« Les Camerounais n’ont pas (encore) le désir de vivre ensemble comme un peuple » :: CAMEROON

« Les Camerounais n’ont pas (encore) le désir de vivre ensemble comme un peuple » :: CAMEROON

« Les Camerounais n’ont pas (encore) le désir de vivre ensemble comme un peuple » :: CAMEROON
« Les Camerounais n’ont pas (encore) le désir de vivre ensemble comme un peuple » :: CAMEROON
L’année 2018 est cruciale pour le Cameroun. Après trente-cinq ans d’un régime historiquement médiocre, tout indique que le président Biya, bientôt 85 ans, sera candidat à un septième mandat. Sa probable candidature interviendra dans un contexte exceptionnel : la crise anglophone est dans l’impasse et le risque d’une partition à terme du pays demeure.

Dans le nord du Cameroun, le groupe terroriste Boko Haram sème toujours le chaos. Partout dans le pays, la pauvreté s’enracine. Des centaines de milliers de jeunes sont aux abois. Ils regardent leur vie défiler, impuissants, tandis que la corruption et le népotisme enrichissent les pontes du régime et leur progéniture, et alimentent colère et exaspération au sein de la population.

L’élection présidentielle, prévue pour octobre, aurait pu être l’occasion d’un (nécessaire) changement de leader à la tête de l’Etat. Mais en Afrique francophone en particulier, les scrutins électoraux sont souvent des opérations de blanchiment politique pour le sortant. Pire, même lorsqu’ils débouchent sur une alternance, celle-ci n’apporte pas de changement notable dans la vie des citoyens et des nations.

Au-delà du cirque électoral qui se prépare au Cameroun, la véritable question qui se pose aux Camerounais en ce début d’année est de savoir comment créer les conditions d’un véritable changement politique porté par les masses populaires. Ou comment faire en sorte que le moment venu, l’alternance ait la couleur d’une révolution politique ?

Nouveau paradigme

Nous devons en finir avec l’idée que la politique se réduit, pour les citoyens, au vote, et pour les leaders politiques à la participation à des échéances électorales. La politique commence là où des groupes d’individus se réunissent pour défendre leurs idées ou promouvoir leur vision de la société. Elle prend sa source à la base de la société et évolue par capillarité vers son sommet. Tout le contraire de ce que nous observons souvent au Cameroun ou en Afrique francophone, où les partis politiques, créations artificielles (sans colonne vertébrale idéologique ni base populaire) de personnalités, détiennent le monopole de l’expression politique.

Nous devons donc créer un nouveau paradigme, dans lequel la nécessaire quête du pouvoir sera la finalité d’un processus et non son commencement ; où les partis politiques seront des organisations de masse portées par une idéologie claire plutôt que des boutiques politiques usant de la rente ethnique comme moyen d’accaparement des ressources de l’Etat.

Dans ce nouveau paradigme, faire de la politique, ce n’est pas seulement s’inscrire sur une liste électorale à l’appel du pouvoir en place et des partis d’opposition ; c’est infuser la société de nouvelles idées et convaincre de leur nécessité ; c’est mettre dans la même salle le pauvre paysan du village et le jeune moto-taxi diplômé de la ville et leur expliquer pourquoi ils ont un intérêt commun et comment ils peuvent le défendre ; c’est briser les frontières (communautaires, linguistiques, sociales, territoriales) et rassembler, organiser et mobiliser les masses autour d’idées politiques.

« Une nation est une âme »

Parfois, une idée s’impose à son temps. Elle est inévitable. La crise anglophone, qui structure la vie politique du Cameroun depuis plus d’un an, est la manifestation de l’échec (ou de l’inexistence) du projet de construction d’une nation camerounaise. C’est en ce sens qu’elle est une crise non pas uniquement anglophone, mais camerounaise. Et il est peu probable, a fortiori après une année de pourrissement, que cette crise politique soit résolue par des mesures techniques comme le retour au fédéralisme et l’application, par ailleurs nécessaire, de la décentralisation prévue par la Constitution, notamment.

Pour comprendre pourquoi, il faut relire Qu’est-ce qu’une nation ? d’Ernest Renan : « Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis. »

Une partie importante de la population anglophone camerounaise ne s’est jamais sentie vraiment « camerounaise ». Pour de multiples raisons, elle n’a pas « en commun ce riche legs de souvenirs ». Sans surprise, elle n’a plus le « désir de vivre ensemble ». Sans la restauration de ce « consentement » qui est au cœur de l’idée de nation, alors le pire surviendra. Mais ce qui est si évident pour les Camerounais anglophones est vrai à l’échelle du pays. Les Camerounais n’ont pas (encore) le « désir de vivre ensemble » comme un peuple. Parce qu’ils n’en sont pas un. « Avoir des gloires communes dans le passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple. »

L’élection présidentielle camerounaise passera ; l’impératif de construire un peuple et une nation camerounaise restera, pendant longtemps, l’enjeu ultime de la politique au Cameroun.

© Le Monde : Yann Gwet


REAGISSEZ A CET ARTICLE AVEC FACEBOOK

excamerounais
« Les Camerounais n’ont pas (encore) le désir de vivre ensemble comme un peuple » :: CAMEROON France (Archamps)
As much as I share your analysis of the content of the article, I think deep down that the title of this article is all wrong.
To my knowledge, there are very few people as proud of their living together as the Cameroonian people. But only, even the most fervent patriots have had to bow to the back of 35 years of nepotism, corruption, tribalisation of the administrative, state and political machinery of the country.
Marafa told Biya that this mandate will be too much, but the calls of the sirens of power were stronger. These are the consequences

the day this power falls, the whole world will laugh at this Cameroonian intellectual class, as appreciated and distinguished in Africa and in the world. but also very corrupt and always ready to sell his soul to the devil
excamerounais
« Les Camerounais n’ont pas (encore) le désir de vivre ensemble comme un peuple » :: CAMEROON France (Archamps)
Autant je partage votre analyse du contenu de l'article, autant je pense au plus profond de moi que le titre de cet article est tout faux.
A ma connaissance, il y a très peu de peuple aussi fier de leur vivre-ensemble que le peuple camerounais. Mais seulement, même les plus fervents patriotes ont du plier l'échine devant 35 années de népotisme, de corruption, de tribalisation de la machine administrative, étatique et politique du pays.
marafa avait dit a Biya que ce mandat sera de trop, mais les appels des sirènes du pouvoir étaient plus forts. Voilà les conséquences

le jour ou ce pouvoir tombera, le monde entier va rigoler de cette classe intellectuelle camerounaise aussi appréciée et distinguée en Afrique et dans le monde. mais également très corrompue et toujours prête à vendre son âme au diable

Chers intervenants,

Depuis quelques temps, les débats sont devenus houleux dans les réactions sur votre site Internet Camer.be. Si votre site se veut un lieu de débats, cet espace n’est pas, et ne sera jamais, la tribune des injures à caractères tribales,racistes, antisémites et même des injures personnelles entre certains lecteurs qui se connaissent aussi bien de façon épistolaire que physique.

Nous traquerons désormais des réactions comportant des injures et, à chaque réaction malveillante, nous n'hésiterons pas à bannir définitivement et sans recours les auteurs tout en les excluant sans réserve de notre base de données.

@
@
Anthony Baffoe rencontre Milla et les anciens lions
Anthony Baffoe rencontre Milla et les anciens lions
Facebook
réclame
partenaire
« Les Camerounais n’ont pas (encore) le désir de vivre ensemble comme un peuple » :: CAMEROON
S.E. ABDOU LATIF Coulibaly Ministre de la Culture du Sénégal au Festival des Continents
évènement
« Les Camerounais n’ont pas (encore) le désir de vivre ensemble comme un peuple » :: CAMEROON