DÉSTABILISATION DU CAMEROUN  : La thèse du complot se confirme :: CAMEROON
DÉSTABILISATION DU CAMEROUN  : La thèse du complot se confirme :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: MéDIA
  • L'Epervier : Geraldo Amara
  • samedi 21 mars 2015 10:35:45
  • 11941

DÉSTABILISATION DU CAMEROUN : La thèse du complot se confirme :: CAMEROON

Les médias français acquis à la cause de certains lobbies déstabilisateurs pilonnent le Cameroun et son président de la République, confirmant par-là la thèse d’une volonté manifeste de plonger le pays de Paul Biya dans le chaos.

Le Cameroun traverse-t-il une zone de turbulence ? Cette interrogation est sur les lèvres des analystes politiques, au regard de la succession d’évènements que traverse le Cameroun depuis bientôt sept ans. On avait cru à tort que les auteurs des actes malfamés visant à réduire ce pays en cendre avaient baissé la garde, que non ! C’est reparti de plus belle depuis la semaine dernière. En effet, au moment où le peuple camerounais dans son ensemble est focalisé sur son soutien indéfectible à son président de la République et aux militaires au front qui tiennent face aux forces obscurantistes de la secte islamiste Boko Haram à travers marche de soutien, collecte de fonds et de denrées alimentaires, le journal Le Monde, journal français, vient de jeter un pavé dans la mare, à travers une publication qui dégage une forte odeur de manipulation et une volonté manifeste de voir le pays de Paul Biya sombrer dans le chaos.

Dans sa publication de samedi dernier sur son site internet dans la rubrique politique, ce journal publie un brulot dont le titre est aussi provocateur qu’évocateur « Cameroun le couple présidentiel est à Genève et s’occupe de sa santé ». Cet article est venu suppléer un premier qui a lui aussi alimenter une vive polémique. Celui-ci s’intitulait alors « Paul Biya séjourne actuellement à Genève pour des raisons familiales et des consultations médicales ». A la lecture de cet article on ne peut que s’indigner car ce journal jette manifestement en pâture la vie privée du couple présidentiel camerounais.

En effet, il évoque non seulement la situation sanitaire du couple avec l’opération du col de l’utérus subie par la première dame courant 2013 mais aussi la polémique qui a enflé autour de sa longue absence au Cameroun. Le président de la République, selon ce journal, souffrirait de prostate et refuserait de se faire opérer. S’il est un vrai que toute personne est appelée à être malade, parce que nous sommes tous des êtres humains, y consacrer une tribune pour évoquer dans les détails les différents contours du bulletin de santé d’un individu serait excessif. Paul Biya à l’instar des autres chefs d’Etat dans le monde est d’abord un humain, rien de mal donc s’il venait à être malade, puisqu’il n’en serait pas le premier.

Mais la véritable curiosité dans cet affaire est que ces journaux toujours au parfum de la bonne information ne nous ont pas beaucoup renseigné sur le bulletin de santé du président américain Barack Obama par exemple encore moins de son épouse ou encore de l’actuel locataire du palais de l’Elysée François Hollande. Sauf à penser que depuis que ces derniers sont aux affaires ils n’ont jamais fait face à un souci de santé. Passons ! Mais faire des annonces pompeuses sur la « santé fragile » des présidents africains est devenu le sport favori de ces journaux de l’Occident.

Après le président algérien Abdelaziz Bouteflika qui a essuyé les foudres de cette presse, alors qu’il était en plein campagne électorale, ces « journaux exécuteurs » présentaient sa situation sanitaire comme un handicap pour celui qui est appelé à présider aux destinées du pays. Mais contre toute attente, le peuple algérien a fait la sourde oreille à ces sirènes malveillantes en plébiscitant le président sortant. Certes, le Cameroun n’est pas à la veille d’une élection mais le climat socio-politique, avec 2018 qui pointe à l’horizon, ouvre la porte aux manigances orchestrées pour discréditer le président actuel, même si ce dernier n’a jamais manifesté la volonté de se représenter.

L’objectif étant de tenter de soulever le peuple contre lui au cas où il souhaiterait se représenter.

Volonté de retourner le peuple contre Paul Biya

Comment comprendre que le journal qui nous annonce des révélations sur la santé du couple présidentiel nous conduit plutôt dans les méandres des révélations sur la vie privée du président notamment que l’un des deux enfants issus de sa seconde union, Brenda Biya pour ne pas la nommer a d’abord fréquenté en Suisse et se trouve en ce moment aux Etats-Unis où elle poursuit ses études. En plus, il révèle aussi que Paul Biya passerait la moitié des 365 jours de l’année en Suisse dans le luxueux hôtel Continental et qu’il a été fait citoyen d’honneur de la ville.

Autre révélation : la villa de Maillot à Neuilly-Sur-Seine où le couple présidentiel séjourne lorsqu’il est en France et l’hôpital américain de la même ville qui l’accueille pour des questions liées à la santé. Et ce n’est pas tout. Le journal revient également sur l’affaire du photomontage et le piratage du site internet de la présidence de la République. Cette avalanche de révélations traduit la volonté manifeste du journal et des commanditaires tapis dans l’ombre de déstabiliser le Cameroun et son président de la République. Toute chose qui conforte bien l’idée d’une opération savamment orchestrée et bien huilée avec comme dessein inavoué plonger le berceau de nos ancêtres dans le chaos.

Heureusement, le peuple camerounais est mature et sait pertinent que l’ennemi ne lésinera pas sur les moyens pour faire tomber ce pays qui reste quoi qu’en disent certains, un havre de paix dans une Afrique en perpétuelle convulsions politiques. Le Cameroun c’est le Cameroun comme le disait Paul Biya, le peuple saura y faire face car après avoir totalement réussi à déstabiliser la quasi-totalité des pays africains qui avaient à leur tête des hommes forts, le Cameroun reste l’un des rares qui a su tenir tête et qui croit ferme à la volonté de son président de faire de son pays, un pays émergent d’ici 2035 et peutêtre bien avant. Restons-unis !

© L'Epervier : Geraldo Amara
21mars
Lire aussi dans la rubrique MéDIA

canal de vie

Vidéo