Camer.be
Réseaux sociaux : L'usage désormais payant en Ouganda
OUGANDA :: MéDIA
  • Quotidien Mutations : Perrine Masso
  • vendredi 08 juin 2018 00:42:52
  • 3912

Réseaux sociaux : L'usage désormais payant en Ouganda

Les utilisateurs de Whatsapp, Facebook, Skype et autres plateformes devront s’acquitter à partir de juillet prochain d’une taxe quotidienne pour avoir accès à ces applications.

La nouvelle est tombée mercredi dernier. Une loi a été votée par le parlement ougandais. Celle-ci impose une taxe de 200 shilling, soit environ 1200 Fcfa par jour à ceux qui recourent aux services offerts par les réseaux sociaux. En plus d’imposer la formule inédite de l’utilisation de ces médias, ladite loi intègre d’autres ponctions. On retrouve notamment des transactions faites depuis un mobile prélevé à hauteur de 1% de la valeur changée.

Si ce n’est pas énorme, cela remet en cause tout un système monétaire où les  transactions mobiles sont très populaires. Le texte législatif quant à lui ne précise pas selon quelles modalités cette taxe sera appliquée et collectée dans la pratique. Pour beaucoup, cette approche va surtout affecter les Ougandais les plus pauvres. Selon le gouvernement ougandais, les recettes provenant de ces taxes seront réaffectées au financement dans des domaines tels que l’accès à l’électricité, l’amélioration de la connexion à internet, la gratuité de l’éducation et des soins, ou encore la construction d’infrastructures publiques.

Les organisations de défense des droits de l'homme et de la liberté d'expression s'inquiètent pour leur part d'une tentative pour étouffer la liberté d'expression. «Le président a dit que c’était pour que les jeunes gens arrêtent de faire des commérages, mais ce qui est ironique dans ces déclarations, c’est qu’elles sont intervenues après que Bobi Wine est entré au Parlement en faisant campagne en ligne», a déclaré jeudi à l’Agence France presse (Afp), la journaliste et militante de défense des droits, Lydia Namubiru.

Selon plusieurs experts du pays, c’est bien là l’objectif de cette mesure : mettre une entrave à la liberté d’expression des habitants. L’autorité de régulation des communications avait déjà incité les fournisseurs à bloquer l’accès à certains médias. En 2016, c’est Yoweri Museveni, président de la République ougandaise, qui avait lui-même bloqué l’accès aux réseaux sociaux. Selon lui, il s’agissait d’un stratagème qui avait pour but d’éviter «la propagation de mensonges».

08juin
Lire aussi dans la rubrique MéDIA
Vidéo