CAMEROUN :: Entre Analyse politique et Démagogie ethnofasciste à Yaoundé :: CAMEROON
CAMEROUN :: Entre Analyse politique et Démagogie ethnofasciste à Yaoundé :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POINT DE VUE
  • Correspondance : CL2p
  • lundi 02 décembre 2019 11:00:00
  • 3092

CAMEROUN :: Entre Analyse politique et Démagogie ethnofasciste à Yaoundé :: CAMEROON

Le dernier commentaire de l’idéologue ethnofaciste patenté du régime de Yaoundé, Mathias Éric Owona Nguini, également connu sous le nom de MEON, est un composé d’attaques ad hominem contre le professeur Maurice Kamto, qui sont en totale contradiction avec son rôle supposé de commentateur politique rationnel.

Pr. Kamto et son parti le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) combattent plusieurs siècles de vol électoral institutionnalisé, mais MEON essaye de changer le sujet avec sa théorie du complot d’une « insurrection soutenue par des puissances internationales néfastes » qui serait dirigée par le traître Kamto. Ainsi Maurice Kamto est devenu un traître de facto, un traître, un terme que MEON a utilisé à maintes reprises pour diaboliser ce principal opposant camerounais, présenté par une certaine opinion comme le vrai vainqueur de la dernière élection présidentielle du Pays.

Comment est-on arrivé là? Si vous cherchiez une action néfaste pouvant être reliée à une idéologie ethnofaciste de l’élite alimentaire du parti-État RDPC, la voici en oeuvre.

Nous sommes ainsi tous obligés de faire face au spectacle désolant d’instrumentalisation à travers des tactiques et logiques insurrectionnelles agitées par un groupe restreint de personnes, qui en réalité s’en servent contre leurs ennemis et adversaires politiques désignés.

Ce serait donc une erreur de penser que ce genre de tactiques de propagande récurrentes concerne seulement le Pr. Kamto, étant dépeint comme un soi-disant traître à son pays, dont ces détracteurs officiels veulent absolument réduire l’identité politique à son appartenance ethnique, en le transformant en un dangereux chef de tribu « Bahamique » (a tribu d’orgine Baham), un ennemi de l’État, et par ricochet la cible par excellence de la violence systémique d’État.

La vraie leçon à tirer de cette expérience malheureuse c’est de réaliser à quel point y compris une machine de propagande aussi corrompue que celle du régime en place au Cameroun depuis 37 ans fonctionne de manière transparente. Ce qui aurait normalement dû n’être qu’un nouvel exemple flagrant d’idées radicales mises au service d’un autre vol électoral programmé au Cameroun, est actuellement entrain d’être relégué par des propagandistes en marge de la plupart des reportages et couvertures médiatiques, au profit de la fausse propagande officielle sur «l’insurrection », la diabolisation et la disqualification de l’opposition légitime.

Cela montre que les campagnes de propagande n’ont pas tellement besoin d’être très sophistiquées, ni même d’être secrètes; elles ont juste besoin de faire assez de buzz pour créer un succès médiatique de 30 secondes et effacer l’acte révolutionnaire du Pr. Kamto et du MRC dans la primeur du traitement des médias qui maintenant discutent sur le « Bamicide » ou les raisons supposées pour lesquelles un Bamiléké ne sera jamais président au Cameroun, au lieu de débattre à propos des vols électoraux à répétition du parti-État RDPC.

Nous sommes donc tous obligés de regarder avec effroi notre avenir dystopique très proche, lorsque des idéologues « savants » ethnofacistes colportent des histoires trompeuses sur Facebook et la télévision des Mille collines (VISION 4) afin d’agiter et de justifier le statu quo tyrannique puis la répression étatique qui s’abat régulièrement sur l’opposition légitime.

MEON doit savoir que les forces de la démocratie ne vont pas seulement riposter, elles sont du bon côté de l’histoire.

Aussi, le CL2P reconnaît la nécessité d’éviter la notion de déterminisme culturel soutenue par des gens comme MEON pour favoriser la notion de démocratie, au sens de notre arbre à palabre, en tant que forme de gouvernement par la discussion et où le vote n’est qu’un élément d’un tableau plus large. Par conséquent, un scrutin correct ne peut avoir lieu sans l’élaboration d’un raisonnement public général, d’une société civile indépendante et d’un système électoral crédible.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P

http://www.cl2p.org

02déc.
Lire aussi dans la rubrique POINT DE VUE
Vidéo