CAMEROUN :: Elie Smith : Ces régions doivent avoir une gestion autonome :: CAMEROON
CAMEROUN :: Elie Smith : Ces régions doivent avoir une gestion autonome :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • Mutations : Blaise Djouokep
  • dimanche 13 octobre 2019 14:15:00
  • 2220

CAMEROUN :: Elie Smith : Ces régions doivent avoir une gestion autonome :: CAMEROON

Le Coordonnateur de la Conférence générale des anglophones explique ce que ces populations attendent du statut spécial de ces régions.

Quel est le sentiment qui vous anime au regard des propositions arrêtées à l’issue du Grand dialogue national ?
C’est un sentiment de satisfaction. Mais, cette satisfaction serait complète si toutes les propositions qui ont été faites et envoyées au chef de l’Etat soient appliquées. Il ne suffit pas de prendre des résolutions, le plus important est de les mettre en application, parce que c’est cette mise en place qui permettra de résoudre les problèmes qui ont conduit à la tenue de ce dialogue.

L’une des résolutions est le statut spécial qui devrait être accordé à ces deux régions. Qu’attendez-vous de ce statut ?
Que ces deux régions soient comme leur nom l’indique : spéciales. Cette dénomination n’est pas une invention du Cameroun. Plusieurs autres pays du monde ont donné ce statut à des régions. Il faut se référer à ces cas-là. C’est le cas de la France avec la Corse qui a un statut spécial, ainsi que la Nouvelle Calédonie. Toujours en Europe, il y a également le cas de la Catalogne et des pays Basques. Ce statut spécial devrait permettre aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest d’avoir un contrôle sur leur système éducatif et judiciaire. Il est aussi possible pour ces deux régions, avec ce statut d’avoir leur police régionale.

C’est donc un fonctionnement qui n’est pas loin de celui d’un Etat fédéral…
Il ne faut pas être figé comme certaines personnes qui veulent absolument qu’on dise que ces deux régions sont un Etat fédéral. Il est possible d’avoir un Etat central avec des régions qui ont une très large autonomie qui leur permet de fonctionner de manière autonome. Prenons le cas de la république unie de Tanzanie où Zanzibar a une assemblée régionale, une équipe nationale, un président, un drapeau. Donc, lorsqu’on dit statut spécial, ces deux régions doivent être vraiment spéciales avec une police régionale comme en Catalogne, un système éducatif et judiciaire également différent et une gestion financière autonome.

Quel doit être d’après vous le timing à observer pour la mise en place de ces propositions ?
Cela doit se faire à l’immédiat. On peut dire que cela peut être mis sur pied dans 60 jours ou 90 jours, le temps de mettre en place certaines choses, parce qu’il faut d’abord définir ce qu’est un statut spécial et ce que cela va comporter. Elles pourront par exemple avoir une assemblée régionale avec un chef du gouvernement qui pourra contrôler le système éducatif et judiciaire. Si cela est fait, cela va contribuer à véritablement calmer beaucoup de personnes. Que veulent les populations de ces deux régions ? Elles veulent avoir la capacité de se gérer elles-mêmes. On ne voudrait pas que tout soit géré à partir de Yaoundé comme c’est actuellement le cas. La House of Chiefs et l’assemblée régionale pourront être mises sur pied. Mais, le plus important c’est de pouvoir gérer nos finances et tout ce qui se passe et est produit dans ces régions. Ainsi, les populations des autres régions pourront venir dans ces deux régions et vice-versa.

13oct.
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE

canal de vie

Vidéo