de cet article précisent que cette conférence est une instance de coordination des politiques des Barreaux des pays ayant ratifié les actes uniformes Ohada ; lesquels ont pour but de développer les règles et procédures communes en matière du droit des affaires. Les mêmes sources soulignent que la fonction de Bâtonnier est incompatible avec celle de président de la conférence des Barreaux Ohada…même s’il n’existe aucune loi écrite en la matière.

La controverse

Fort de tout ce qui précède, la rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre dans les milieux judiciaires ; en cette veille de la tenue à Douala des travaux de l’Assemblée générale élective des avocats au Barreau. Cette rumeur semble disqualifier d’office Me Francis Ngnié Kamga de la course au Bâtonnat. Seulement, ses proches croient dur comme fer qu’il sera candidat et battront en brèche toutes les élucubrations invoquées par ses pourfendeurs. Les proches du Bâtonnier entendent même mettre en lumière une théorie du complot ourdie à l’encontre de Me Francis Ngnié Kamga contre qui un mandat d’arrêt (à son insu ndlr) a été décerné.

Aux dernières nouvelles ses avocats auraient déposé une plainte contre le juge d’instruction du TGI du Lom et Djerem ; le magistrat à l’origine dudit mandat d’arrêt. Il se murmure que cette situation somme toute déplorable ne plaide pas en faveur du Bâtonnier Ngnié Kamga … même si son travail à la tête du Barreau restera longtemps gravé dans la tête de plusieurs avocats parce qu’il aura énormément contribué à son rayonnement à l’échelle nationale et internationale. À preuve, il a été élu entre autres président de la conférence des Barreaux Ohada. Certains avocats pensent in fine qu’il serait impertinent d’élire un Bâtonnier poursuivi au pénal ; lequel pourrait se retrouver en prison. « Tout est possible au Cameroun », affirmentils en faisant particulièrement allusion à leurs confrères Monthé et Abessolo.

Tchakoute Patie

Le malheur des uns fait-il le bonheur des autres ? Question grave ! Les alliés de Me Charles Tchakoute Patie ne partagent pas du tout cette assertion. Ils précisent que leur tête de file a les compétences et les arguments requis pour devenir Bâtonnier de l’Ordre des avocats au Barreau. Et qu’il est loin de tirer profit des ennuis judiciaires de son cher confrère Jackson. Ces juristes témoignent de ce que le rêve de tout avocat compétent et ambitieux est de devenir Bâtonnier au soir de sa carrière et Me Charles Tchakoute Patie semble être sur sa trajectoire. Inscrit au Grand Tableau des avocats au Barreau du Cameroun le 16 janvier 1992, Me Charles Tchakoute Patie est un éminent avocat spécialisé dans le contentieux des affaires. Actuellement membre du Conseil de l’Ordre des avocats au Barreau du Cameroun, l’organe délibérant et disciplinaire du Barreau ; il est aussi Arbitre à Cour commune de justice et d’arbitrage (CCJA) de l’OHADA et Arbitre au Centre permanent d’Arbitrage et de Médiation (CPAM) du Centre africain pour le Droit et le Développement (CADEV) , une organisation associative d’envergure panafricaine spécialisée dans le plaidoyer pour la prise en compte du droit comme instrument de développement économique et social des Etats.

Ancien représentant du Bâtonnier dans la Région du Littoral sous le Bâtonnat Francis Sama, ancien Secrétaire Adjoint de l’Ordre sous le Bâtonnat Charles Tchoungang, ancien avocat au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), ancien avocat à la Cour pénal internationale (CPI), on comprendra que tour à tour le destin l’a placé sur le devant de la scène. L’aura exceptionnelle dont ses confrères vont le nimber tient surtout à la confraternité entre avocats et au respect de la déontologie professionnelle qu’il promeut. C’est pour cette raison que la plupart de ses confrères disent qu’il serait pittoresque de le voir devenir Bâtonnier.

Les jeunes loups aux dents longues

Ils sont jeunes, compétents, ambitieux et pensent qu’il ne faut pas trop attendre pour présider aux destinées du Barreau camerounais. Avocat au Barreau depuis 1996, Me Philippe Memong a commencé sa carrière au sein du Cabinet Ebanga Ewodo avant de cofonder la Société civile et professionnelle (SCP) Memong-Eteme en 2000. Il est spécialisé en Droit des affaires et occupe entre autres les fonctions de vice-président de la Chambre de règlement des litiges de la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) et membre du Conseil de l’Ordre des avocats au Barreau depuis 2015. Il est sorti 1er (810 voix) lors des dernières élections des membres du Conseil de l’Ordre en janvier 2015. Allié et adjoint de l’actuel Bâtonnier Francis Ngnié Kamga, Me Philippe Memong est l’actuel Secrétaire de l’Ordre, un poste qui a toujours été considéré comme l’antichambre du Bâtonnat. Il se dit qu’en cas d’empêchement du Bâtonnier sortant, c’est lui qui montera au créneau.

Me Abdoul Bagui est un avocat spécialiste des sûretés et des voies d’exécution OHADA. Il est également compétent dans le Droit de la concurrence et au Droit de la consommation. En novembre 2008, il est 1er à l’élection des membres du Conseil de l’Ordre avec 596 voix. Membre du Conseil de l’Ordre depuis plusieurs années, ancien Secrétaire de l’Ordre, il n’a jamais caché ses ambitions de devenir Bâtonnier de l’Ordre des avocats au Barreau. Ses confrères disent de lui qu’il est sympathique et attache un prix fort à l’éthique et à la déontologie. Me Patrice Um s’est particulièrement distingué à la conférence de stage présidée par le Bâtonnier Patrice Monthé. Il n’a ménagé aucun effort pour apporter aide et assistance aux jeunes avocats et avocats stagiaires. La profession de foi de ce brillant avocat circule déjà dans les milieux judiciaires, lui qui est à sa 2e tentative. Après un premier essai infructueux, cette fois-ci semble serait la bonne, nous a-t-il fait savoir car il a eu le temps de corriger les erreurs du passé et de mieux fourbir ses armes pour cette élection aux multiples enjeux.

11sept.
Lire aussi dans la rubrique SOCIETE
Vidéo