CAMEROUN :: Malgré l’interdiction, pour les pro-Kamto, «la marche du 13 est maintenue» :: CAMEROON
CAMEROUN :: Malgré l’interdiction, pour les pro-Kamto, «la marche du 13 est maintenue» :: CAMEROON
 
CAMEROUN :: POLITIQUE
  • fr.sputniknews.com : Anicet Simo
  • lundi 08 avril 2019 17:22:00
  • 19402

CAMEROUN :: Malgré l’interdiction, pour les pro-Kamto, «la marche du 13 est maintenue» :: CAMEROON

Le gouvernement camerounais a annoncé le 5 avril l’interdiction de manifestations prévues par le MRC de Maurice Kamto, principal opposant de Paul Biya, arrêté fin janvier. Dans une déclaration à Sputnik, le parti d’opposition affirme maintenir «pour l’instant» son intention de manifester le 13 avril et compter attaquer cette décision en justice.

«Les manifestations programmées par le MRC les 6 et 13 avril 2019 sont interdites», a annoncé dans un communiqué vendredi 5 avril Paul Atanga Nji, ministre de l'Administration territoriale.

Dans le même document, le ministre, qui accuse le MRC (Mouvement pour la renaissance du Cameroun), principal parti d'opposition, d'être dans une «logique de provocation et de planification de l'insurrection au Cameroun» se fait menaçant:

«Les instigateurs et les contrevenants, quels qu'ils soient, se heurteront à la rigueur de la loi.»

Joint au téléphone par Sputnik pour connaître la réaction du MRC à cette décision, sur la suite à donner à la marche programmée le 13 avril, Me Christopher Ndong, secrétaire général du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) tient d'abord à préciser.

«Nous même avons constaté que la marche du 6 avril n'était pas conforme à la loi, puisque lundi [1er avril, Ndlr] lorsque nous parlions de déposer les demandes de déclaration, nous avions seulement six jours (la loi camerounaise dispose que la demande pour une manifestation publique doit se faire au moins sept jours avant l'échéance). À cet effet, nous avons tenu une réunion du bureau directoire à l'issue de laquelle nous avons décidé de reporter la marche au 13 avril. Aucune marche n'était prévue pour le 6 avril. Grande a été notre surprise de voir que le ministre de l'Administration territoriale a sorti une note le 5 avril interdisant les manifestations du 6 et du 13 de ce mois sur toute l'étendue du territoire. On reçoit ce message de Paul Atanga Nji comme une violation flagrante des droits d'un parti politique, du droit de manifester, que prévoient la constitution du Cameroun, les instruments juridiques nationaux et internationaux» argumente-t-il.

Avant de poursuivre:

«La marche du 13 avril n'est pas encore annulée. Le Directoire va siéger cette semaine afin de prendre position sur ce qu'il faudra faire ce jour. Nous ne sommes pas pressés. Si après la réunion du directoire du parti, l'instance suprême, il est décidé que nous allons sortir et manifester, on le fera. Si le contraire est décidé, on va communiquer à tous nos militants, à toute l'opinion nationale et internationale. Pour l'instant, la marche du 13 est maintenue.»

Début avril, le MRC avait annoncé qu'il entendait organiser des manifestations publiques pour exiger la libération immédiate de son président, Maurice Kamto, et de ses coaccusés, incarcérés depuis plus de deux mois. La formation politique entendait également dénoncer «la modification sélective du code électoral» et la mauvaise gestion des fonds dédiés à la construction des stades de la Coupe d'Afrique des nations 2019, que le Cameroun devait accueillir, avant qu'elle ne soit finalement attribuée à l'Égypte.

Dans sa déclaration du vendredi 5 avril, le ministre de l'Administration territoriale reproche également au MRC d'avoir «programmé et exécuté [fin janvier, Ndlr] le saccage des ambassades du Cameroun à Paris et à Berlin par des groupuscules à sa solde». Une accusation fermement démentie par le parti.

En outre, le ministre a menacé d'appliquer au MRC «la loi» qui lui donne le pouvoir de suspendre ou d'interdire un parti politique, si les dirigeants du MRC «pour qui défier les autorités de l'État est devenu le sport favori, persistent». Le Parti de Maurice Kamto compte s'attaquer à ce communiqué du ministre qu'il considère comme une «violation du droit de manifester»:

«Nous avons plusieurs hypothèses; on pourra poursuivre ce ministre avec son communiqué ou bien attaquer la décision qu'il a sortie. Nous sommes conscients qu'il n'y a pas de justice au Cameroun, que la Justice n'est pas indépendante; elle est aux ordres de l'Administration, cette administration qui agit impunément. Mais on va toujours les emmener en Justice pour qu'ils sachent que les actes qu'ils posent ne correspondent pas aux lois internationales ratifiées et adoptées par le Cameroun. Nous entendons donc poursuivre le ministre de l'Administration territoriale auprès des instances juridiques du Cameroun, puisque l'acte administratif est attaqué devant les juridictions administratives», développe Me Christopher Ndong.

Président du MRC et avocat de renom, Maurice Kamto a été arrêté avec environ 150 manifestants à la suite d'une marche pacifique le 26 janvier. Ils protestaient contre la victoire du Président sortant, Paul Biya, à la présidentielle d'octobre 2018, qualifiée par M. Kamto de «hold-up électoral». Les avocats Me Dupont-Moretti et Me Vey ont saisi l'Onu jeudi 4 avril au sujet de l'incarcération «arbitraire» d'opposants camerounais, parmi lesquels Maurice Kamto, dont ils réclament la libération «immédiate».

08avril
Lire aussi dans la rubrique POLITIQUE
Vidéo