Facebook : Une Camerounaise au conseil de surveillance :: CAMEROON
Facebook : Une Camerounaise au conseil de surveillance :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: MéDIA Facebook : Une Camerounaise au conseil de surveillance :: CAMEROON
  • Le Jour : Elsa Kane
  • vendredi 08 mai 2020 09:07:00
  • 11845

Facebook : Une Camerounaise au conseil de surveillance :: CAMEROON

Julie Owono, la directrice d’Internet Sans Frontières figure parmi les premiers membres qui devront traiter les cas extrêmes de modération des contenus sur ce réseau social.

La nouvelle a été rendue publique le 6 mai. Le Conseil de surveillance de Facebook a enfin été mis sur pied. Il compte 20 membres issus du monde entier. Julie Owono, 33 ans, est la troisième personnalité africaine membre de ce Conseil qui aura pour objectif majeur de « prendra des décisions exécutoires sur le contenu que Facebook et Instagram devront autoriser ou supprimer, en se fondant sur le respect de la liberté d'expression et des droits de l'Homme ». a-t-elle indiqué à Le Jour.

Le Conseil de surveillance de Facebook est constitué d’éminentes personnalités du monde de la politique comme Helle Thorning-Schmidt, première ministre du Danemark entre 2011 et 2015, des droits de l’Homme à l’exemple d’ Andras Sajo, ancien juge à la Cour européenne des droits de l’Homme ou la militante yéménite Tawakkal Karman, prix Nobel de la paix en 2011 et des médias. Avocate au barreau de Paris, Julie Owono a été choisie pour ses actions comme directrice d’Internet Sans Frontières, Ong militant pour internet pour tous, la liberté d’expression et le respect de la vie privée sur la toile en Afrique notamment. « Cette nomination renforce ma conviction que la protection des libertés individuelles, est la clef du progrès social », a réagi l’avocate.

Indépendance

Et de préciser que : « Très concrètement, le Conseil de surveillance proposera des solutions aux débats de plus en plus complexes et controversés sur les types de contenus qui peuvent ou non être autorisés sur Facebook et Instagram et sur la prise de décision associée. Le Conseil traitera en priorité des cas qui peuvent avoir un impact sur de nombreux utilisateurs, qui sont d'une importance cruciale pour le discours public ou qui soulèvent des questions sur les politiques de Facebook ».

Le Jour a appris que le Conseil de surveillance de Facebook est totalement indépendant du réseau social. Il dispose de sa propre administration et de son propre budget. Celui-ci s’élève à 130 millions de dollars pour un fonctionnent étalé sur six ans, selon Reuters. « Les membres du Conseil de surveillance sont totalement indépendants de l'entreprise, financés par un organisme indépendant et ne pouvant être démis de Facebook en raison de leurs décisions », fait savoir la directrice d’Internet Sans Frontière. Facebook ne peut destituer l’instance pour ses décisions. Toutefois, ces décisions doivent respecter les lois en vigueur dans un pays donné. D’où l’importance d’avoir des personnalités issues des 5 continents.

« Les décisions prises par le Conseil devront être mises en oeuvre par Facebook, dans la mesure où elles ne contreviennent pas aux lois en vigueur. », souligne Julie Owono.

08mai
Lire aussi dans la rubrique MéDIA

canal de vie

Vidéo