CAMEROUN :: C'EST DANS LA POUBELLE QUE CANAL 2 EST ALLÉ FOUILLER L’OR ! Par Felix Mbetbo :: CAMEROON
CAMEROUN :: C'EST DANS LA POUBELLE QUE CANAL 2 EST ALLÉ FOUILLER L’OR ! Par Felix Mbetbo :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : Felix Mbetbo
  • lundi 01 juin 2020 17:12:00
  • 1473

CAMEROUN :: C'EST DANS LA POUBELLE QUE CANAL 2 EST ALLÉ FOUILLER L’OR ! Par Felix Mbetbo :: CAMEROON

Aujourd’hui avec le temps passé et l’éclosion des réseaux sociaux, on peut bien débattre ou alors remettre en question l’utilité ou alors la place d’un média comme canal 2 dans le paysage culturel d’un pays tel que le Cameroun.

Mais il y a presque deux décennies, personne ne pouvait avoir ce type de raisonnement. Sans Facebook, Youtube, et toutes les opportunités qu’offrent aujourd’hui l’univers numérique, les artistes ne savaient pas à quel saint se vouer, ni à quelle chaîne se faire jouer. Le monopole que les prédécesseurs de Njoh Mouelle au Mincom ont longtemps voulu réserver à la CRTV, faisait en sorte que les plateformes d’expressions culturelles n’étaient pas assez élargies.

Je ne sais pas quel esprit a inspiré ce câbleur de mettre sur pied une petite chaine de câble qui pourrait ajouter une touche locale aux bouquets. Voilà comment Canal 2 international est née!! La chaine a commencé à diffuser les films camerounais, jouer à longueur de journée la musique camerounaise de toutes les sensibilités et sans censure. Son seul programme était simplement "toujours plus proche de vous".

Elle a donné la parole aux artistes humoristes indépendants qui nous régalaient de jours et de nuits avec leurs sketchs, tous produits et diffusés par Canal2. Des visages ont commencé à naitre et émerger, les Man No Lap, les Tagne, Figon, Selavie, Casserole…Des talents dans les sitcoms ont trouvé un moyen d’expression. Au moment où le cinéma Naija émergeait et où on nous acculait avec des séries sud-américaines, on pouvait aussi regarder les séries de chez-nous. « Coup de balai » avec Edoudoua, Zakougla, Bikarata… « Les déballeurs », « foyer poligamique » avec Mitoumba, Big Mop, Tonga, Mami Ton…

Au même moment, les artistes de la musique urbaine, qui jusqu’ici manquaient de voix, ont trouvé eux aussi un moyen de libérer leurs énergies. Pour l’une des rares fois, des émissions TV consacrées uniquement au Hip Hop Camerounais ont vu le jour. Le plus connu étant MBOA l’émission de Tony Nobody. Cette émission va mettre à jour de nombreux talents de notre musique, et permettra une bonne plage de diffusion des clips des rappeurs dans une chaine privée devenue de plus en plus incontournable.

Cette plateforme d’expression a boosté le talent de ces jeunes artistes et on a vu de grands talents dans les domaines des vidéogrammes, de la danse, des streetwears, du slam, des hosts…le hip hop a même aidé les autres styles musicaux à monter d’un grade sur la qualité de leur vidéogramme. Les "Mboa Awards" n’étaient pas les moindres dans cette dynamique.

C’est ainsi que l’idée d’encourager les artistes par une cérémonie de récompense va naître. Dans un pays qui sait ce qu’il cherche sur la carte du monde, ce genre d’initiative est l’apanage des pouvoirs publics. Mais en la matière, Canal 2 va encore prendre les devants. C’est ainsi que les Canal 2’or voient le jour dans la longue nuit de l’inanité culturelle. Pour la toute première fois, des artistes se sentent valorisés, récompensés. Et seul Dieu sait combien ce truc a poussé ces gens à travailler encore et encore pour avoir cette récompense. Comme toute initiative, les débuts n’étaient pas ça, et comme toute œuvre humaine, même après des siècles de perfectionnement, rien ne peut être parfait.

Malgré donc ces bégaiements, ces erreurs de départ, Canal 2 n’a pas abandonné et a continué de s’améliorer. Même si certains pensent que la situation se dégrade à certains points de vue, jusqu’ici aucune autre chaine ou entreprise n’a proposé mieux en termes de récompense, après presque 15 ans déjà. Aujourd’hui même si les Canal 2’or n’existent plus, cette chaine a eu le mérite de faire naitre une génération d’artistes camerounais qui aujourd’hui vit bien de son art.

Sans Canal 2, on n’aurait pas eu ce que nous avons aujourd’hui comme image représentative de la culture à tous les niveaux. C’est donc dans cette boue que Canal 2 est allé chercher de l’or, sans ça, la grande majorité de nos artistes seraient en train de marcher en route comme des fous, abandonnés à eux-mêmes, pour aller fouiller dans les poubelles.

01juin
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE

canal de vie

Vidéo