LES PROFITISTES DE LA POLITIQUE CAMEROUNAISE
CAMEROUN :: POINT DE VUE

LES PROFITISTES DE LA POLITIQUE CAMEROUNAISE :: CAMEROON

Dans un excellent article publié il ya quelque temps, Jean-Pierre BEKOLO, analysant la vie politique camerounaise, présentait deux démarches : le solidarisme de KAMTO et le singularisme de Cabral. 

Par l'image, il définissait ainsi ces deux concepts: "une route est cassée dans le quartier. Celui qui essaye de mobiliser tout le quartier pour arranger la route est dans le solidarisme et celui qui préfère acheter un 4x4 est dans le singularisme".

Cette analyse est juste, mais elle n'est pas suffisante. Elle peut donner à comprendre que le Cameroun est un pays à peu près normal comme ailleurs, où la société est divisée en deux grandes composantes politiques que sont, les humanistes-socialistes qui pensent le bonheur comme étant une entreprise collective et les conservateurs-libéraux qui pensent que le bonheur collectif est d'abord la somme des bonheurs individuels.
 
Au delà des grandes orientations de la philosophie politique et de la praxis politique contemporaine, l'ENSAUVAGEMENT POLITIQUE camerounais s'inspire de L'ÉTAT DE NATURE de Thomas Hobbes  dans lequel "l'homme est un loup pour l'homme", qu'il enrichit de déclinaisons particulières. 

En effet, se réalisant dans une forme d'égoïsme et de rapacité animale, les adeptes du statu quo que l'excellent BEKOLO qualifie de singularistes, sont en réalité, des acteurs clefs, des intervenants externes de l'architecture de la dictature. 

LE CANIBALISME POLITIQUE DU RÉGIME BIYA 

Le régime BIYA doit en partie sa longévité à son organisation. Comme dans une entreprise criminelle, chacun des acteurs tient son rôle, il le défend. Dire que Cabral libi  ou Joshua Osih  sont plus proches du pouvoir que de l'opposition est une lapalissade. Mieux, ils sont du pouvoir, ils sont le pouvoir, mais réussissent dans une alchimie politique complexe, dont les ingrédients sont, la corruption, le tribalisme, l'égoïsme,  l'égocentrisme, la manipulation, à apparaître comme faisant partie de l'opposition, comme étant du côté du Peuple dont ils se gavent gloutonnement de la sueur et du sang.

Le GÉNOCIDE au NOSO, le GÉNOCIDE moins visible dans tout le Cameroun, dont Monique KOUMATEKEL est devenue le symbole, renforcent l'intérêt de leur positionnement politique. Ils sont la caution de la SAUVAGERIE POLITIQUE du régime BIYA. Ils sont davantage précieux quand ça va mal pour le Cameroun et pour son régime car ils participent au Cameroun  du maintien du statut quo. C'est ce que j'appelle  l'ANTHROPOPHAGIE POLITIQUE dont la pensée philosophique est le PROFITISME. On dirait donc d'eux qu'ils sont des PROFITISTES et non des POLITIQUES. 

Ce canibalisme politique a métastasé dans le peuple camerounais et est présent au sein de l'opposition. De la capacité de cette dernière à se prémunir des ravages des acteurs embusqués, dépendra son avenir et celui du peuple camerounais. 

Me Amedee Dimitri Touko Tom 
Membre Fondateur de la Ligue des Droits et Libertés (LDL)
Ancien représentant Ouest-Cameroun de Human Wrights Watch (Albert MUKON)
Ancien Conseiller Juridique SDF
Ancien Secrétaire Pronvincial SDF-Ouest
Conseiller Juridique Fondation MOUMIÉ 
Membre Fondateur et Secrétaire Général RESPONDERE ADVOCATUS 
Analyste Politique

Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo