Commandement territorial : Nouvelle prorogation pour les préfets
CAMEROUN :: SOCIETE

CAMEROUN :: Commandement territorial : Nouvelle prorogation pour les préfets :: CAMEROON

Le Chef de l’État renouvelle sa confiance à certains loyaux serviteurs.

Selon les termes du décret n°2020/730 du 3 décembre dernier, 39 personnels du commandement territorial reçoivent une prolongation d’activité. « Une prolongation d’activité de deux (02) ans est accordée, dans l’intérêt du service, aux fonctionnaires » dont les noms figurent dans le tableau qui suit, indique le premier article de ce texte qui vient rabattre les cartes au Ministère de l’Administration Territoriale.

Pour l’ensemble, il s’agit de préfets et de quelques sous-préfets en vue dans la gestion du territoire, à qui il vient d’être donné l’opportunité de continuer à gérer des espaces parfois taillés à leur mesure. Comme Donatien Bonyomo du Noun que le maire de Foumban, Tomaïno Ndam Njoya, n’avait de cesse d’appeler ces derniers jours, l’ex-préfet.

Pierre René Songa, Jean Marie Tchakui Noundié, Emile Simon Mooh, Joseph Bertrand Mache Njouonwet, Benjamin Mboutou, Mboke Godlive Ntua, Yampen Ousmanou, Rachel Akono, Antoinette Zongo, Irénée Galim Ngong et d’autres font partie de cette cuvée d’administrateurs civils à qui une retraite d’office avait été prescrite pour le 31 août 2020, par un précédent décret.

Il y a donc trois mois qu’ils auraient dû prendre leur retraite. La signature le 7 août 2020 d’un décret isolé pour François Franquelin Etapa, actuel préfet du Ndé qui allait en retraite en novembre 2020, avait fait penser que les carottes étaient cuites pour les autres. En effet, le remplacement du défunt Jean Claude Tsila, ex-préfet du département du Mfoundi, mort à 64 ans après avoir défié les usages en termes de prorogation de service, annonce un mouvement dans les prochains jours.

Ce qui pourrait justifier des agitations ressenties au sein du personnel du commandement, de la part de ceux qui pensaient devoir remplacer des aînés devenus illégitimes. Ils devront encore attendre car c’était sans compter avec le maître du temps, qui vient de donner à certains le pouvoir de continuer à commander jusqu’en 2023. Déjà, un décret inhabituel du 7 octobre 2019 accordait « une prolongation d’activités à certains fonctionnaires du Ministère de l’Administration territoriale ».

Un ensemble de 67 hauts cadres (46 administrateurs civils et 21 secrétaires d’administration) dont la moitié vient d’être reconduite, devait être admis à la retraite d’office, à compter du 30 août 2020. Ce sera désormais le 31 août 2022. Un départ collectif et groupé, qui constitue une nouveauté dans la fonction publique camerounaise, les fonctionnaires étant habituellement admis à faire valoir leurs droits à la retraite en fonction de leur date de naissance.

Lire aussi dans la rubrique SOCIETE

Les + récents

partenaire

Vidéo de la semaine

évènement

Vidéo

L'actualité en vidéo